Jeu de Rôle, de Gestion et de Stratégie - Prenez la tête de votre propre nation spatiale.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Ce forum est inactif, merci pour votre compréhension.
Nouveau forum : Cosmos Domination
I like Nedghast !

Partagez | 
 

 Récit des annexions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Récit des annexions   Sam 5 Nov - 2:29

Lieu: Espace Spatial de l'Empire des Français
Sous Secteur 90
Vers 18 h
-------------------

L'Empereur fut transporté à bord du vaisseau Amiral de la Flotte, l' "Empire des Français". Un Mastodonte, un immense vaisseau de plusieurs Kilomètres de Long, sans doute l'un des plus armées de l'Univers. Bref, la Flotte partit donc sur le champs, une seule des trois flotte serait employé. Ceci représentant plusieurs centaines de vaisseaux lourds, plus de deux cents vaisseaux de tonnage moyens et quatres cents vaisseaux de faible tonnages, sans compter les innombrables chasseurs et Bombardiers. Ceci ne serait pas une Guerre, ce serait une annexion rapide, la bataille Spatial ne prendrais que quelques heures, la flotte Communiste ennemis n'étant que peu préparé et en grande infériorité numérique, à peine une centaines de vaisseaux. La Flotte partit donc vers la cible, la seule planète occupé du sous secteurs. L'Empereur était sur la passerelle, il regardait l'espace à travers la vitre. Sous ses yeux la flotte ce déplaçait, la puissance de l'Empire le fit sourire, les couleurs de la France était peintes sur la carlingue des vaisseaux, ainsi que leurs nom, ici, le Charles de Gaule, là bas le Louis XIV, le Patrie. Tant de vaisseaux, une démonstration de force pour l'univers entier, l'Empire serait enfin respecté, plus personne ne s'opposerait à sa suprématie, à sa souveraineté. L'usurpateur qui osait ce dire Empereur de la Terre, écrasant la souveraineté des Peuples, y compris celle de la France. Le voyage durerait surement deux à trois heures, l'Empereur avait devant lui les positions ennemis, du moins, approximativement. L'Empire entrait dans une nouvelle aire d'expansion, il était temps de rendre à la France, ce qui appartient à la France, ce qui n'aurait jamais due lui être enlevé, Napoléon avait juré de faire payer aux ennemis de la France. Bref, après deux heures de voyages, ils étaient enfin en Terre ennemis.

-------------------

Lieu: Espace Spatial des Communistes usurpateurs
Sous Secteur 92
Vers 20 h
-------------------

L'Heure des combats avaient sonnés, les premiers coup de cannons avaient sonnés. Les Canons tiraient, les missiles furent lancé, et les Laser anti-Aériens s'activèrent. Les Lasers détruisaient les missiles par échauffement, et les Chasseurs qui n'avait pas l'intelligence de ce retirer étaient eux aussi détruits. Les Canons Gauss tiraient également avec furie, détruisant bien rapidement les plus légers des vaisseaux Communistes. L'Empereur riait, voilà donc la puissante flotte qui voulait menacer l'Empire ? Cette bataille n'allait même pas durer une demie heure, les Turbolaser tiraient avec frénésie sur les vaisseaux ennemis, détruisant les plus légers en quelques tires. La Flotte Impériale ne décrétait pour le moment que quelques dégâts superficiel, quelques chasseur détruit. Les ennemis avait quand a eux perdu plus de soixante dix pour cent de leurs effectifs. Les vaisseaux de moyens tonnages étaient tombé, il ne restait plus que des petits tonnages. Les Tires continuèrent à faire de redoutable dégats, le vaisseau Amiral n'avait à déplorer que de très légères avaries, c'est alors que ce qui restait de la flotte Communiste ce dirigea droit sur les Vaisseaux Impériaux, plusieurs d'entre eux fonçaient d'ailleurs droit sur le vaisseau Amiral. La cadence de tire s'intensifia, tandis que les vaisseaux ennemis ce décortiquaient petit à petit. La plupart des vaisseaux furent détruit avant même d'avoir atteint un rayon de deux kilomètres. Mais certains réussirent tout de même à atteindre les vaisseaux Français, causant de graves avaries à leurs bord. L'Empire avait gagné cette batailles. Les débris des vaisseaux ennemis flottaient dans l'Espace, il faudrait penser à les recycler plus tard. L'heure était maintenant à la libération du peuple, qui ne voulait plus du communisme, cette planète était une colonie Franco-Russe, et seule un huitième de la population était Russe, et un seizième était pro communiste. Mais le un seizième étant les plus riches propriétaire, il avait fait croire au peuple qu'il leur fallait travailler aveuglément, être égalitaire, mais dans la misère, tandis que eux dirigerait la planète, et ce nourrirait sur le dos du peuple. Le peuple ayant trop peur de subir la répression. L'Empereur demanda à rentrer en communication avec les dirigeant de la planète :

Rendez vous ! Quittez la planètes, vous, et tout les communiste, nous vous laissons cette seule chance, sinon, nos armées innombrable viendrons prendre par la force la liberté que vous avez prise aux peuples de votre Planète. Notre flotte de transport viens d'arriver, dois-je donner l'ordre qu'elle extermine vos troupes ?

Nous mourrons avant de vous céder notre planète !

Bien, vous avez choisit votre camps.


L'Empereur ordonna que les troupes débarques, il ferait de même. Ils prit donc un transport et atterrit au milieu de ses troupes qui hurlèrent des "Vive l'Empereur", des "Vive la Patrie" ou encore "Vive la Liberté". D'après les espions, les troupes ennemis était d'a peine cinquante mille Hommes, l'Empereur lui disposait de plus de trois cent milliers d'Hommes. Les divisions de Blindés, d'artilleries longue distance était prête. Et si les Espions infiltré sur la planète réussissait, bientôt, les civils ce rebelleraient contre leurs oppresseurs. En attendant, les premiers missiles étaient lancé, la première base militaire fut détruites, tandis que l'armée ennemis sortaient enfin de la ville, sous les bombardement, sous les missiles. Bientôt, les Chars d'Assaut ennemis furent à portée de tire des Missiles. Ce fut le début du carnage, tandis que les batteries de laser anti missiles arrêtait une grande partie des missiles ennemis, le nombre fit que l'ennemis n'arrêtait qu'une infime partie des missiles Impériaux. Bref, après à peine trois heures de batailles, l'Empire avait gagné. Les dernières troupes loyaliste ce rendirent, le peuple avait coupé toute possibilité de retraites. Enfin, l'Empereur rentra dans la capitale ennemis. L'ennemis avait sans doutes des troupes dans d'autres ville que la capitale, mais un peu partout, les espions envoyaient des rapport comme quoi le peuple ce révoltait. L'Empereur regarda le palais du Premier secrétaire du partis. Il était en état de sièges par la population, l'Empereur et ces troupes finirent par faire prisonniers les différents chef du partis, le lendemains. En trois jours, la planète complète était sous contrôle. Les Communistes furent mis en exile ou exécute, et le peuple exulté, en criant elle aussi des "Vive l'Empereur". L'Empire avait gagné, cette Annexion n'était pas une Guerre, ni une conquête diplomatique. Et Bientôt, le Peuple Français hurlerait de joie. L'Empereur resta quelques jours sur la nouvelles Planète qui ce nommé Europa. Puis, il retourna sur la Planète Mère de l'Empire, la Nouvelle France...


Dernière édition par Napoléon IV le Ven 11 Nov - 22:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Récit des annexions   Lun 7 Nov - 22:57

Lieu: Espace Spatial Du Grand Duché de Varsovie.
Sous Secteur 88
Vers 10 H (Matin)
-------------------

Un Vaisseau diplomatique Français apparue sur les radars des vaisseaux et des bases Terrestres polonaise. Bientôt, le vaisseau Français reçut un message lui demandant de s'identifier. Le vaisseau Français répondit qu'ils étaient des envoyés de l'Empereur, qu'il portait un message au gouvernement de Varsovie. Le vaisseau du autorisé à atterir à l'Astroport, de là, ils seraient fouillés, et escorté jusqu'aux palais du président du conseil, qui devait avoir réunit le gouvernement. Le Duché de Varsovie traversait dit on une crise économique, le peuple manquait de tout, et il commençait par ailleurs à gronder. Cette planète avait été colonisé autrefois par une mission commune entre la pologne et la France. Deux tiers de Polonais, un tiers de Français. La langue nationnale était le Français, choisit parce qu'il était plus répendut que le Français et aussi plus complet. Le gouvernement avait été basé sur une sorte de consulat, avec un chef de gouvernement qui était premier consul et deux autres consul qui géraient les Armées Terrestre et Spatiale. La Guerre étant cependant décidé par les trois consuls réunits. Bref, après plusieurs années de Bon niveau de vie, de commerce rayonnant, donnant à cette planètes une bonne richesse et donc un bon niveau de vie à son peuple. Mais un jour, le comemrce s'effondra, les partenaires commerciaux, jaloux de la respendissance du duché de Varsovie lui tournèrent le dos. L'économie du Pays ne s'en remis pas, les Franco-Polonais des panètes composant le Duché (deux) était désabusé, les industries ne tournés plus, les stock ne s'épuissant pas, le chômage atteignait des sommets. Bref, le peuple était las, il ne croyait plus en ce gouvernement qui fit leur pouvoir, leurs richesses.

La missives comprennait une lettre de l'Empereur. Dans celle ci, il proposait aux consuls de venir sur la Nouvelle France, qu'il était prêt à leur proposer un accord pour sauver leur peuple. Il leur fallait integrer l'Empire, par référendum. Les consuls et le gouvernement fit la moue, mais les consul acceptèrent d'aller sur la planète Impérial pour négocier avec l'Empereur des Français. Le fait que les polonais et les Français aient toujours eut d'assez bon rapport aiderais sans doute pas mal les négociation.


-------------------

Lieu: Nouvelle France, planète mère du Système Impérial.
Sous Secteur 90
Vers 8 H (Matin), un mois plus tard
-------------------



Bref, un mois plus tard, l'Empereur reçut les trois consuls polonais. Le Palais de l'Elysée fut préparé avec soin, selon les demande de l'Empereur, pas d'immense dorure, de grande décoration, l'Empereur serait revêtu de son habille des Chasseur de la Garde. Les plats serait simple. Napoléon n'aimait pas la luxure que certains s’octroierait si ils étaient à sa place. Il voulait vivre simplement, éviter les grandes dépenses superflue. Ses rivaux pouvait bien ce moquer, le regarder avec dédains, il savait s'en moquait, qu'importe les commentaires, les niaiseries de ces Hommes qui serait renversé par le peuple ou par ses armées à lui si l'envie lui en prenait ? L'Empereur accueilli ses invité à l'Astroport, puis, ils prirent la direction de l'Elysée à Bord d'un voiture simple, décapotable, afin de pouvoir saluer le peuple, pouvoir lui parler. Pourquoi craindre un attenta ? Si la mort voulait le prendre, qu'elle le fasse ! Il savait que le peuple l'aimait trop pour le faire, et si un extrémiste isolé venait à le tuer, le peuple serait capable de trouver quelqu'un digne de le remplacer, il le savait. Bref, ils arrivèrent à l'Elysée et Napoléon ne leur laissa même pas le temps de regarder la splendeur du bâtiment, ils les poussa presque dans la salle des négociation en leur expliquant le déroulement de la journée. Ils commencèrent ensuite à parler, l'Empereur était installé sur un fauteuil assez simple, et ce trouvait en face des trois consuls, il entra directement dans le vif du sujet :

Votre nation est sur le bord de l'éclatement, vous n'avez aucune chance de vous en sortir seuls. Vous n'avez plus de moyens d'écouler le trop plein et vos usines ferme une par une, vous devez laisser le peuple choisir si il veux entrer dans notre empire ou pas. Soyez réaliste, c'est la meilleurs option qu'il vous reste, les Polonais et les Français qui constitue votre population seront des citoyens impériaux. Ils jouiront des même droit que les autres peuples de l'empire ainsi que de la grandeur militaire, économique et culturel de celui-ci.

Les trois consul restèrent silencieux, Napoléon savait qu'ils étaient comme la plupart des monarques, présidents et au autres chef d'Etats, ils rechignaient à quitter le pouvoirs, à perdre leurs avantages, les richesses. Le peuple souffrait de la faim et de la misère chez les Franco Polonais de cette planète, mais de toute évidences, pas ses dirigeant au vue des habilles luxueux et de leur ventre bedonnants. Napoléon méprisait ces personnes là, ceux qui pensaient d'abord à leur bien être et après au peuple. Prêt à laisser leurs population dans une grande précarité pourvue qu'ils soient plein aux as et aient les avantages due à leur rang. Napoléon les regardait, ils semblaient croire que l'Empereur était un rustre, ses habilles militaires, la décoration sobre, ils étaient habitué au luxe, à la démesure, et non pas pas à la rigueur, à la sobriété et à la modestie. L'Empereur resta silencieux, tandis que les trois autres ce regardaient, puis, l'Empereur se leva, puis, leur tournant le dos regarda par la fenêtre, il dit :

Vous avez toute la matinée pour réflechir, et vous me donnerez votre réponse cet après midi. Je m'adresserai à votre peuple quelle que soit votre réponse. Il a le droit de savoir avec qui son gouvernement négocie, et de connaitre la nation qui vous propose son aide. Maintenant partaient, vous avez quartiers libre, j'ai mis des guide à votre disposition si vous voulez visiter quelques endroit que se soit.

L'Empereur les regarda filer, ils partirent relativement vite, comme si ils craignaient l'Empereur. Napoléon savait qu'ils accepteraient, non pas pour sauver leur peuple, mais par peur de l'Empereur. Le fait qu'il ait dit qu'il parlerait à leurs peuples quelques soit leur réponse les pousserait à ne pas refuser, ne connaissant pas l'opinions du peuple quand à cette proposition, si il apprenait que leurs dirigeant n'avait même pas crut bon de les prévenir qu'une telle offre leur avait été proposé risquerait de créer de grave tension dans le pays, et de leur coûter leurs vie. Bref, l'Empereur ce mit à son bureau et repris son travail, il devait préparer les armées, l'Alliance de Coprola risquait sans doute de venir lui mettre des bâtons dans les roues, et pour le moment, l'Empire n'était pas prêt à les détruire. Il fallait mettre en place des défense planétaire, des Canons gauss capable de tirer dans l'Espaces, d'énorme cannons laser capable d'arrêter les missiles espace/sol, et sol/sol. Avoir des ressources en réserves, des Hommes capables de ce battre sur la planète comme sur les autres, des convois de ravitaillement compétent et rapide, ainsi que de performant moyens de communications. Enfin, L'Empereur avait du répondant, et si Coprola venait à venir l'ennuyer dans ses plans, ils leur rappelleraient que les peuples rejoignaient volontairement à l'Empire, et que critiquer cela, c'était critiquer les principe même des droits des peuples à disposer d'eux même, ainsi que les droits de l'Hommes et du Citoyens. Bref, l'Empire ne risquait pas grand chose pour le moment. Napoléon devrait tout de fois faire attention, il ne fallait pas se laisser aller sous un faux sentiments de sécurité. Le Destin le guiderais, il savait qu'une route était tracé, que l'instant même de sa mort était déjà programmé, il ferait cependant tout pour ce jouer de ce destin si il devait être funeste pour les Français et autres peuples de l'Empire.

Le temps s'écoula, Napoléon dictait des ordres, des projet de lois, de réforme, des lettres aux différents ministres, préfets et autres connaissances. Il ne cessa de travailler, allant parfois trop vite pour le pauvre Homme qui devait noter les paroles de Napoléon. L'Empereur s'énerva après une missive qu'il avait reçut, un des préfet faisait n'importe quoi, l'Empereur Chiffonna la missive, et fit écrire une missive des plus violente, le préfet avait détourné des fond publique. Ceci était un crime passible de la peine de mort, théoriquement, c'était au tribunal et aux juges de trancher, mais pour des affaires comme celles ci, l'Empereur disposait d'un droit de sanction. Il ordonna la mise à mort publique par guillotine de l'Homme. Cette techniques était assez "barbare" mais montrait au peuple que nul n'était aux dessus des lois, et que la justice ne faisait pas de différence entre le pauvre Homme qui donne des renseignement capitaux à l'ennemis, et le riche qui ferait le même crime.

Midi arriva bien vite, et il prit la direction de la salle aménagé pour le repas, les trois consuls arrivèrent juste après lui. Ils entrèrent en silence, et s'installèrent une fois que l'Empereur les y ait invité. Celui ci fit servir l'entrée, du pâté de tête, pâté de sanglier, de porc, de cerf, salade, rien de "luxueux", juste de bonnes choses. Du chambertin de nouvelle France fut servit, le vin préféré de l'Empereur. Il horrifiait la plupart des grand amateurs de vins en coupant son vins avec de l'eau, mais il s'en moquait. Ne faisait il pas ce qu'il voulait ? ceci ne nuirait pas au nouvel Empire des Français. Bref, le repas ce passa, le plat de consistance étant un Boeuf Bourguignons, une spécialité régionale En France, et également en Nouvelle France et dans le nouvel Empire. Du camembert et autres fromage Français servirent de fromage, et un Chaource fut servit en dessert avec du champagne.

Ils quittèrent la salle à 13 H, il ne laisserait pas à ses paresseux le temps de digérer, il voulait une réponse, tout de suite ! Il ce réinstallèrent dans le cabinet de travail de l'Empereur, il les regarda, avec une certaines insistance, il était sur de lui, les consuls n'avaient pas le choix, il ne leur avait pas laissé. Bref, après quelques secondes de silence, l'Empereur dit :


Alors ? j'attend votre réponse !

Les trois consuls se regardèrent, puis, l'un d'eux répondit :

Nous ferons donc un référendum afin de voir si le peuple veux oui ou non vous rejoindre.

L'Empereur resta de marbre et dit :

Le décortiquement des votes seront fait par un nombre égale de Français de l'Empire et des citoyens de votre consulat.

Les consuls ne bronchèrent pas, ils approuvèrent d'un signe de tête, l'Empereur les renvoya, leur laissant la liberté de visiter la planète cet après midi, mais que le lendemains, ils iraient tous sur la planète mère du Grand Duché de Varsovie.


[A suivre]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Récit des annexions   Sam 12 Nov - 12:37

Lieu: Espace Spatial Du Grand Duché de Varsovie.
Sous Secteur 88
Vers 14 H (Le Lendemain)
-------------------

L'Empereur et les trois consuls montèrent à bord d'une navette de transport Impérial. C'était en réalité un transport de troupes légèrement plus confortable. Mais décorés Sobrement, un simple tableau de l'Empereur des Français Napoléon Ier était affiché dans le cabinet de travail de l'Empereur. Celui-ci regardait par le hublot, les deux mains dans le dos. Il se retourna et posa sa mains sur son Estomac, celui ci le lançait de temps à autres, rien de grave selon les médecins. Les trois consuls étaient silencieux, comme si ils craignaient que l'Empereur ne les fusils sur place si ils venaient à ouvrir la bouche. L'Empereur s'installa à son bureau, puis, il regarda les Consuls. Tranquillement, il resta silencieux, il sentait que les consuls était mal à l'aise, qu'ils se sentaient petit. L'Empereur savait qu'ils ne s'opposeraient pas à lui, du moins, tant qu'il était fort. Il savait qu'il ne pouvait pas leurs faire confiance, ils étaient aussi cupide que certains de ses Hommes. La cupidité, voilà ce qui avait fait la plaie de l'Empereur Napoléon Ier, voilà qui était la plaie de tous les Empires, des républiques. L'Empereur faisait en sorte d'espionner ses ministres, ses chef de polices, ses généraux, tout les Hommes importants, l'Empereur n'ignorait rien de ce qui ce passait dans la vie de ces Hommes, certains était absolument digne de confiances, d'autres, l'Empereur les gardait pour leurs compétences, mais était prêt à les faire exécuter au moindre signe de trahisons. Bref, l'Empereur savait qu'il devrait faire ne pas faire confiance à ses fieffé coquins. L'Empereur leur dit :

Nous devons discuter de votre avenir, celui des Ministres et des Parlementaires. Tout d'abord, vous pouvez oublier vos salaires exorbitants. Vous serez nommé préfet de régions, vos ministres seront nommé ministres délégués, Secrétaires d'Etat, Haut Commissaires ou ils seront révoqué selon leurs compétences.

L'Empereur regarda les Trois consul faire un timide signe positif de la tête tandis que l'Empereur les regardait, il ajouta :

Les Locaux qui vous sont attribué pour l'instant, et qui sont bien trop luxueux seront réaménagé, ils seront transformé en Hotel touristique. Vous devrez vous trouver un appartement de fonction vous même. Vos salaires seront amplement suffisant pour pouvoir vous en acheter un confortable. Vous disposerez d'un Budget pour vos déplacement professionnel, et seulement professionnel, ainsi, pas de voitures et de chauffeurs attitré, vous devrez les utiliser en fonctions de vos besoins professionnel !

Et ainsi, l'Empereur énuméra les différents changement qui s'opérerait si le peuple acceptait l’intégration à l'Empire. Plus d'argent aux développement, plus d'argents vers la croissances, et moins vers la cupidité des Hommes. L'Empereur finit son long discourt qui avait fait perdre leurs couleurs aux trois consuls. Le voyages prit enfin fin. L'Empereur fit passer les Consuls en premiers et sortit du transporteur Impérial. Il était habillé dans son uniforme de la troisième division de l'infanterie Blindé de la Garde. Il avança dans l'Astroport, accompagné de sa Garde Impérial. Ils suivirent les Consuls, ils visitèrent quelques lieux du Duché. L'Empereur put constater que les monuments témoigné de la richesse culturel Franco/Polonaise. Bref, 14 H arriva bien vite, et l'Empereur s'adressa aux peuple Varsoviens par le biais des informations :

Peuple Varsoviens, moi, Napoléon IV, descendant présomptif de l'Empereur Napoléon Ier et de Marie Walewska. Je vous ai compris ! Le peuple Français de l'Empire de nouvelle France a vue votre souffrance. Et en tant que frère, ils sont là pour vous aider ! Nous sommes de cultures plus ou moins communes ! Je viens vous parler aujourd'hui pour vous annoncer que vos consuls corrompus et moi même avons négocier, un référendum sera organisé en Septembre de cet année, vous devrez répondre à cette proposition que l'Empire vous fait. Voulez vous rejoindre le Nouvel Empire ? Nous vous promettons de permettre à vos usine de repartir, à vous donner de l'Emploie, à vous permettre de récupérer votre pouvoir d'achat. Nous vous promettons que nous combattrons la corruption à lequel vos dirigeant vous ont habitué ! Vous connaîtrez de nouveau la prospérité, la joie, la croissance, et surtout vous revivrez ! La corde que le gouvernement actuel vous a mise au cou, nous la couperons et la détruirons ! Votez massivement Oui au référendum. La tricherie ne sera pas de mise, les votes étant décortiqué par des Français et des Polonais tiré du peuple.

Napoléon stoppa son discourt temporairement, il finit par dire :

Vive le Grand duché de Varsovie, Vive l'Empire !

Puis, il quitta le plateau en saluant le commentateur. Les trois consuls qui avaient assisté en coulisse à l'Emission avait de nouveau perdus leurs couleurs. Ils ne dirent rien. Ils baissaient la tête. L'Empereur les Ignora et repartis en direction de l'Astroport, les Affaires d'Etat de l'Empire l'attendait, il avait un conseils des Ministres le lendemain. Il partit de la Planète quelques heures plus tard.....

-------------------
Lieu: Espace Spatial Du Grand Duché de Varsovie.
Sous Secteur 88
Vers 22 H, le 22 Septembre de la même année.
-------------------

Toutes les chaines télévisé de l'Empire et du Grand Duché diffusait en temps réel (plus ou moins décalé dans le Nouvel Empire France du fait de l'éloignement) le résultat du référendum. Les peuples étaient scotché à leurs téléviseur, ils n'attendaient que le résultats, pendant de longue minutes qui semblait être des Heures, l'Empereur était dans le palais de Varsovie, il attendait également, cette attenté était insoutenable. Il sentait que le peuple polonais avait accepté de rejoindre l'Empire, mais à quelle proportion ? L'Empereur tournait comme un lion en cage, il attendait, il voulait savoir, tout de suite. Cette attente était véritablement un scandale, une abomination, les animateurs télévisions prenaient un plaisir sadique à torturer le peuple, puis après une dizaine de minutes d'attente ! Les présentateurs annoncèrent enfin les résultat, le oui l'emportait à 95%. Un très bon score, Napoléon pensait atteindre seulement 90% de OUI, mais apparemment, le peuple étaient totalement favorable à l'Empire. Les cinq pour cents restant devaient être des gauchiste Socio-Communiste qui pensaient avant tout à leurs bien être, mais bon, pas grave. L'Empereur ferait donc une allocution télévisé diffusé sur toute les chaines de l'Empire. Cette victoire écrasante marquait bien le mécontentement du peuple vis à vis de l'ancien gouvernement. Bref, le Lendemain, l'Empereur, habillé d'une simple redingote Grise, afin de rappeler son alleux présomptif, Napoléon Bonaparte, Ier Empereur des Français. Il arriva sur le plateau, et attendit que le commentateur ne lui parle, puis l'Empereur des Français dit :

Aujourd'hui marque un pas de plus de l'Empire, aujourd'hui, une nouvelle Page d'Histoire ce tourne pour tout les peuples de l'Empire. Vous avez fait le choix de rejoindre l'Empire, vous n'aurez pas à le regretter, tant que je serais vivant, je n'aurais de cesse que le bien être de mes concitoyens ! Je vous assure que je lutterais contre la corruption, chose que je hais, que je méprise, et que je traque. Cette fautes est considéré comme un acte de trahisons envers la nation et est passible de la peine de Mort ! L’exécution aura lieux, que le citoyens fautif soient pauvre ou riche, puissant ou faible. Nul n'est au dessus de la Justice. Et j'espère bien que si je venais à être coupable de corruption, je serais exécute sur l'heure ! Je vous promet que jamais je ne ferais quoi que ce soit de ce type, que je ne penserais qu'aux pouvoir de l'Empire, au bien être des peuples, et à sa sécurité ! Vous êtes maintenant tous des Français, ceci ne remettant nullement en cause vos origines, votre culture Slave. Nous sommes heureux de vous avoir comme concitoyens ! Vive l'Empire !


Puis, l'Empereur se retira, il devait préparer les nominations de préfets, des fonctions d'Etats etc. Il devait également mettre en place une cellule anti corruption, les espionnages et autres moyens de tout savoir sur ses Hommes de pouvoirs. L'Empereur retourna donc sur La Nouvelle France, en fin Décembre, le Grand Duché serait officiellement sous le joug Impériale.....



[ Résultat : Sous Secteur 88 Intégré à l'Empire]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Récit des annexions   

Revenir en haut Aller en bas
 
Récit des annexions
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nedghast :: Forum :: Archives :: Anciennes nations (non actifs) :: Nouvel Empire Français-
Sauter vers: