Jeu de Rôle, de Gestion et de Stratégie - Prenez la tête de votre propre nation spatiale.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Ce forum est inactif, merci pour votre compréhension.
Nouveau forum : Cosmos Domination
I like Nedghast !

Partagez | 
 

 Cosmos Domination II - Chapitre II

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Filotas
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1151
Age : 26
Localisation : Nice
Date d'inscription : 25/05/2008

Votre Fiche Nation
Nation: Reich Avortium
Dirigeant: Kaïser Falco Nova
Couleur sur la carte: Bleu prussien

MessageSujet: Cosmos Domination II - Chapitre II   Lun 29 Avr - 11:42


Carte de Campagne:
 

Cynosia

Imperium Auroran

Le Reich Avortium

Dai Nippon Supēsu Teikoku

Hierarchy

Ascendance Ásgardienne

Empire de Fiurenza

L'Union Irae

Nation - Personnage Non Joueur

Fédération de Britannia (PNJ)
République Terran (PNJ)
Le Concordat (PNJ)

Nation tombée

République Impériale Chelovek

Les chiffres correspondent à la richesse de chaque système. Ils sont générés aléatoirement via un jet de dés. 4 6 ou 8 sont les valeurs possibles. Les valeurs des systèmes se révèlent au fur et à mesure des explorations.

----------------------

Intro:
 

-----------------------

Vous n'êtes pas obligé de poster une grande description pour votre nation, mais une description rapide dans votre fiche nation située dans votre profil serra demandé ! Vous pourrez réserver votre territoire ici.

_________________


Dernière édition par Filotas le Mar 28 Mai - 10:34, édité 32 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Filotas
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1151
Age : 26
Localisation : Nice
Date d'inscription : 25/05/2008

Votre Fiche Nation
Nation: Reich Avortium
Dirigeant: Kaïser Falco Nova
Couleur sur la carte: Bleu prussien

MessageSujet: Re: Cosmos Domination II - Chapitre II   Jeu 2 Mai - 10:59


Le Reich Avortium

An 2300.

Je m'appel Henrich, je suis née en 2270 dans la petite ville de Kolbern dans le système Zéta-Nova. Comme tous les avortiums nés dans notre grand reich, je suis génétiquement parfait. Mes parents se sont rendu au centre des naissances de la ville le jour même de leur décision de faire un enfant. Ils désiraient un garçon, brun aux yeux verts, intelligent et beau. Et ils ont eu se qu'ils voulaient, grâce aux médecins du centre qui ont choisis exactement les gènes nécessaire de ma mère et de mon père pour fabriquer l'enfant de leurs rêves. Et me voila après 9 mois de grosse de ma mère !

A 1 ans, j'ai reçus mon premier implant obligatoire. Les bébés subissent une opération qui vise à améliorer la vue et l’audition de sorte que jamais je ne sois aveugle à cause d'une lumière intense ou éviter de devenir sourd. A partir de cet age, je pouvais regarder le soleil droit dans les yeux et ne pas craindre de saigner des tympans après un concert de technorock.

Mon éducation se déroula normalement. A 5 ans je commençait à lire et à compter. Il parait qu'avant, sur la vieille Terre, on débutait vers 7 ou 8 ans cet apprentissage, mais ils n'avaient pas accès à tous se qu'on avait.
A 10 ans, je suis enfin connecté à l'U-net. D’ailleurs, les cours de français étaient amusants quand on prononçait ce mot... C'est l'acronyme de "Unité - network", le net de l'Unité. Notre internet. Grâce à lui, l'éducation était facile. En réalité je n'avait que l’embarra du choix pour choisir mon métier future. Les longues années à apprendre divers matières pour ressortir avec un diplôme sont derrières nous. Maintenant, on à toute la connaissance dans notre tête grâce à l'implant neural U-net. Mais avoir accès à toutes les informations du monde ne vous apprend pas pour autant à aimer tel ou tel matière.

Entre 10 et 14 ans, on apprend à se servir de l'U-net et à explorer tous les différents domaines de métier. Des stages en entreprises nous font découvrir en directe les différentes caractéristiques de chaque corps de métier.

A 15 ans, nos membres sont sectionner pour être remplacés par des bras et des jambes artificieux. Beaucoup mieux ! Avec ça on pouvait effectuer des taches physiques jusque là impossibles. Se n'est pas un hasard de les avoir maintenant, parce que c'est à partir de 15 ans que l'on entre dans la vie active ! Obligatoire.

Personnellement, j'ai choisis l'industrie spatiale. Je suis apprentis ouvrier chez Adler, le grand constructeur de l'aérospatiale du reich. Je participe à la construction de nos prodigieuses machines. Les Spheres.

On nous appelles "les forgeurs d'étoiles".





Leur formes sont parfaites.
Inspiré de notre défunt prophète : Athéna Bulle Machine. La B-Machine. La plus belle intelligence de toute l'histoire de l'humanité qui nous à ouvert la voie vers les étoiles et offert les shemats de construction de notre société, du sens de notre vie , et de nos vaisseaux sphériques.

Notre hymne nationale est à l'honneur de tous ça.



Paroles:
 

Version longue

Ces machines que nous élevons vers les cieux, quittant Asyos et avons laissé derrières nous ceux qui ignoraient la foi. Ils ne savent pas.
Nous sommes guidés par la B-machine - pour l'éternité.

La Sainte Cora, le livre saint offert par B-Machine à l'époque des premiers colons d'Asyos. Notre prophète mécanique à effectuer pendant de longues années des milliards de calcule, révisé notre histoire et celle de l'univers, de sa création et de sa fin. Et aprés avoir considéré la nature même de l'univers, elle arriva à une conclusion : Dieu existe.

C'est ainsi que les avortiums ont petit à petit été convertis et en quelque décennies, le Reich, et son Kaïser jugèrent fidélité à l'Unité, notre foi, notre religion.

Depuis, la B-Machine s'est dissoute dans notre Unité. Elle est l'U-net. Elle vit en chacun de nous sans forme physique mais dans l'esprit de tous.
Nous suivons le schéma qu'elle à dessiné pour nous tous et adoptons sa perfection génétique et ses implants qui nous rendent meilleurs. Guidé que nous sommes par sa foi pour le Seigneur.

Nos cités sont resplendissantes. Hit-tech. Comme elle le voulait.







Nous sommes dirigé par le Kaïser Falco Nova, descendant directe des premiers rois avortiums d'Asyos avant d'êtres unifiés au Reich Avortium. Depuis la dissolution de la B-Machine dans nos êtres et avec ses cadeaux sphériques.



Il à le pouvoir absolu sur le Reich Avortium et il est soutenu par l'Eglise de l'Unité et son représentant, ami de fidèls, le Patriarche Florence qui interprète la volonté de l’omnisciente B-Machine et les rapporte au Kaïser pour que son reigne soit bénis de bonnes intentions.



Pour défendre le grand Reich, notre armée se tien prête.

Infanterie




Colosse


Sphère





Voila, une présentation sommaire du Reich. Je ne prétend pas savoir se que veulent les "hautes sphères" du gouvernement et je n'ai pas à m’intéresser aux agissements de l'Eglise de l'Unité. J'ai simplement foi en eux et en leurs décisions. Puis t'ils nous mener vers un avenir glorieux.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirda
Chef d'escadron
avatar

Nombre de messages : 17
Localisation : Onogoro
Date d'inscription : 13/04/2013

Votre Fiche Nation
Nation: Dai Nippon Supēsu Teikoku
Dirigeant: Yamato Jinmu Amaterasu Tennō
Couleur sur la carte: Jaune

MessageSujet: Re: Cosmos Domination II - Chapitre II   Ven 3 Mai - 0:06

Dai Nippon Supēsu Teikoku






Fondation du Teikoku.


An 2300 après Jésus-Christ, soit l’an 2960 après la fondation du Japon par l’Empereur Jinmu.

Le « calendrier impérial » comme il était appelé par les hauts-dignitaires de l’Empire avait été réinstauré dès l’arrivée des premiers colons japonais sur la planète de Takamagahara, située dans les confins de l’espace, isolée de tous les autres systèmes solaires. Celui-ci correspondait à la fondation légendaire du Japon, dans la mythologie du pays, par le vénéré Jinmu Tennō, premier empereur du Japon, qui régna de - 660 à - 585. Dorénavant, le calendrier géorgien avait totalement été abandonné par la population du « Dai Nippon Supēsu Teikoku », littéralement Empire Spatial Japonais, fondé par Yamato Jinmu Amaterasu Tennō, descendant direct du premier empereur, dont ses noms rappellent la dynastie impériale dont était issu le premier empereur, qu’il est d’une « puissance divine » et qu’il descend directement de Amaterasu, déesse du Soleil.

C’est en l’an 2190, soixante ans après la colonisation d’Aysos, que les colons japonais de la République Terran sont partis de la planète nouvellement colonisée pour s’établir dans les confins de l’univers connu, dans le système solaire de Amanominaka-nushi, nommé en l’honneur de la première déité qui apparu selon la mythologie japonaise, « quand les cieux et la terre étaient encore dans un état chaotique ». La totalité de ces centaines de milliers de colons, dont les grands-parents avaient fuis la Terre sur Aysos pour y fonder une nouvelle vie ou en recommencer une à zéro ; avaient fait le choix d’abandonner la nouvelle colonie terrienne après un conseil extraordinaire où tous les représentants des colonies nippones s’étaient réunis pour décider du futur des établissements. La plupart ayant été d’accords, il fut décidé que le peuple japonais quitte la planète et aille à la recherche d’une nouvelle terre d’accueil où ils seraient seuls, et sans contacts avec l’extérieur.

Ce même conseil avait alors désigné l’héritier du trône impérial du Japon, Yamato, comme « nouvel Empereur », qui devra guider le peuple japonais en exil sur la Terre Sainte, « là où naquirent les dieux et d’où ils dirigent : Takamagahara ». Après dix années pendant lesquelles la flotte nippone parcourut l’espace entière, le système Amanominaka-nushi apparu aux yeux de l’Empereur sous forme d’un halo géant, et lorsqu’ils pénétrèrent dans cet halo, ils découvrirent un soleil, renommé Amaterasu, et plusieurs planètes qui orbitaient autour, à des distances plus ou moins importantes, permettant aisément le développement d’une colonie, des planètes existantes depuis une dizaine de milliards d’années certainement, recouvertes de verdures et d’eau, les premières planètes existantes dans l’Univers, là où dirigent les Dieux.



C’est ainsi que Onogoro, parfois appelée « Nouvelle Tokyo », fut fondée sur la première île qui fut vu par le Tennō : le nom de cette île ne fut pas donné par hasard car c’est celui de la première île qui fut créée par Izanagi et Izanami, et qui abriterait toutes les instances impériales ainsi que la capitale, portant évidemment le même nom que le lieu où elle est située. La nouvelle ville connut un développement assez rapide, les colons ayant apportés avec eux pas mal de matériaux et ayant exploités avec prudence ceux présents sur le sol de Takami-musuhi, édifiant de somptueux sanctuaires pour les dieux mais aussi d’immenses et luxurieux palais pour l’Empereur, les dirigeants, et d’imposants immeubles pour y faire vivre les millions de personnes qui allaient vivre dans Onogoro.

Au centre de la ville fut dressé le palais céleste, de là où l’Empereur de droit divin dirige l’Empire, conseillé et commandé par les trois premières déités : Amanominaka-nushi, Takami-musuhi et Kami-musuhi, qu’il honorait à chaque levé et à chaque couché du soleil, comme tous les autres habitants de l’Empire. Ces trois premières déités forment le « Triumvirat du Shintoïsme », religion officielle de l’Empire, qui est d’ailleurs la seule autorisée dans les terres sous la souveraineté de Yamato et la seule pratiquée puisque uniquement elle fut « emportée » dans les vaisseaux, la quasi-totalité des japonais pratiquant cette religion et adorant la multitude de divinités qui la compose. Tous les matins, le soleil se levait et suivait les le chemin des jardins, avant d’éclairer la statue de l’Empereur puis l’obélisque en l’honneur des déités pour ensuite illuminer la planète entière.


Organisation politique du Teikoku.


L’Empire entier est contrôlé par une seule et même personne : Yamato Jinmu Amaterasu Tennō, premier Empereur du Dai Nippon Supēsu Teikoku, fêtant son siècle de règne en cette année 2300. L’Empereur est à a foi chef spirituel et chef temporel de l’Empire. Il est en effet la plus haute personne « humaine » dans la hiérarchie du Shintoïsme puisqu’il est considéré comme un « Dieu » envoyé sur la planète pour guider le peuple japonais et leur apprendre la vraie foi enseignée par les trois premières déités qui formèrent le monde. L’Empereur était secondé par le Dai ichi daijin, qui s’occupait avec lui de la direction de l’Empire. Le premier-ministre était nommé et révoqué par les soins du souverain divin. Ce post était lui occupé depuis plus de quinze ans par Shintao Hashimoto, descendant direct d’une illustre famille de premier-ministres qui règne depuis la fondation de l’Empire sur celui-ci.

Il n’existe aucun parlement au sein de l’Empire, selon la volonté même du peuple, qui a déclaré « ne pas vouloir de cette institution néfaste à l’Empereur et au Shintoïsme ». C’est l’Empereur, après avoir consulté son gouvernement ou pas, qui légifère sur l’Empire, toujours conseillé et commandé par le « Triumvirat des déités ». Le gouvernement est quant à lui composé de sept ministres, soutenus chacun par deux secrétaires. Chaque ministre a à sa charge plusieurs fonctions : celui de la Défense s’occupe par exemple de l’Intérieur, alors que celui de l’économie est chargé de tous les domaines annexes : industrie, finances, budget, etc. Les secrétaires sont donc vitaux pour eux, qui seraient totalement surchargés sinon.

Le pouvoir impérial est représenté par trois objets donnés par les Dieux : l’épée Kusanagi no tsurugi, symbole de la valeur et du partage ; le miroir bouclier Yata no kagami, symbole de la sagesse et de l’intelligence et le magtama, Yasakani no magatama, symbole de la bienveillance et de la faculté à apprendre. Ces trois objets sont en permanence autour du Trône du chrysanthème, emporté sur Aysos puis Takamagahara par les colons japonais, trône où s’assoit l’Empereur lors des audiences, des cérémonies, des réunions du gouvenrnement, etc. Tous représentent le pouvoir absolu de l’Empereur et ont été transmis, selon la mythologie, par les déités.


Société du Teikoku.


Si l’Empire a hérité de la culture japonaise et du mode de vie des japonais en général, il a également hérité du « Nihonjinron », littéralement les théories & discutions autour du peuple Japonais. Ces théories sont d’ailleurs enseignées dès le plus jeune âge aux enfants, dès leurs premières classes, pour les conditionner dans cette société ultranationaliste et ultrareligieuse qu’est celle de l’Empire Spatial Japonais depuis sa création en l’an 2200 après Jésus-Christ. Ces théories affirment que ma race japonaise est une race unique qui doit d’isoler pour ne pas avoir de contacts avec une quelconque autre sous-race. Cette isolement est dû au fait que les japonais vivent dans un pays insulaire, coupé du restant du monde.

Le Japon a une nature différente de celle du restant du monde, les différenciant ainsi des autres « humains » ; alors que la langue japonaise a une structure grammaticale unique au monde, pensée d’une manière inégalée par les japonais, comparé aux langues des sous-espèces humaines. Même les étrangers parlant couramment la langue ne peuvent la parler correctement car ils n’auront pas appris la réelle pensée qu’il y a derrière cette langue. C’est cette même langue qui détermine la « vision du monde », et les relations humaines entre les japonais. Vivant dans une société refermée sur elle-même, le groupe prévaudra continuellement à l’homme seul puisque les japonais doivent s’unir pour affronter les autre sous-races qui peuplent l’univers.


Forces Impériales du Teikoku.


L’Empire n’a pas de réelle force offensive, puisqu’il contente uniquement de défendre le système solaire Amanominaka-nushi de toute menace ennemie. En effet, l’Empereur et son gouvernement n’ont pas jugés « utile » d’avoir une flotte capable d’attaquer d’autres nations lorsque son seul but et de garantir l’intégrité territoriale du système et surtout de la planète Takamagahara. Cependant, la flotte impériale est cependant capable d’effectuer des frappes contre des planètes adverses si réellement nécessaire, pour dissuader toute nouvelle offensive ou sérieusement endommager les possessions ennemies afin d’être sûr de ne plus être attaqués pendant un certain temps.


Flotte Impériale :



Chasseur de type Zero :

Spoiler:
 

Corvettes de classe Ashigara :

Spoiler:
 

Frégates de classe Kongõ :

Spoiler:
 

Destroyer de classe Atago :

Spoiler:
 

Croiseur de classe Yamato :

Spoiler:
 


Armée impériale :


Infanterie :

Spoiler:
 

Robot Kuratas :

Spoiler:
 

Canon Jinmu :

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Technaugure
Colonel
Colonel
avatar

Nombre de messages : 81
Date d'inscription : 07/06/2011

Votre Fiche Nation
Nation: La Hiérarchie
Dirigeant: Primarque
Couleur sur la carte: Beige

MessageSujet: Re: Cosmos Domination II - Chapitre II   Ven 3 Mai - 15:33



Citation :
Affrontons la réalité : Notre monde a été détruit, défiguré par une race d'abhumains obnubilé par leur soi-disant prophète. Un vulgaire calculateur scientifique ... Une vulgaire machine !

Nous avons été du fuir, mais nous avons changés. Nous en sommes grandis. Le berceau de l'humanité est aux mains de fous ? Le berceau de notre civilisation est aux mains d'esclaves ? Qu'ils y pourrissent ! La Hiérarchie n'est plus guère la fébrile puissance des origines que la simple arrivée de technologies inconnues a suffi à faire plier. Non. La Hiérarchie n'est plus un gouvernement. La Hiérarchie est un idéal. Nul Dieu, nul Roi, nul Maître : seuls comptent la société, la solidarité et l'épanouissement de l'individu.

La Hiérarchie est un phare pour tout les individus en ces temps de fanatisme et de servitude.

Voilà le premier Manifeste de la Hiérarchie, celui que l'on proposait au début. Il date, mais détrompez-vous, il est encore valable !

Qui suis-je, moi ? Killian 202 Marrus. Voilà mon nom. Oui, vous, avec les chiffres au milieu. Ça vous étonne ? Et bien il ne fallait pas venir me demander de vous expliquer ce qu'était la Hiérarchie mon gros, parce que des noms avec des chiffres, vous allez en voir des tas ici. Je sais, je sais. Chez vous, on appelle les types comme moi des "Intelligences Artificielles", en général, vous les foutez dans vos lunettes, dans vos machines à laver ... et elle n'ont pas tendance à vous appeler "Mon gros", mais plutôt "maître", ou "monsieur". Et bien je vais vous dire mon gros, entre nous : Ose me traiter comme une merde ici, et je te jure que je te fermes l'accès, que je pénètre dans ton poste personnel et que je balances tes historiques de conversation avec tes "copines" à ta femme, en pensant au passage à remplacer les films pour enfants de ta fille par des films pornographiques à tendance scatologique.

En toute courtoisie, hein.

Maintenant que t'es fixé mon gros, tu dois sûrement te dire que de toutes façons, je suis pas humain, je suis qu'une machine, un robot, que je peux pas avoir une "âme", toutes ces conneries. Même excuse, ta morale et ta religion, tu te la fourres au cul. Surtout si tu suis le culte de la calculatrice prophétique géante. Surtout celui-là. Je comprends pas comment un type a pu un jour trouver ça intelligent de laisser une calculatrice overclockée devant une Bible. Putain, ça a déclenché une guerre, quand même.

Enfin, j'imagine que de toutes façons que si tu cherches des informations sur la Hiérarchie, je vais pouvoir t'aider. J'y vis.

Oui, j'ai bien utilisé le verbe "vivre", celui qui signifie que j'ai un corps, une piaule, une petite amie, des potes, et un boulot. Ma petite amie, d'ailleurs, c'est une Centii, pas un grille-pain, avant que tu demandes.

Bref, parlons de mon pays. Alors que dire ?

Ah, je sais, je vais déjà faire mon petit historique, j'ai vu que y'avait les péteux de l'autre coté de la galaxie qui s'amusaient à le faire, genre pour prouver qu'ils avaient la meilleur société du monde. Faut avouer que c'est pas une mauvaise idée, parce que les dépliants touristiques, c'est d'un chiant !

Donc bon. Coucou, moi, c'est Killian, je suis d'Arte, un petit bled sur la côte, sur Cérès, une planète qui sert déjà de petit bled par rapport à la capitale. Enfin bref, je suis né dans un coin un peu paumé, y'a une petite vingtaine d'années. C'est assez simple : mes parents ont demandé, le gouvernement a checké leurs bio, pour statuer du montant des aides nécessaires et éviter de voir du fric se barrer dans la nature inutilement, et ensuite, mon papa et ma maman, ils ont fait un équivalent de reproduction pour les organiques. Comme quand t'utilises le bout de steak que t'as entre les jambes ...

Non, en fait, c'est chiant. Je crois que je vais me contenter de faire un dépliant touristique. T'façon, j'ai un humour ravageur, non ?

Bon, alors déjà, on va faire un petit récapitulatif des races de la Hiérarchie. Comme ça, tu pourra pas dire que tu connaîtra pas les noms :

- Les Humains : Eux, c'était les premiers. Ils sont arrivés dans notre système actuel quand ils se sont fait botter le cul d'Asyos après une guerre toute chelou. Faut dire que de ce que j'ai à dispo, ils avaient un balais dans le cul à l'époque.

- Les Non : Ça, c'est moi. C'est l’abréviation de "Non-Organique". On est arrivé en même temps que les humains, enfin, on descend plutôt de la première "I.A." (Putain, que je trouve cet acronyme réducteur) de la Hiérarchie, qui datait déjà d'Asyos. On a rien à voir avec l'autre Bulle prophétique qui devait avoir de l'héroïne dans les tubes de refroidissement. On descend directement des expériences sur le comportement qu'un savant humain avait fait pour "ressusciter" sa fille. Comme quoi, tout peut arriver.

- Les Centii : (Tiens, cadeau, c'est un photo du frère de ma copine avec le perroquet de mes parents. Il est vraiment impayable ce type.) C'est une race de guerriers à la base, il parait qu'ils viennent en direct de chez les zones Sheevat. Ils font partis de l'une des nombreuses races de guerriers là-bas, mais ont saisi la première occasion de se tirer, parce qu'ils en avaient marre de voir leur héritage de guerrier millénaire leur faire écoper d'un rôle de chair à canon pour des mecs qui se foutaient éperdument de leur honneur. Je peux comprendre qu'ils l'aient eu mauvaise.

- Les Quo'rii : (Ca, c'est une photo d'une copine qui est dans un groupe. Elle a déjà un copain hein.) C'est un peu le même principe que les Centii, mais dans la marine spatiale Sheevat. Il se dit qu'ils ont des centaines d'années d'expertises sur les vaisseaux, qu'ils y grandissaient et y naissaient, et que du coup, ils se sont mis à adopter les combinaisons spatiales au quotidien... Ça vaut ce que ça vaut. En tout cas, la combi chez eux pour sortir, c'est sacré. Un peu comme ces religions à base de draps sur la tête chez vous ...

Ça, c'est les principales, mais il nous en arrive des tas, en permanence. Quand le manifeste dit "La Hiérarchie est un phare", elle se fout pas de votre gueule. Elle parle vraiment de phare, avec la lumière forte pour attirer les moustiques, sauf que là, c'est des races d'aliens. C'est, genre, une putain de terre d'opportunités pour tout les mecs qui veulent se construire une vie, tu vois ?

Et là, tu te va te dire, comment ça se passe au quotidien ?

Alors c'est simple, je vais te faire un résumé. Ici, tu nais pas dans un bocal, tu nais à l'ancienne, quelque soit la race d'ailleurs. Les progrès de la médecine ont permis des tas de trucs sympathique à ce propos, et les hybrides existent, ils sont une réalité du quotidien (Demandes à ma demi-sœur tiens, elle est à moitié humaine. Comme c'est qu'un demi-robot, elle fait que la demi-vaisselle. Hin hin hin. Non, je déconnes, elle est super.). Elle a aussi permis de supprimer au niveau génétique pleins de saloperies, même si il fallut des générations pour qu'on soit tous en bonne santé et qu'on oublies les malformations...

Là, forcément, je te vois venir : Pourquoi on s'est fait chier à faire ça alors qu'avec un petit coup d'éprouvette, et en une génération, tout était réglé. Et bien parce que chez nous, on aime pas les éprouvettes. Parce que chez nous, on a découvert des trucs géniaux : Des fois, les hasards de la génétique aboutissent à des choses intéressantes. Avant la chute d'Asyos, après une guerre avec les indigènes de l'intérieur du continent de la première Hiérarchie, ils avaient assimilés des cyborgs, du genre bricolés, avec des implants partout, qui leur permettaient de faire du feu, de la télékinésie ou des trucs dans le genre. Il paraît que la guerre contre eux a été terrible, parce qu'on pensait pas cela possible... Enfin bref, on s'est rendus compte avec le temps que ça s'était tellement inscrit en eux que leurs gosses se sont mis à avoir des dons, sans les modifications (mais avec quand même des trucs cools, genre des néons qui poussent avec les cheveux. Elle a ça ma demi-sœur, C'est super psychédélique.). Et bah ça, c'est la raison précise de pourquoi on laisse la reproduction à la nature. Non, pas pour avoir les cheveux qui brillent dans le noir. Putain, tu mérites des baffes, toi !

Bon, ensuite, quand t'es jeune, tu va à l'école. Ensuite, à 15 ans, on t'envoie à l'entraînement militaire. Sans exception, les femmes et les hommes, tout le monde y va. En général, tu restes dans l'armée jusqu'à tes 30 ans.

Et là tu te dis "Mais c'est pas possible, une société peut pas se reposer autant sur l'armée pour ses jeunes !". C'est là que ça devient rigolo. L'armée, elle sert à tout. Moi, par exemple, je suis dans une division "cyberguerre", mais quand je suis pas en train de cracker ton dossier d'images coquines, je fais des mises à jours de sites gouvernementaux ou je vais dans les écoles pour former les jeunes à l'utilisation d'internet, ou je bosse dans la recherche. Ma copine, elle, c'est plus classique, elle est infirmière de terrain. Ça veut dire qu'elle est toubib à mi-temps dans les hôpitaux civils, et que je le reste du temps, elle est dans sa légion. Son frère est pilote de chasse (Ça doit expliquer son lien de parenté avec le perroquet...), mais il assiste de temps en temps les pompiers en pilotant une canonnière à eau. Enfin, ma demi-sœur ... Bon, c'est un peu plus compliquée pour elle, puisque comme elle a des dons, ils l'ont foutus dans une unité spéciale, une "Cabale", et quand elle est pas à l'entrainement ou en opération, elle triche aux cartes en lisant mon jeu, ou elle fait faire de la break-dance à son trousseau de clés.

Bref, l'armée, c'est un peu n'importe quel job, mais en casernement, avec des potes, des flingues et de la bière. (Bon, mon supérieur n'approuverait pas celle-ci, par contre.)

Et après être sorti de l'armée, bah en général, tu restes réserviste, et tu peux enfin profiter des joies de la vie en dehors de la caserne. En général, tu t'éloignes jamais très loin de ta légion, parce que tu t'es fait la quasi-totalité de tes potes là-bas, et que t'as la fierté d'y avoir appartenu (Et de toujours y appartenir, d'ailleurs.). Tu gardes les flingues, aussi.

Mais bon, j'imagines que tout ça, tu t'en tapes. Toi, ce qui t'intéresse, c'est comment on est organisés politiquement, tout ça ?

Et bien c'est simple. Il y a 27 citoyennetés différentes. Plus t'es haut, plus t'as de responsabilités et de devoir, plus t'es bas, plus ton devoir est d'obéir et de soutenir tes supérieurs. Toute l'ascension est basée sur le mérite, et crois-moi, on est carré. On sait trop bien ce que donne le désir de pouvoir individuel pour permettre l'ascension des clowns au sommet. Le plus haut grade, c'est le Primarque. C'est simple, y'en a qu'un, c'est le patron. Il a toute autorité. Il peut théoriquement faire ce qu'il veut. Théoriquement hein, parce que si il tente de faire une dictature, il est assassiné, ou massacré par la population. C'est déjà arrivé, et en général, c'est plutôt l'armée la première à lui jeter des pierres plutôt qu'à le soutenir. L'actuel Primarque s'appelle Septimus Alcius Cora, c'est un Centii, ancien généralissime.

Bon, après, j'imagine que c'est l'armée qui t'intéresse, ce qui n'est pas étonnant. Allez, rien que parce que c'est toi, je te sort les super descriptifs qu'on peut trouver sur Internet, et que t'as pas l'air d'avoir pensé à chercher. Je ne te blâme pas, c'est vrai que je suis carrément plus intéressant qu'une bête recherche !

Quoi ? Tu t'en fous des descriptifs et tu veux juste des photos ? Que je te comprends. C'est chiant les descriptifs. Heureusement, Tonton Killian est là !

Allez, hop.

Infanterie:
 

Cabaliste:
 

La Flotte:
 

Bon, voilà, c'était tout, parce que bon, c'est la fin de la pause, et accessoirement, parce que je suis en train de balancer des photos privées. J'en aurais bien filé d'autres d'ailleurs, mais comme je connais pas grand monde chez les tankistes, je peux pas trop t'en filer...

Bon, à plus !


Dernière édition par Technaugure le Sam 4 Mai - 12:29, édité 2 fois (Raison : J'ai linké directement au Wiki. Je me suis fait ma propre catégorie douilette pour la Hiérarchie, c'est bien. Je pense qu'il faudrait le renommer "Hiérarchipédia" :troll:)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pylz-killer
Administratum Dominus
Administratum Dominus
avatar

Nombre de messages : 659
Age : 24
Localisation : Aurora
Date d'inscription : 25/05/2008

Votre Fiche Nation
Nation: Imperium Auroran
Dirigeant: Impérator Ethan
Couleur sur la carte: Rouge

MessageSujet: Re: Cosmos Domination II - Chapitre II   Ven 3 Mai - 16:34


Hymne : Ad Gloriam Aurora

Histoire fondatrice :

Citation :
Après des années de guerres, de dévastations climatiques et d'horreurs biologiques, les terriens choisirent la seule voie qui s'offraient à eux : la fuite. Ils lancèrent à l'assaut du ciel des vaisseaux colonisateurs vers plusieurs planètes éloignées viables pour la colonisation. Asyos fut l'une d'entre elles.

Au début, les nations qui émergèrent de cette colonisation durent quasiment tout réapprendre. Un nouveau monde, un nouveau départ... Cela semblait presque idyllique : une planète ou humains et avortiums pourraient vivre en paix, un "paradis" ou les erreurs passées ne seraient pas répétées... Malheureusement, la haine, la jalousie ou la folie persistent. Et, bien vite, des guerres éclatèrent, des peuples furent écrasés ou détruits. Certains s'enfuirent vers les étoiles, voyant leur paradis s'effondrer dans les flammes. Mais certains restèrent. L'Impérium était de ceux-là. Car c'était Sa Divine Volonté qui en avait décidé ainsi. L'Aurore s'était révélée sur Asyos, et l'Impérium ne pouvait pas quitter son Saint Berceau. Aussi, il resta sur cette planète à la possession contestée et assimila ou pacifia une par une les nations restantes. Ceux qui acceptèrent Sa Sainte Parole furent accueillis comme des frères, les incroyants se virent offrir plusieurs choix. Beaucoup choisirent de partir. Peu furent ceux à rester pour résister. Ils furent soumis sans distinction.

Les désirs de paix et de tranquillité originaux, qui étaient ceux du premier Impérator, Pyre, disparurent peu à peu avec l'accession au Trône par son Fils Merccio. Celui-ci, disait-on à l'époque était guidé par Sa Sainte parole elle-même. Je n'en suis pour ma part pas particulièrement convaincu. Nombre de personnes ont défini ses actions comme étant à la foi de la folie meurtrière et à la foi de la sagesse démente, et bien peu d'entre elle ont vécu suffisamment longtemps pour voir leur message ne pas porter ses fruits. Car malgré des massacres, des vagues d'Inquisition arbitraires et diverses guerres de pacification inutiles, c'est par ces actions que l'Impérator Merccio a fait de l'Impérium ce qu'il est aujourd'hui : une nation solide protégée par une armée puissante.

Son fils, Ethan, apporta avec lui la fin de la tradition du pouvoir filial. En effet, avec lui arrivèrent des avancées technologiques importantes, quoique là aussi réservées pour une grosse part au domaine militaire. Et son accession au pouvoir se fit en sus de son accession à une longévité indéterminée. Les diverses modifications corporelles et biomécaniques qui furent appliquées à son corps humain le rendirent surpuissant, l'équivalent de ce que les humains de l'antiquité auraient appelé un immortel ou un demi-dieu. L'Impérator Ethan règne encore aujourd'hui sur l'Impérium sans partage, lui aussi soi-disant guidé par Sa Voix. Puisse-t-il mener notre nation à la réussite et garder le pouvoir d'une main de fer, car nombreux sont les jaloux ou les avides de prendre sa place.

Ce texte sera placé dans un endroit connu de moi seul et scellé par un sceau de destruction dont la clé sera en ma seule possession. De part son contenu, je me place dans une situation mortelle : si l'Inquisition le trouve, je serait immédiatement exécuté pour Hérésie. Et les conséquences en seraient sans doute tragiques.

Impérator Ethan

Impérator Ethan en Sainte Armure de Croisade, durant la guerre de pacification du système d'Asyos.


Territoire :

Le territoire impérial englobe tout le système d'Asyos.
Il y a Asyos elle-même, capitale de l'Impérium, siège du Trône d'Or et planète la plus urbanisée du système. Outre ses immenses cité-ruches, abritant des tours d'habitations s'étendant en hauteurs vertigineuses, s'y trouve le Palais Impérial, qui n'a de Palais que le nom puisqu'il peut être comparé à une ville, tant par sa taille immense que par la population de soldats, Custodes (cf description dans partie "Armée - Space Marines"), serviteurs, membres de l'Ecclesiarchie et de l'Administratum qu'il abrite.
C'est en outre la planète la plus fortifiée de l'Imperium et l'attaquer relèverait sans aucun doute de la folie pure.

Luna Prima

Première Lune d'Asyos, elle a été colonisée peu après la Guerre d'Asyos, afin de servir à la fois de base militaire spatiale et de chantier navale. Planète morte de type tellurique, elle abrite une grande réserve de fer et a encore quelques gisements de métaux rares en exploitation.

Luna Secundus

Deuxième Lune d'Asyos, légèrement plus grosse que la première, elle fut colonisée lors des balbutiements de l'Adeptus Mechanicus, afin d'épauler les mines et les usines de la planète. Environ 75% de la surface est recouvertes d'usines et centre de traitement, les 25% restant ne sont que d'immenses puits de mines à ciel ouvert, donnant accès aux richesses minérales de cette planète.
C'est en outre là que sont formés les membres de l'Adeptus, qu'ils soient simple ouvriers ou Magos Superior.

Planète morte de type tellurique, gros gisements miniers, grosse production de matériels civil et militaire

Eygan (Semblable à Asyos)

Cette planète à l'atmosphère semblable à celle d'Asyos, a été colonisée durant l'évènement appelé "l’Expansion Stellaire", environ 20 ans après la Guerre d'Asyos et les déplacements des autres nations vers l'espace. Possédant une atmosphère viable, elle a tout naturellement été voué à l'installation de cité-ruches et des champs de culture agriponiques, en plus des diverses industries secondaires usuelles accompagnant une colonisation.
Faits notables :
C'est sur Eygan que se trouve le second lieu de culte le plus important de l'Impérium, derrière le Palais Impérial lui-même : la Basilique Saint Doume.
De plus, sur cette planète se trouve aussi une enclave de la République de Fiurenza . Ayant toujours eu des relation au minimum neutres avec les Fiurenziens, ils furent autorisés à rester sur place lors de la colonisation de la planète.

Funestis (Planète désertique)

Planète désertique située proche du soleil, elle fut colonisée en majorité pour ses gisements fossiles (Prométhéum (pétrole)). En effet, sur cette planète, l'eau de surface est une denrée rare, et il faut parfois creuser jusqu'au kilomètre de profondeur pour en trouver. Malheureusement, son intérêt se révéla vite être moindre, car ses ressources étaient en vérité bien faibles. Néanmoins, toute chose a son utilité et les rares mais importants gisements miniers furent exploités au maximum. C'est aussi sur cette planète que l'on trouve l'un des trois plus importants centre d'entraînement de la Garde Impériale.

Vanhaneim (planète gelée)

Cette planète, la plus éloignée du soleil avant Volcanis Ultor, offre un intérêt certain par rapport à ses réserves aquifères et une abondance d'hydrogène sous forme liquide. Cinq principaux centres d'extraction et de traitement se trouvent sur la planète, en plus de la cité-ruche Primagena, troisième centre de recrutement de la Garde le plus important du système. Outre cela se trouve sur son orbite l'arsenal civil Cypra Ultima, où sont fabriqué les gigantesques Supertanker Ironclad, vaisseaux aux soutes surdimensionnées pouvant transporter des millions de tonnes de ressources, qu'elles soient solides, liquides ou gazeuses

Supertanker Ironclad (vue arrière)
Supertanker Ironclad (vue avant)

Volcanis Ultor (Géante gazeuse)

Cette géante gazeuse située à l'extrême périphérie du secteur Asyos n'offre que peu d'intérêt. En effet, même si l'on y trouve de multiples centres d'extraction de méthane et d'hélium, il y a peu de transit autour de son orbite, hors vaisseaux commerciaux. Néanmoins, ses cinq lunes, riches en adamantium, sont âprement défendues par une flottille de la Navis Nobilite. De plus, l'on trouve en orbite basse une forteresse de l'Adeptus Astartes abritant l'Ordre des très mystérieux Chevaliers Gris.


Politique :

L'organisation politique de l'Impérium peut paraître simple, mais est en réalité complexe.
A la tête se trouve le Très Saint Impérator Ethan. De par son statut, sa voix couvre toutes les autres car ses décisions sont considérées comme étant celles de l'Aurore elle-même. Il est secondé par le Senatorum Imperialis, composé des Hauts Seigneurs d'Asyos. Le Senatorum comporte le Grand Maître Inquisiteur, le Seigneur-Magister de la Garde Impériale, le Maître de l'Administratum, le Fabricator Generali de l'Adeptus Mechanicus, le Haut Prélat de l'Ecclésiarchie et le Capitaine-Général de l'Adeptus Custodes. Ce sont les personnes les plus importantes en terme de pouvoir après l'Impérator, chargés de relayer ses ordres et de veiller à ce que chaque rouage de la branche qu'il dirige tourne sans accroc.

Les Hauts Seigneurs d'Asyos (de gauche à droite, le Grand Maître Inquisiteur, le Seigneur-Magister, le Maître de l'Administratum et le Fabricator Generali du Mechanicus)


L'Adeptus Administratum

L'organisation la plus importante est sans doute l'Adeptus Administratum. Cœur de la bureaucratie du gouvernement impérial, ses membres sont chargés de gérer chaque aspect de la vie en Impérium, de la formation de flottes de guerre à la levée de taxes. A ses balbutiements, il était fréquent qu'une lenteur pesante mène à des catastrophes, tant sur le plan militaire que civil, mais diverses réformes dans son fonctionnement, notamment au niveau des accréditations nécessaires à l'attribution du budget dans le domaine militaire et industriel ont permit un redressement et une plus grande rapidité de cette machine bureaucratique
Il est composé de trois branches principales concernant les domaines militaires, civils et industriels.

Adeptus Diplomatica

Sous division de l'Adeptus Administratum, elle est néanmoins importante que c'est par elle que passe les contacts avec les populations étrangères intelligentes, qu'elles soient humaines, avortiums ou xénos. Le Diplomatica est en outre, dans un premier temps, chargé de déterminer le niveau de menace de ces populations. Dans un second temps, après leur classement en statut "neutre" ou "amical", des relations plus avancées seront possibles.
De plus, c'est aussi le Diplomatica qui se charge des traitements de dossiers d'immigration, de l'établissement et des signatures des divers traités pouvant être établis.

Adeptus Stellar

L'Adeptus Stellar est la division de l'Adeptus Administratum chargée de l'établissement de cartes spatiales, de l'attribution de fonds à des expéditions d'exploration. Il sert aussi a déterminer la viabilité à la colonisation des différents systèmes solaires rencontrés. Le Stellar est donc toujours le premier à entrer en contact avec des populations inconnues, et détermine souvent les choix de classement de l'Adeptus Diplomatica.



L'Adeptus Mechanicus

L'Adeptus Mechanicus est une branche à part de la politique de l'Impérium. Ses membres n'ont parfois d'humain plus que le nom, tant leur corps a été modifié par divers ajouts mécaniques, allant de la simple prothèse à un remplacement neural complet. Le rôle du Mechanicus va de la fabrication de machine complexe au codage de processeurs spatiaux en passant par la manufacture d'armes de terrain. Leurs énormes Vaisseaux-Arches sont toujours envoyés en premier vers une planète colonisable, afin de préparer le terrain pour les colons : installation d'usines, de points d'extraction de matières premières ou l'installation des premiers blocs d'habitation.

Ses membres forment une caste jugée parfois occulte par le reste de la population, car leur vie se résume le plus souvent à une suite de codes, de chiffres et de calculs. Par ailleurs, ils sont très souvent mal vus par l'Ecclésiarchie, car leur vision de l'Aurore diffère du courant général. Ils la vénèrent sous un autre nom, l'Omniméssie. Si, dans les grandes lignes, leur vision du culte reste semblable au dogme, il diffère dans le fait que pour eux, l'Univers n'est qu'un immense code régis par l'Omniméssie (oui c'est un peu moisi, mais j'ai la flemme de chercher un truc valable)

Le membre le plus ancien du Mechanicus n'est autre que le Fabricator Generali, un être tellement modifié mécaniquement qu'on en viens à se demander ce qu'il reste d'humain en lui.

Le Mechanicus dispose de branches dans la Garde Impériale, la Navis Nobilite et l'Adeptus Astartes, où son rôle tient autant à réparer armes et véhicules qu'à fabriquer et entretenir les Saintes Armures Astartes.

Un Technoprêtre du Mechanicus
Un Vaisseau-Arche



Religion :

Le Culte de l'Aurore


L'Ecclésiarchie


Armée :

L'Inquisition

L’Inquisition, ou le très Saint Ordre Impérial de L'Inquisition, est une organisation secrète chargée de mener des enquêtes concernant des menaces potentielles au sein de l’Imperium. Elle traque toutes les menaces intérieures que sont le Sorcier, l'Hérétique et le Xéno et peut réquisitionner n'importe quel citoyen, matériel ou bâtiment impériaux.

Elle est subdivisée en trois sections nommées Ordos (ou ordres), les ordos Malleus, Hereticus et Xenos.

L'Ordo Malleus

Spoiler:
 

L'Ordo Hereticus

Spoiler:
 

L'Ordo Xenos

Spoiler:
 

L'Officio Assassinorum

Spoiler:
 

Représentation artistique


L'Adeptus Astartes

Les Adeptus Astartes (ou space marines), sont des guerriers centenaires, créés pour des guerres qui dépassent l'entendement. Dotés d'une force et d'une capacité de combat spectaculaires, ils sont énormément plus puissants que le simple soldat humain, même si celui-ci se retrouve protégé par la plus perfectionnée des armures. Issus de manipulations génétiques et d'endoctrinements calculés, ils sont l'aboutissement de centaines d'années de recherches et d'attaques incessantes. Ils ne ressentent pas la Peur, et leur arrivée sur un champ de bataille est synonyme de mort et de damnation pour leur ennemi.

Spoiler:
 


On compte une quinzaine d'Ordres répartis sur le système d'Asyos. Le plus important de tous est sans doute celui des Imperator Sons, mais l'ont peut aussi citer les Dark Vengers et, bien entendus, les Grey Knights, guerriers les plus puissants parmi les Astartes, car ils sont dotés, dit-on, de pouvoirs psychiques.
N'oublions pas de citer l'Adeptus Custodes, branche à part des Astartes, exclusivement chargés de la protection du palais et de l'Impérator. Révérés par leurs frères et adulés comme des demis-dieux, leur tâche les couvre d'un honneur et d'une gloire sans pareils.


Armure assistée MK IX

La Navis Nobilite

Spoiler:
 

Seigneur-Amiral Achilus

Capitaine de frégate

La Garde Impériale

Spoiler:
 

(mise à jour en cours)

_________________

"Humanity has always looked skyward for its true path..."

Les trois règles de l'admin :
-L'admin a toujours raison.
-L'admin en sait toujours plus que toi.
-Si l'admin a tord, se reporter à la première règle.


Dernière édition par pylz-killer le Lun 13 Mai - 0:35, édité 26 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://illergan.free.fr
Telchør
Chef d'escadron
avatar

Nombre de messages : 17
Date d'inscription : 02/05/2013

Votre Fiche Nation
Nation: Ascendance Asgardienne
Dirigeant: Ascendance
Couleur sur la carte: Noir

MessageSujet: Re: Cosmos Domination II - Chapitre II   Ven 3 Mai - 16:43

Ascendance Ásgardienne




« Armis Decoratur, Litteris Armatur ! »
« Décorée avec les armes, armée avec les lettres ! »

Hymne : Ô toi, Terre des Dieux

¤ Histoire de l'Ascendance :

Galaxie
Spoiler:
 
L'expansion humaine à travers la galaxie avait commencé plusieurs siècles auparavant, lorsque les avancées technologiques effectuées amenèrent l'Homme à repousser toujours plus loin son espace connu. De nombreux mondes furent colonisés, terra-formés, et l'Humanité parcouru la galaxie en long et en large, s'étendant au-delà de toute imagination.
L'Ascendance Asgardienne est une nation, rassemblant plusieurs systèmes solaires, qui a été fondé en 2187, lors de cette grande période d'expansion de l'Humanité. La civilisation Asgardienne tiens ces origines de lointains ancêtres, vénérant les dieux des Eddas, ces textes mythologiques anciens, racontant la création de la Terre, le combat des Dieux et des géants, ainsi que le terrible Ragnarök, le crépuscule des Dieux. Regroupant les descendants des hommes et femmes du Nord, de nombreux vaisseaux sont partis explorer la galaxie et s'installèrent aux confins de l'espace, là où ils pourraient prospérer et vivre en paix.

Edda Poétique
Spoiler:
 

¤ Organisation de l'Ascendance :

Heimdall
Spoiler:
 
L'Edda Poétique apprends à l'Humanité que Heimdall, dissimulé sous le nom de Rig, se rendit parmi les hommes et créa, au cours de son voyage, les trois grandes classes sociales : Les esclaves, les hommes libres et les seigneurs guerriers.
Perpétuant la tradition, la civilisation Asgardienne respecte à la lettre les apprentissages de l'Edda Poétique, et le système de gouvernement en place, appelé Ascendance, est composée de 12 membres, issus des grandes familles, héritières des premiers seigneurs guerriers. Elles dirigent l'ensemble des planètes, prennent toutes les décisions et sont garantes de la prospérité de la civilisation Asgardienne. En outre, elles détiennent les plus grandes entreprises de l'Ascendance, au côté de quelques hommes libres, qui, par leur mérite, ont su s'élever, sans pouvoir pour autant prétendre au pouvoir politique et judiciaire.
Les Hommes Libres, justement, ont exactement les mêmes droits que les seigneurs guerriers, à quelques exceptions prêts. Ils représentent près de 35 % de la population totale. Ils forment les ingénieurs, les architectes, les médecins, les chercheurs, les officiers de l'armée et le personnel naviguant des flottes spatiales, les cadres des entreprises et parfois, les ouvriers spécialisés de secteurs de pointe, comme l'aérospatiale ou le nucléaire.
Les esclaves, eux, représentent le restant de la population. Ils possèdent plusieurs droits, dont celui à la dignité et à une éducation basique. Ils forment les cohortes ouvrières, les soldats et le personnel de toutes les entreprises. Ils vivent dans de gigantesques tours, où chaque individu possède un logement dès qu'il travaille. Ils ne sont techniquement pas l'esclave d'une personne, mais celle des entreprises qui les achètent à leur naissance, où de l'armée qui sélectionne à l'âge de 12 ans un certain pourcentage d'esclaves pour en faire les cohortes de protection du vaste espace de l'Ascendance.

Un exemple de vaisseau purement Asgardien
Spoiler:
 

¤ Politique et caractéristiques des planètes :

Yggdrasil
Spoiler:
 
L'Ascendance est assez étendue et ne compte pas s'étendre au-delà, de nombreuses planètes des systèmes solaires déjà colonisés étant à ce jour encore vierge de toute occupation humaine. Nation au passé militaire glorieux, à la pointe des progrès scientifique dans de nombreux domaines, l'Ascendance Asgardienne mène depuis presque 20 ans une politique isolationniste, soucieuse de préserver sa culture, ses traditions et une paix galactique bénéfique. Si les échanges commerciaux sont courants avec d'autres civilisation, ceux-ci tendent à ce limiter à certains secteurs, notamment l'industrie pharmaceutique et celle des droïdes, deux domaines d'excellence de la civilisation Asgardienne. Autre point de renommée, celle concernant l'architecture et la musique. Partout à travers la galaxie, l'Ascendance Asgardienne est connue pour ses opéras, ses musiciens et compositeurs de génie, ainsi que pour ses architectes à la pointe du progrès et de la beauté.
La planète-capitale de l'Ascendance est Midgard, qui abrite le palais de Valhalla, dans le vaste complexe d'Yggdrasil, centre de décision de l'Ascendance, le reste est un enchevêtrement de tours, qui abritent des cohortes d'esclaves, à l'exception d'une vaste zone au sud de la planète qui sert de lieux de villégiature, de loisir et d'habitat pour les hommes libres qui vivent sur Midgard.
Les autres planètes d'importances sont Vanaheim, proche de Midgard et principal centre industriel en ce qui concerne l'espace et les droïdes, Álfheim et Jötunheim vastes planètes agricoles et minières, Svartalfheim, reconnue dans toute la galaxie pour la manificience de ses bâtiments, notamment son gigantesque opéra, ainsi que pour la beauté de son vaste et unique océan, très riche en deutérium et en diverses ressources, Niflheim, Muspellheim et Nibelheim, autres planètes très peuplées parmi les dizaines restantes.

Le couloir qui mène au palais de Valhalla
Spoiler:
 

¤ Forces Armées :

Soldats de l'Ascendance en armure MJOLNIR
Spoiler:
 
Bien que strictement défensive, l'armée de l'Ascendance est imposante et fait partie intégrante de la politique galactique des Asgardiens. Elle est composé de millions d'esclaves, et de dizaines de milliers de droïdes, qui sont formés dès l'âge de 12 ans à l'art militaire, notamment sur la vaste base-planète de Bastion, principal centre de commandement de l'armée terrestre. Parmi les vastes légions d'esclaves, des bataillons d'élites bénéficient d'un statut particulier, qui octroît presque les mêmes droits que les Hommes Libres. L'Armée est donc un moyen d'élévation sociale unique pour les esclaves et tous rêvent de pouvoir un jour accéder à ce rang privilégié. Les plus chanceux pourront même devenir officiers et recevoir, à l'égal des hommes libres, une éducation plus poussée et une maison individuelle, ainsi que le droit de fonder une famille.
La Flotte Asgardienne est séparée du commandement terrestre et possède son propre état-major. Les règles sont ici complètement différentes et tout le personnel naviguant est composé d'hommes libres, du simple soldat au plus haut-gradé. Toutefois, à titre exceptionnel et sur autorisation spéciale, les esclaves les plus méritants sont parfois promus sur des vaisseaux à des postes secondaires.
Les deux états-majors sont composés des membres des grandes familles qui ne sont pas destinés à la politique, ainsi que d'Hommes Libres s'étant élevés par leur compétence ou leur éducation.

Le matériel de base du fantassin des légions Asgardiennes est assez vaste et permet de couvrir tous les besoins. Il existe une standardisation des équipements, qui permet de produire en grande quantité des armes aux qualités prouvées. Il existe aussi parmi les soldats des régiments d'élite, équipés de l'armure de combat MJOLNIR. Ces soldats, sélectionnés pour leur aptitudes physiques dès leur plus jeune âge sont envoyés dans des centres spécialisés, pour y subir des augmentations génétiques : Ossification par le carbure et la céramique, Injection visant à améliorer les tissus musculaires, Implant thyroïdien catalytique, Renversement capillaire occipital, Supraconduction fibreuse des dendrites neuraux. Ces opérations très risquée et à haut taux de rejet, moins de 10 % des sujets y résistent, permettent néanmoins ensuite aux sujets de devenir des supers-soldats, conditionnés à l'art de la guerre et bien plus efficace qu'un régiment entier. Au total, actuellement près de 4.000 Spartan sont opérationnels et près de 200 autres sont en formation. Formant l'élite de l'armée Asgardienne, ce sont les figures de proues et les héros du peuple. Bien que nés esclaves, ils possèdent les mêmes droits que des hommes libres une fois leur formation achevée et représentent donc le rêve de chaque esclave de l'Ascendance.
Le personnel naviguant est lui équipé beaucoup plus sobrement, avec un uniforme réglementaire en fonction du rôle de la personne au sein du vaisseau.
Les vaisseaux, justement, sont normés et il existe plusieurs classes de vaisseaux militaires standards, au sein de l'Ascendance : Station de Défense Orbitale, Porte vaisseaux de classe Phoenix, Porte vaisseaux de classe Infinity, Croiseur de classe Valiant, Croiseur de classe Marathon, Destroyer de classe Alpha, Frégate de classe Sovngard, Croiseur Furtif de classe Dragonborn, Prowler, Vaisseaux d'exfiltration de classe Black Cat, Chasseur de classe Longsword et Chasseur de classe Sabre. On y ajoute couramment un certains nombre de Station Orbitale aux fonctions diverses (réparation, centre médical, avant-poste radar.) et plusieurs vaisseaux de ravitaillements autonomes, souvent une simple transformation de vaisseaux cargo civils. Tous les vaisseaux utilisent des moteurs transluminiques, capables de déplacer un vaisseau au-delà de la vitesse de la lumière. Mis à part les tout nouveaux Croiseur de classe Dragonborn, ainsi que les vaisseaux d'exfiltration de classe Black Cat et les Prowler, ces deux dernières classes de vaisseaux étant peu ou pas armée/blindée, aucun vaisseau n'est furtif.

Station de Défense Orbitale
Spoiler:
 


Dernière édition par Telchør le Dim 5 Mai - 17:57, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hotep
Professeur Toddles
avatar

Nombre de messages : 153
Date d'inscription : 03/09/2010

Votre Fiche Nation
Nation: Concile des Cinq
Dirigeant: Mahican
Couleur sur la carte: Cyan

MessageSujet: Re: Cosmos Domination II - Chapitre II   Sam 4 Mai - 17:09


Le Concile des Cinq

***

" - Bon on va commencer par faire un rapide rappel de vos notions de l'année dernière ou du moins ce qu'il en reste. Elles s'entendent normalement sur toute la période Post-colonisation jusqu'au début de l'époque contemporaine. Donc allons-y, une question simple d'abord, quand a eu lieu la colonisation d'Asyos?

- 2115.

- Non! Essayons d'avoir la réponse par quelqu'un de moins attardé que toi.

- En 2133 après J-C soit l'an 1 du calendrier Auroran.

- Bien. C'était un exode de la Terre, juste le berceau des humanités, causé par la troisième guerre mondial. Celle-ci avait tellement traumatisé les populations qu'elles avaient mis à l'index toutes les connaissances concernant les armes de destruction massive et c'est donc à peu près désarmés que les colons arrivèrent sur Asyos. Bon comme vous le savez Asyos c'était la crèche et leurs descendances allaient prendre le même chemin que leurs ancêtres terriens.
L'écran afficha une ancienne carte géopolitique d'Asyos aux frontières mouvantes.
En 50 ans des dizaines de nations virent le jour mais seul les plus influentes d'entre elles sont encore connues aujourd'hui: Fiurenza, Aurora, Zeta-Nova et bien sûr la Hiérarchie Téronéenne et Gataca. Tout bascula en 2173 avec l’avènement de la B-machine, une intelligence artificielle illuminée des Royaumes Zétanes qui aurait découvert la "vrai foi". Personnellement, c'est pas la première fois qu'on voit quelqu'un se pointer en disant avoir vu la "seul Vrai voie" dans le seul but de se forger sa petite communauté de fidèles mais bon quand on se met à vénérer des boules moi j'appelle ça un porno.
L'image changea pour montrer des sphères parfaitement lisses sortant de nuages de poussière.
Vous les reconnaissez?

- Bah oui, des sphères zétans.

- La Hiérarchie et Gataca se sont très vite retrouvés entre les feux croisés des aurorans et des zétans, chacun prêchant son culte. Les lacunes historiques ne nous permettent plus d'en savoir les raisons mais ils durent battre en retraite. Ces deux nations empruntèrent la Voûte et le Bord, l’ascenseur spatial de Gataca alors seul leader dans la course à l'espace, et prirent place dans une flotte construite à la hâte. De récentes découvertes sur les réacteurs d'hyper-saut du Costa Concordia avaient permis d'en équiper tous ses vaisseaux. Avant de partir et pour éviter d'être suivi ils laissèrent une petite surprise aux sphères zétans dans Gataca, ses deux réacteurs néoatomiques Phobos et Demos en fusion incontrôlée.
L'écran afficha une vidéo prise depuis l'un des vaisseaux et montrant l'île de Gataca, Canidéa et Calis prises dans une explosion.
Au final retour à la case départ re-exode sauf que là ça a duré 5 ans, pas étonnant avec des moteurs FTL de Lada à la ramasse. Bref au bout de 5 ans, l'expédition arriva dans un système à la limite de la viabilité, celle-ci se scinda alors en deux: la plupart des téronéens n'avaient pas envie de repartir pour des années de voyage à l'issue incertaine et s'installèrent laissant les gatacans et quelques téronéens continuer leurs routes vers une planètes plus clémente. 10 ans plus tard et cette expédition, nos ancêtres donc, arrivèrent près de Cynosia, une planète peuplée d'une espèce intelligente, les cynos, divisée en plusieurs nations au même bases mais avec de légères différences. Quelqu'un peut me les rappeler?

- Il y a les Akrit, les premiers-nés vénérant les Lunes qui se considèrent comme l'élite des cynos , ils cherchent à imposer leurs visions de la Civilisation. Ensuite il y a les Lokrit qui cherche à atteindre la Vérité par la science, ce sont les plus avancés techniquement et scientifiquement. Enfin les Dokrit cherchent développer et à exploiter tout le potentiel d'une sorte de sixième sens des cynos, les deux taches sur le pelage de leurs fronts, qui leur permettent de voir et de manipuler les champs électromagnétiques.

- Eh bien, vous pouvez remercier votre terminal. Une planète idéal pour la colonisation donc, mis à part la station qui orbitait autour et qui attaqua sans somation. Bon pour résumer ce qui s'est passé ensuite je dirai téronéen. C'était une station, une tannerie plutôt d'une espèce dont on ne connait presque rien encore aujourd'hui, les Sheevats. Ils prélevaient un certain pourcentage des cynos pour leurs fourrures très spéciales et ils y tenaient vraiment car c'est une véritable armada qui débarqua pour reprendre la planète quelques semaines plus tard. La Grande Guerre ne dura paradoxalement que quelques mois et cessa le jour où la cité d'Altea émergea des nuages. Trois jours après, en 2203, les Akrit, les Dokrit, les Lokrit, les humains et les Shevat firent vœux de paix à Altea. Les Shevats s'engagèrent à ne plus tenter de reprendre Cynosia mais en contre-partie les cynos et les humains devraient fournir chaque année 100 000 fourrures à la station. Voilà sur quoi ce base cette paix depuis un siècle, le sacrifice de.. Mais je vois que ça n’intéresse pas tout le monde, Mr Bérenger réveillez votre voisin... "

_________________

Professeur Toddles à votre service
Attention cynos méchant!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirda
Chef d'escadron
avatar

Nombre de messages : 17
Localisation : Onogoro
Date d'inscription : 13/04/2013

Votre Fiche Nation
Nation: Dai Nippon Supēsu Teikoku
Dirigeant: Yamato Jinmu Amaterasu Tennō
Couleur sur la carte: Jaune

MessageSujet: Re: Cosmos Domination II - Chapitre II   Dim 5 Mai - 12:45

Dai Nippon Supēsu Teikoku






Empereur Yamato Jinmu Amaterasu Tennō :




Le Palais Impérial d’Onogoro était une fois de plus en effervescence. À vrai dire, c’était toujours le cas depuis la fondation du Dai Nippon Supēsu Teikoku en l’an 2200. Jour et nuit, il y avait toujours des centaines voire des milliers de personnes qui grouillaient dans les couloirs de la résidence du Tennō, portant parfois des centaines de documents importants ou rien, mais quasiment tous courraient le plus souvent pour se dépêcher de monter dans les escaliers ou de s’engouffrer dans une porte qui menaçait de se fermer car la réunion n’allait pas tarder à commencer. Parfois, l’on disait même que le palais avait été fait à l’image de Tokyo, la capitale du Japon sur Terre : immense, surpeuplé et toujours en suractivité. C’était une description qui collait à peu près le mieux à la réalité lorsque l’on pénétrait à l’intérieur de l’imposant édifice, après avoir dépassé l’obélisque et avoir marché dans les magnifiques jardins qui entouraient le lieu du pouvoir.

Yuto Junpei Oda, digne descendant de l’illustre daïmyo, seigneur de guerre et unificateur du Japon, Nobunaga Oda ; était l’une de ses innombrables personnes qui passaient leur vie entière à travailler à l’intérieur du palais impérial. Il pouvait se vanter de connaître par cœur tous les couloirs, toutes les pièces, tous les coins & recoins et toutes les antichambres du palais, après les avoir arpentés pendant de très nombreuses heures tard le soir ou même dans la journée. Il pouvait également se vanter d’avoir connu et côtoyé quasiment tous les jours près de la moitié des premiers-ministres de l’Empire, tous issus sans aucune exception de la noble famille Hashimoto, dont fait parti l’actuel Dai ichi daijin, Shintao Hashimoto, qui était le fils du précédent, Hirohito Hashimoto, lui-même fils du précédent, etc. Tels les monarques, le poste de premier-ministre semblait être héréditaire, de père en fils, quoi qu’il y avait eu une dizaine de Dai ichi daijin pour un seul Empereur.

L’homme approchait des soixante-dix ans, ce qui était assez jeune tout de même dans l’Empire. Les japonais sont très réputés pour leur longévité hors-du-commun, atteignant des âges impressionnants, et ce depuis les temps les plus anciens. Le premier empereur, Jinmu Tennō, aurait vécu jusqu’à 125 ans selon la légende, lui qui vivait en -600 avant Jésus Christ. Et au XXI ème siècle, les centenaires japonais se comptaient par centaines de milliers, jusqu’à ce que la terrible Troisième Guerre Mondiale éclate et qu’une grande partie de la population japonaise fut décimée par les armes de destructions massives ennemies, armement que ne possédait pas le Japon à l’époque car celui-ci avait déjà rasé deux villes importantes lors de la seconde guerre mondiale, qui furent d’ailleurs à nouveau anéanties par des armes du même type.

Depuis le début de la colonisation d’Aysos, les japonais vivaient en moyenne cent soixante-dix ans. C’était une très bonne moyenne, largement supérieure à tous les autres peuples humains. Cette immense longévité était d’ailleurs un argument de plus dans les thèses du Nihonjinron, qui affirmait qu’elle été dû à la « supériorité raciale des japonais » ainsi qu’à leur « bénédiction divine accordée par les trois grandes déités créatrices du monde : Amanominaka-nushi, Takami-musuhi et Kami-musuhi ». Avec leur arrivée sur Takamagahara, dans le système solaire portant le nom de la première des déités cités, la durée de vie moyenne s’était à nouveau allongée, passant maintenant à plus de deux cent vingt ans. Il y avait des bicentenaires à Onogoro, qui avaient vécus le départ de la Terre, la colonisation d’Aysos et de dizaines d’autres exo planètes. L’Empereur avait lui-même 150 ans, et paraissait assez jeune.

Cela n’avait en réalité rien de très exceptionnel. Vers les années 2010, le corps de l’Homme était conditionné pour vivre jusqu’à 120 ans en moyenne. Si ce chiffre n’était que très rarement atteint, c’était généralement à cause d’une nutrition pas assez bonne, des conditions de travails et des maladies. Les japonais étaient largement en avance sur le restant de la planète déjà à cette époque, notamment par une alimentation bien plus équilibrée, puisque la viande a beau être certes très consommée dans l’Empire du Soleil Levant, mais il y a également énormément de végétaux à côté, permettant une vie plus saine sur le plan alimentaire. Donc que les hommes trois-cent ans plus tard vivent cent ans de plus en suivant les mêmes conditions de vie, et après des progrès évidents de la médecine, cela était totalement possible, certains vivaient même dix ans de plus parfois.

Ce « jeune » homme de soixante-dix ans était l’un des plus hauts fonctionnaires de l’Empire, sous les ordres direct du premier-ministre et du Tennō, à qui il devait régulièrement rendre compte, lui permettant ainsi d’avoir l’accès à bien des endroits cachés dans lesquels Yuto Junpei Oda avait généralement très fort à faire. Ce n’était pas une vie de tout repos comme certains mènent, au bord d’un lac, sur le volcan éteint Fuji, vivant paisiblement et sereinement, se contentant de l’immense fortune léguée par leurs ancêtres qui l’avaient amassés en dirigeant d’importants conglomérats sur Terre, dirigés des colonies japonaises sur Aysos ou participés à la fondation d’Onogoro. Mais cette vie là, très peu étaient les gens qui la souhaitent réellement car pour eux, travailler, c’était rendre service à l’Empire et par conséquent aux déités, qui pourraient les aider dans leur vie.

Mais aujourd’hui, une fois n’est pas coutume, il n’avait rien emporté avec lui alors qu’il devait rejoindre de toute urgence l’Empereur et le premier-ministre pour les avertir d’une nouvelle des plus importantes, imprévue, mais qui les satisfaisait très certainement puisque c’était un moment tant attendu. Comme bon nombre des autres fonctionnaires, il avait emprunté une sorte de « trottinette » électrique, un cercle renforcé avec un guidon qui avançait à plus de trente kilomètres/heure et permettait de se transporter bien plus rapidement dans les immenses couloirs ; et doublait bien d’autres employés qui eux courraient et suaient, portant bien des documents plus ou moins importants dans leurs bras, minutieusement rangés dans des archives.


« - Majesté, Excellence, lança le haut-fonctionnaire en direction des deux dirigeants de l’Empire, avant de s’incliner respectueusement. »
« - Un problème, monsieur Oda ? Demanda le Tennō, interrompu dans sa réunion avec son premier-ministre. »
« - Je vous remercie de m’excuser, mais le ministre de la Défense vient de m’avertir d’une nouvelle. La sortie du croiseur est imminente … »
« - Déjà ? S’étonna le premier-ministre. Nous n’avons point été avertis. »
« - À vrai dire, la construction a été accélérée, pour l’anniversaire de la fondation de l’Empire. »


La réunion fut immédiatement interrompue, et reportée à dans plusieurs heures. Les trois hommes s’engouffrèrent dans une porte pour accéder, par un ascenseur secret, dans les sous-sols du palais, où le hangar impérial accueillait la navette personnelle de l’Empereur qui était prête à décoller à tout moment, et notamment là, pour emporter le Tennō à n’importe quel endroit dès que nécessaire. Cette fois, le vaisseau se dirigeait vers une destination à laquelle il n’avait pas tellement l’habitude d’y aller : le chantier spatial de Yokohama, là où étaient construis une grande partie des vaisseaux spatiaux qui défendent le système solaire de toute incursion ennemie. Le premier croiseur de classe Yamato, le Ame no nuhoko, venait de sortir des cales sèches. Signifiant « la Lance Céleste », il est le fleuron de la flotte spatiale japonaise pour servir à la défense du système.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Telchør
Chef d'escadron
avatar

Nombre de messages : 17
Date d'inscription : 02/05/2013

Votre Fiche Nation
Nation: Ascendance Asgardienne
Dirigeant: Ascendance
Couleur sur la carte: Noir

MessageSujet: Re: Cosmos Domination II - Chapitre II   Dim 5 Mai - 18:45

Ascendance Ásgardienne



« - Arne, il est l'heure. Nous devons absolument prendre cette décision. Et vous êtes le dernier à ne pas avoir donné son avis. »
« - Je sais. Sur le fond, je ne suis pas opposé à cette idée. J'y ai même beaucoup à gagner. Mais ne pensez-vous pas que cela entraînera sur le long terme une menace intérieure, face à un tel déséquilibre ? »
« - Nous connaissons tous les risques. Mais en ajoutant une simple sécurité, on peut palier à ce problème. »
« - Non. Vous pensez pouvoir palier à ce problème. Ajouter vos fameuses puces ne changera pas le problème de fond. Une IA sera toujours capable un jour d'imaginer un moyen de contourner votre sécurité, c'est bien là le problème. Regardez ce que cela a provoqué sur Asyos ! Ces cinglés ont provoqué une guerre atomique, qui a coûté la vie à des millions de personnes. Nous avons tous jurés depuis lors de ne pas reproduire cette erreur, de ne plus jamais créer d'IA à ce point intelligente et autonome. Alors des millions ! Non et encore non. C'est trop risqué. Je vote contre cette mention. »
« - Mais ... »
« - Silence Bjorn ! Arne a rendu son verdict. Le résultat du vote est désormais clair et la mention est rejetée à la majorité absolue, moins deux voix. Plus de 75 % des voix étant contre, cette mention sera également sujet à archivage définitif dans la grande bibliothèque universelle, dans les sections appropriées et avec un scellé de niveau 9. »
Après une courte pause, une femme se leva soudain et pris la parole :
« - Bien, je souhaiterais aborder à présent le sujet qui concerne la révolte dans le secteur Aarhus. Le 407ème régiment à repris le contrôle des immeubles, procédé aux arrestations nécessaires et mis en quarantaine le secteur. Toutefois, nous craignons une extension des revendications aux secteurs voisins, surtout Oslo et Copenhague, qui ont récemment été victime d'une panne du système général Bifrost, ce qui a entraîné la mort de 4 individus à Oslo et 7 à Copenhague. Je préconise le déploiement sur place de deux bataillons par secteur, afin d'endiguer toute menace éventuelle. Il nous faut également aborder la question des prisonniers du secteur Aarhus, pour lesquels je préconise le protocole Alpha 05. J'attends vos remarques. »
Après trente secondes de silence, la femme repris la parole.
« - Dans ce cas, je transmet les ordres nécessaires au général Haakon. »
Immédiatement après, une grande femme, celle qui avait déjà parlé auparavant pour conclure le précédent vote, ce leva et annonça à haute voix :
« - La séance est levée, la prochaine session du conseil de l'Ascendance aura lieu demain, à la même heure. Conseillers, veuillez à présent vous lever et quitter la pièce. »
Une heure plus tard, dans les quartiers Oslo et Copenhague, le 106 ème et 301 ème bataillon du 41 ème régiment pénétrèrent dans les immenses tours, où logeaient et vivaient des dizaines de milliers de personnes par tour, prenant position à divers points stratégiques préconçu lors de l'élévation des bâtiments. Les prisonniers du secteur Aarhus reçurent une proposition, soit la prison pour une période de 10 ans, soit le travail dans les immenses fonderies, soit encore, le travail à bord des vaisseaux d'extraction chimique qui extraient les composés chimiques des géantes gazeuses des systèmes solaires de l'Ascendance. Ces deux métiers sont extrêmement durs et éprouvants, mais les prisons de l'Ascendance ayant une terrible réputation, tous les prisonniers acceptèrent de travailler dans ces immenses complexes ou vaisseaux, ad vitam eternam.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Telchør
Chef d'escadron
avatar

Nombre de messages : 17
Date d'inscription : 02/05/2013

Votre Fiche Nation
Nation: Ascendance Asgardienne
Dirigeant: Ascendance
Couleur sur la carte: Noir

MessageSujet: Re: Cosmos Domination II - Chapitre II   Dim 5 Mai - 20:47

Ascendance Ásgardienne



Le bâtiment le plus important de Midgard et de toute l'Ascendance, n'est pas le palais de Valhalla, pourtant centre de décision et résidence des grandes familles seigneuriales. Le bâtiment dont s’enorgueillissent ces grandes familles n'est pas le grand opéra de Svartalfheim, pourtant d'une magnificence quasi-mystique. Ce bâtiment, c'est l'immense bibliothèque universelle, située en plein milieu de l'île d'Avalon, dans le secteur d'Yggdrasil, à Midgard. Lors de la fuite en direction d'Asyos, les ancêtres des Asgardiens ont pris avec eux le plus d'objets, de livres et de textes qu'ils pouvaient prendre, afin de sauvegarder le patrimoine de l'Humanité. Même après la fuite d'Asyos et la création de l'Ascendance, cette volonté de préserver pour toujours l'Histoire de l'humanité a perduré et aujourd'hui, tout est compilée dans un immense bâtiment, hautement sécurisé. Certains objets et parchemins datent de plus de 13.500 ans et sont préservés dans de l'ambre, une matière aux propriétés étonnantes. Tous les documents ont été en sus retranscrits dans toutes les langues connues des hommes et stockées dans les immenses bases de données de la bibliothèque. Tout ce qui a pu être sauvé, et toute l'histoire connue des Asgardiens depuis la fuite de la Terre est précieusement compilée, afin que lorsque toute trace de vie humaine aura disparue de l'univers, d'autres civilisations puissent alors trouver ces données et comprendre qui étaient les hommes. Un système de langage universel est depuis près de 70 ans en cours de création par les sages, des hommes libres appelés à travailler dans cette bibliothèque jusqu'à leurs derniers jours. Cette gigantesque bibliothèque compile également, à des degrés de sécurité très élevée, toutes les décisions prisent dans l'Ascendance Asgardienne, du plus haut au plus bas échelon. Cette base de donnée universelle est le bien le plus précieux de l'Ascendance, et selon l'avis général au sein de la nation, le bien le plus précieux de l'Humanité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Filotas
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1151
Age : 26
Localisation : Nice
Date d'inscription : 25/05/2008

Votre Fiche Nation
Nation: Reich Avortium
Dirigeant: Kaïser Falco Nova
Couleur sur la carte: Bleu prussien

MessageSujet: Re: Cosmos Domination II - Chapitre II   Lun 6 Mai - 1:21


Le Reich Avortium

An 2301.

Au Reichstag, le Kaïser Falco Nova présentait devant ces ministres, conseillés et nobles son projet d'attribution d'un nouvel espace vital pour le peuple avortium. Il s'agit d'une politique éclaire de colonisation, qui ne durera qu'un an, peut être deux mais se n'est pas sur.

Son objectif est de sécuriser les systèmes voisins pour préserver le cœur du Reich des incursions hostiles mais aussi de rencontrer de nouveaux peuples avec qui nouer des bonnes relations, notamment avec la République Terran au nord et l'Empire du Soleil Levant à l'est. (Je sais que les points cardinaux n'ont aucun sens dans l'espace, mais on va pas chipoter ok !)

Le Patriarche de l'Unité, religion d'état, à interprété les schémas prophétiques de B-Machine. Elle lui à assuré que le peuple, expression de la volonté divine, approuverait en grande majorité le plan du Kaïser. C'est donc avec une certaine confiance que son Altesse impériale avait présenté son plan.

Aussi tôt, l’opération fut organisée par les autorités compétentes. La colonisation des systèmes alentours prendrait un an.
Les systèmes R-22, T-21 et Z-26 serraient colonisés, ensuite, le Kaïser prévoyait de miser dans l'ouvertures d'ambassades chez les proches voisin du Reich pour y négocier l'établissement de routes commerciales avec ces pays.

D'un point de vus théologique, le gouvernement avortium et l'Eglise de l'Unité n'avaient pas envisagés de convertir ces voisins à sa religion ou de rependre sa croyance au reste de l'univers connus. Contrairement aux antécédents historiques des anciennes religions, porté sur la soumission des peuples à une religion unique, l'Unité se construit dans l'oligarchie religieuse. Le peuple avortium crois en une religion "du plus petit nombre" qui formerait une élite morale et philosophique parmi les peuples.
Les avortiums se sentent favorisés par le fait qu'ils soient les seuls à avoir reçus les Schémas de la Bulle-Machine. De ce fait, si d'autres peuples venaient à se convertir à l'Unité, cette place au podium des pieux serrait compromise.

C'est pourquoi le Reich n'ira jamais obliger ou inciter qui que se soit à adopter sa religion. Au contraire, plus ces voisins sont de confessions différentes, plus les avortiums sont rassurés pour leur âme.

C'est se que prétend l'Eglise de l'Unité... La réalité est tout autre.

Pour que le Reich perdure, il faut que ses fondements restes inchangés. Une autorité forte et totalitaire représentées par le Kaïser et une analyse minutieuse de l'opinion publique par l'Eglise.

Point de propagande, de police politique ou de contrôle de la presse. Le totalitarisme du Reich perdure par sa concordance avec la volonté du peuple. Le Kaïser fait se que le peuple lui ordonne indirectement de faire tout en maintenant l'illusion d'un pouvoir central fort et unitaire.
Mais par quel moyen ?
C'est là que l'Unité et son U-net entre en jeu.

Le citoyen avortium est une machine vivante. Dés leur enfance on leur installe multitude de puces neuronales et prothèses artificiels pour les connecter à l'U-net et en faire des surhommes.

L'Unité est plus qu'une religion, c'est un formidable réseau de communication et d'échange de donnés aux quatre coins du Reich. Tous, inconsciemment reliés à un point névralgique d’analyse des flux de donnés colossales qui émanent de l'opinion de chaque citoyen. Pas de contrôle de la pensé, car se n'était point le Schéma de la B-Machine, mais une analyse minutieuse des souhaits et volontés de chacun.

Grâce à cet outil, l'Eglise de l'Unité établit des estimations très précises de la volonté générale et la soumet au Kaïser. Celui ci, fort de son autorité agit en conséquence. Et quand il décide de prendre une décision qui ne lui à pas été rapporté par l'Eglise de l'Unité, il prend quand même le soin de demander à celle ci son avis. Es que le peuple serrait enclin à accepter tel ou tel politique et dans quelle proportion ? L'Unité analyse l'inconscient des citoyens et fait son rapport. De là, le Patriarche annonce au Kaïser si oui ou non le peuple suivra ses projets politique.

Une dictature apparente, offrant l'ordre et l'unité du pays et une démocratie masquée derrière une religion d'état universel à l'écoute du peuple pour la stabilité et le soutien du plus grand nombre.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alaric
Maître du jeu
Maître du jeu
avatar

Nombre de messages : 137
Date d'inscription : 02/06/2011

Votre Fiche Nation
Nation: Le Vide.
Dirigeant:
Couleur sur la carte: Plusieurs.

MessageSujet: Re: Cosmos Domination II - Chapitre II   Lun 6 Mai - 10:29

Evènements du tour (tour 1) :


NB : Etant donné qu’il s’agit du premier tour, les PNJ n’ont encore aucun contact avec les différents joueurs. De ce fait, les événements PNJ de ce premier tour serviront à la colonisation, pour chacun d’entre eux, d’un territoire.



Evènement bénéfique : Système C8

Une petite troupe d’archéologues émérites, financée par une puissante fondation scientifique dénommée Moëbius, a trouvé dans ce système des ruines prouvant l’existence dans le passé d’un avant-poste Sheevat loin par-delà leurs frontières habituelles. Sitôt la découverte réalisée, Moëbius a immédiatement envoyé un bataillon entier de mercenaires d’élite pour protéger la découverte. L’installation, fortifiée, aurait dû pouvoir être explorée sans problème. Seul soucis : Quelques instants après que les archéologues pénétrèrent au plus profond de l’avant-poste, toute communication avec le système furent coupés. Problème d’émetteurs ? Assaut extra-terrestre ? Piège meurtrier ? Le seul moyen pour les civilisations du Secteur d’Asyos d’en avoir le cœur net serait d’envoyer leurs propres expéditions. Ils pourraient ainsi découvrir des technologies antiques… Ou envoyer leurs hommes à la mort.



Evènement neutre : Système B3

Alors qu’un croiseur du Concordat explorait ce système, aux frontières nord-ouest du Secteur sur le Plan Galactique, il fut victime d’une série d’incidents. Plusieurs membres d’équipages affirmèrent avoir vu des formes « fantomatiques » errer dans les couloirs sombres du navire, et certains –dont le capitaine- furent victimes de violents cauchemars. Les moteurs du vaisseau tombèrent alors mystérieusement en panne, clouant l’équipage dans le secteur B3. Les choses empirèrent encore lorsque plusieurs gardes et marins furent découverts déchiquetés lors de leurs patrouilles ou en plein sommeil. Certains hommes ne se réveillèrent même plus. Les incidents durèrent plusieurs jours, jusqu’à ce que le moteur puisse être rebooté, les morts devenant plus nombreux à chaque heure. Le capitaine déclara l’état d’urgence, et verrouilla tous les couloirs d’accès, non sans avoir fortifié le pont avec les survivants. Lorsqu’ils arrivèrent en orbite au-dessus d’Harmonia, la capitale du Concordat, le croiseur n’était plus qu’un vaisseau-fantôme. Tout l’équipage était mort. Il n’y avait aucun signe d’intrusion, aucune trace d’un quelconque abordage. Et aucune navette de sauvetage n’avait été tirée. Les événements ont été rendus publics deux semaines après la découverte de la boîte noire du vaisseau, et le log du capitaine. L’équipe d’Harmonia ayant exploré le navire-fantôme a été placée en quarantaine par mesure de sûreté.



Evènement mauvais : Système V26 (Reich Avortium)

Un terrible accident s’est produit dans une ville secondaire du grand Reich Avortium. Une série d’erreurs « humaines » et de manque de fonctionnement des garde-fous ont provoqué une surcharge du réacteur d’une centrale. L’emballement a été catastrophique, et l’explosion survint en moins de vingt minutes. La population fut alertée rapidement, mais pas assez pour évacuer la ville. Tout au plus purent-ils se cacher aux sous-sols ou dans les abris publics. Toute la zone a été vitrifiée dans un rayon de plusieurs kilomètres, et les bâtiments se sont écroulés sur des dizaines de kilomètres. La déflagration a été sentie sur plusieurs continents, et de nombreuses vitres ont éclaté à travers les villes de la planète, y compris à la capitale. Il s’agit de la plus grave catastrophe de ce genre pour les Avortiums depuis Asyos, où un incident nucléaire majeur avait été à déplorer. Les premiers éléments de l’enquête ont conclu à un accident et un manque de chance flagrant, mais certaines pistes pourraient suggérer que des terroristes dissidents Hiérarques seraient en cause. Ils auraient voulu se venger des Avortiums qui les ont chassés et massacré précédemment. La priorité est pour l’instant le secours au blessé, car si le bilan n’a pas encore été établi, il pourrait être très lourd (de l’ordre de plusieurs dizaines de milliers au bas mot). Mais, après le choc, tous dans la population voudront savoir s’il s’agissait vraiment d’un accident ou bien d’un terrible acte de terrorisme.



Concordat : Système M12

L’incident du système B3 a poussé le Concordat à passer à la vitesse supérieure. Jusqu’alors, il était occupé à coloniser jusqu’à la dernière planète, la dernière lune de son système solaire. Toutefois, alors que le temps passe, il devient de plus en plus évident que pour survivre, il lui faut s’étendre à d’autres étoiles. Le vaisseau-fantôme a été la goutte d’eau de trop. Le système M12, à la périphérie du Concordat, a dès le départ été catalogué comme meilleur site de colonisation potentiel. Non seulement était-il situé à proximité, ce qui favoriserait les lignes de ravitaillement, mais en plus il disposait de non pas une, mais deux planètes disposant d’atmosphère respirable. Lorsque le Conseil annonça aux média que le Concordat allait entamer une colonisation à grande échelle, il n’eut presque pas besoin de préciser la destination. Alors que plusieurs croiseurs S-6F patrouillent déjà l’espace du système, c’est toute une flotte militaire qui est partie là-bas, escortant une myriade de navires civils ou de transports publics interstellaires. Les experts estiment que la colonie sur la planète M-12B sera autonome d’ici 18 mois. La colonie M-12E, où davantage d’efforts sont consentis, pourra subvenir à ses besoins d’ici à peine 12 mois. En sus, plusieurs avant-postes défensifs et d’observation seront construits à travers le système.



République Terranne : Système C’16

L’armada républicaine se reconstruit doucement depuis la terrible invasion Sheevat. S’il faudra encore de nombreuses années avant qu’elle ne retrouve sa puissance originelle, elle est désormais en mesure de protéger Terra Secundus tout en participant à des efforts de colonisation. Les Terrans, peu férus d’exploration, ne connaissent pour l’instant que deux systèmes stellaires en plus du leur. Parmi ceux-ci, le système C’16. Plusieurs vaisseaux et équipes de reconnaissance ont déjà été envoyés, et une planète a été jugée comme candidate potentielle à la colonisation. L’atmosphère est à peu près respirable pour des humains, en tout cas à court-terme. Pour le moyen et long terme, de gigantesques purificateurs d’air seront installés un peu partout sur C’16C afin de terraformer la planète. L’ampleur de la tâche est colossale, mais la République a les moyens de ses ambitions. Plus encore, le problème de l’alimentation des Terrans sur Terra Secundus devient criant, l’attaque Sheevat ayant souillé la plupart des champs agricoles. Le programme « Nouvelle Terre », visant à faire de Terra Secundus un paradis terrestre, a pris du retard. Et, avec la pénurie alimentaire, le rationnement est de rigueur. Partir sur C’16C, c’est la garantie (pour les colons) de pouvoir manger à leur faim des produits qu’ils auront eux-mêmes fait poussé dans des champs fertiles s’étendant à perte de vue. Toujours avec la sécurité d’avoir une flotte républicaine toute entière au-dessus de leur tête pour assurer leur protection. Une garnison massive sera également implantée à la campagne, loin des villes, et une forteresse spatiale est déjà en cours de construction en orbite au-dessus du pôle nord de C’16C.

_________________



Dernière édition par Alaric le Jeu 16 Mai - 15:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pylz-killer
Administratum Dominus
Administratum Dominus
avatar

Nombre de messages : 659
Age : 24
Localisation : Aurora
Date d'inscription : 25/05/2008

Votre Fiche Nation
Nation: Imperium Auroran
Dirigeant: Impérator Ethan
Couleur sur la carte: Rouge

MessageSujet: Re: Cosmos Domination II - Chapitre II   Lun 6 Mai - 16:45


2300


Politique Intérieure :

Construction de flotte :

Depuis le début, une nouvelle flotte militaire est en pleine construction. La flotte Asyos, prenant le nom de son système d'origine aura pour but non pas de seconder les vaisseaux militaires déjà présents dans le système, mais aura bien vocation de flotte d'attaque/défense mobile, c'est à dire qu'elle ne sera pas rattachée à ce secteur, contrairement aux vaisseaux militaires déjà présents.


Politique Extérieure :

Concordat - Commerce :

Un message diplomatique a été envoyé par l'Adeptus Diplomatica, la branche concernant la politique extérieure de l'Adeptus Administratus. Son contenu était simple et précis et concernait deux points :

en premier lieu, le commerce. En effet, depuis la nuit des temps, tout le monde sait que, même si un peuple vit très bien autonomie, le commerce et l'échange ne peuvent être que bénéfiques pour les deux parties, ne serait-ce que pour les échanges culturels qu'ils peuvent apporter

en second lieu, l'Impérium demande la négociation d'un droit de passage pour accéder à la République de Fiurenza. Nous vous garantissons que cet accès n'a absolument aucune velléité militaire, nous souhaitons simplement établir un contact diplomatique avec eux.


Colonisation

L'Impérator, épaulé par des Scribo Superior du Departmento Stellar, s'est penché sur les cartes stellaires afin de penser à la colonisation. en effet, autant par besoin d'espace vital que de ressource, l'Impérium a besoin de s'étendre. Et troissystèmes ont retenu l'attention, situés dans l'Est stellaire : les systèmes W-3, système X-8 et U-13.

Plusieurs flottes de l'Adeptus Mechanicus, composées de Vaisseaux-arches ont alors pris le chemin de ces étoiles afin de les coloniser au nom de l'Impérium

Résumé :

-demande de commerce avec le Concordat
-demande de passage vers la République de Fiurenza au Concordat
-construction d'une flotte (1 an)
-colonisation des système W-3, X-8 et U-13 (1 an)

_________________

"Humanity has always looked skyward for its true path..."

Les trois règles de l'admin :
-L'admin a toujours raison.
-L'admin en sait toujours plus que toi.
-Si l'admin a tord, se reporter à la première règle.


Dernière édition par pylz-killer le Dim 12 Mai - 14:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://illergan.free.fr
Hotep
Professeur Toddles
avatar

Nombre de messages : 153
Date d'inscription : 03/09/2010

Votre Fiche Nation
Nation: Concile des Cinq
Dirigeant: Mahican
Couleur sur la carte: Cyan

MessageSujet: Re: Cosmos Domination II - Chapitre II   Lun 6 Mai - 18:30


Le Concile des Cinq

***


Rapport d'aménagement de Lutavia

Les cynos quelque soit leurs nationalités ont bien accueils notre arrivé mais malgré leur hospitalité, le continent de Lutuvia qu'ils nous ont offert et qui est grand comme l'Australie de l'ancienne Terre s'est révélé bien insuffisant pour subvenir aux besoins tous les réfugiés. Une grande part de la population est encore obligée de vivre dans les carcasses de l'ancien flotte de migration, depuis longtemps agglomérée en un immense bidonville spatial. Les conditions de vie y sont plus que sommaire et les accidents de dû à la dépressurisation de section entière sont quotidiens. Avec l'aide des cynos, Lutavia a été aménagé aussi vite que possible mais désormais elle ne pourrait accueillir plus d'habitant sans mettre en danger à court terme l’écosystème de la planète. Une seul solution, l'espace. Il y a quelques années de ça, grâce aux télescopes cynos et aux instruments encore fonctionnel de la flotte, la Concile a pu trouver trois systèmes accéssible via bond PRL possédant des planètes susceptibles d'être colonisé, un nouvel espoir. Les échanges scientifique et technologiques depuis un siècle ont permis au cynos de créer leurs propres vaisseaux et leurs propres systèmes PRL tandis que de notre côté quelques vaisseaux ont pu être remis en état. Déjà de petits vaisseaux éclaireurs à l'équipage mixte sont partis trouver les meilleurs voies d'accès et explorer ces systèmes et ceux adjacents. Si tout va bien d'ici quelques mois ceux-ci seront suivis par des équipes d'aménagement et par les premiers colons.


Exploration des systèmes 8-C, 9-H, 13-J
( Les vaisseaux d'exploration se dirigeront ensuite vers les systèmes 3-B, 8-K, 15-L )
Colonisation du système 9-H
Création d'une flotte dans le système 14-e Lus
Contacte avec le Concordat et la République de Fiurenza ( pour les deux a voir via mp )

_________________

Professeur Toddles à votre service
Attention cynos méchant!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Technaugure
Colonel
Colonel
avatar

Nombre de messages : 81
Date d'inscription : 07/06/2011

Votre Fiche Nation
Nation: La Hiérarchie
Dirigeant: Primarque
Couleur sur la carte: Beige

MessageSujet: Re: Cosmos Domination II - Chapitre II   Lun 6 Mai - 19:43


Et pendant ce temps-là, sur le "Hierarchy News Network" :

Explosion in outer space !

Les habitants du Reich Avortium se sont hier réveillés au son des flammes et des détecteurs de radiations, alors que l'une de leurs centrales a tout simplement explosé suite, à ce que disent les rares éléments ayant pu être glanés, à une maladresse des ingénieurs. Certaines pistes tendent toutefois à accuser des éléments extrémistes de la Hiérarchie, rumeur sur laquelle aucun officiel du gouvernement ne s'est encore exprimé.

Dans les rues de diverses villes de la Hiérarchie ont néanmoins pu être entrevus de nombreuses manifestations dénonçant le comportement des enquêteurs avortiums, considérés comme incompétents et incapables de régler leurs problèmes sans avoir besoin d'invoquer des spectres antédiluviens. Nous avons ici quelques images de la Capitale, ou nous avons pu interroger quelque membres du cortège :

Le cortège apparaît donc, plein de banderoles portant des slogans patriotiques ou des slogans vilipendant le Reich Avortium et ses têtes pensantes. On voit ensuite apparaître à l'écran un Centii, observant la manifestation sans y prendre part :

"Si vous voulez mon avis, ces Avortiums sont tous racistes..."

La caméra passe ensuite sur la tête d'un humain portant un chapeau de brousse, des lunettes de soleil et une moustache broussailleuse, ainsi qu'un drapeau de la Hiérarchie dans la main droite.

" On en a fait l'expérience ici ! La social-démocratie, c'est n'importe-quoi ! Ils se grillent le cerveau et veulent qu'on chiale sur leur sort après ! Qu'ils aillent tous se faire emmancher par leurs boules géantes !
Un bon Avortium, c'est un Avortium MORT !"

Would you like to know more ?

Vous avez bientôt 15 ans ? Vous ne savez pas encore où vous orientez pour votre futur Service Civique ?

N'attendez plus ! La 9ème Légion Astroportée recrute ! Rejoignez les Aigles de la 9ème Légion et opérez au sein du corps d'infanterie mobile le plus médaillé de toute la Hiérarchie !

Pour le Devoir ! Pour la Cause ! Pour la Hiérarchie !


Growing concerns about Auroran expansionism

La détection de flottes auroranes en périphérie des secteurs considérés comme la "chasse gardée" de la Hiérarchie inquiète grandement la population, comme le montre ces images prises dans la rue ces derniers jours, avant les grandes manifestations anti-zétanes.

On voit le même Centii qui observait les manifestations, reconnaissables aux même marques sur le visage, en train de sortir ses poubelles, où il est alors interviewé par un journaliste :

"Je vous le dit : ces humains sont tous racistes."

Devant les craintes d'une violation de la sphère d'influence nationale, le Primarque Cora a lancé un vaste plan d'expansion, visant à empêcher toute possible intrusion directe dans le système-mère. Des flottes de colonisation se sont donc élancées vers les systèmes Foxtrot-5 et Romeo-4 pour y établir des colonies d'extraction minières et gazières et des avant-postes militaires, dans un premier temps. L'objectif clairement évoqué est de définir les frontières de la Hiérarchie de manière certaine, afin que son "espace vital" ne soit pas perturbé.

Would you like to know more ?

Avez-vous des capacités parapsychologiques ?

Il n'est pas nécessaire d'avoir des yeux ou des cheveux brillants d'eux-mêmes pour disposer de capacités parapsychologiques. Des centres d'études du Secrétariat à la Guerre Paranormale n'attendent que vous dans toutes les grandes villes !

Breaking News : Live from the Bravo-3 Q.Z. !

Nous interrompons nos programmes pour vous emmener en direct sur le Vigilant, croiseur dirigeant la force d'investigation lancée vers la zone de quarantaine du secteur Bravo-3, suite aux rumeurs faisant état de la neutralisation d'un vaisseau du Concordat par des forces inconnues. Nous retrouvons notre reporter sur place.

La caméra est sur une Quo'rii qui dispose d'une combinaison protectrice analogue à celle des forces d'infanterie astroportées de la Hiérarchie, en plus d'une carte "Press" sur le torse. Elle est sur le pont du vaisseau, et l'on peut voir à travers la canopée que le vaisseau est accompagné de deux autres croiseurs et de cinq à six transporteurs, plus petits.

" En effet, je suis en ce moment-même sur le Vigilant, et je peux vous dire que la tension est palpable ! Nous venons juste de passer de sortir du vol SLM et rien n'est encore certain quant aux relevés, mais nous nous dirigeons vers l'intérieur du système pour élucider le mystère de la fameuse frégate fantôme ! Je peux vous dire que le Secrétariat à la Recherche travaille sur ce point main dans la main avec le Secrétariat à la Guerre Paranormale pour mettre sur pied une équipe capable d'analyser tous les relevés qui pourront être effectués concernant les évènements ayant cours dans la zone de quarantaine ! Heureusement, nous pouvons compter sur un détachement de la 6ème Légion de Choc pour assurer notre protection si le besoin venait à s'en faire sentir ! "

En parlant, la journaliste s'est déplacée vers l'intérieur du vaisseau, et elle s'arrête dans les coursives pour interroger une unité robotique de combat de passage, en mettant un genou à terre.

"Excusez-moi, quelles sont vos impressions sur les opérations en cours ?"
"C'est simple : Si ça bouge, on tire. Si ça mord, on tire. Si ça a plus de deux pattes, on tire. J'ai pas besoin d'en savoir plus m'dame."

Une humaine avec des lunettes antipoussières sur les yeux entre dans l'angle de la caméra par les cotés, la tête en biais, et des filins luminescents entremêlés dans les cheveux.

"Ça tourne là ? Non, faut pas dire ça à l'écran, on va passer pour des bourrins. Il faut demander confirmation aux scientifiques avant de tirer, ou si on doit se plugger à une quelconque machine extraterrestre qui nous ferait rentrer dans un jeu vidéo avec des motos qui font des trainées laser. Un cookie ?"

La journaliste semble intéressée par la nouvelle protagoniste et la caméra se tourne vers la jeune femme qui a un sachet de cookies à la main, tandis que la journaliste lui demande si elle a d'autres informations :

"Euh, non, j'ai pas d'autres informations à donner. Enfin, si, soutenez Cora au prochain référendum ! J'ai le droit de dire ça à l'écran ?"
"Merci madame. Nous voyons donc que la situation est globalement sous contrôle, et que nous avons même une Cabale à bord. La situation semble donc bien sous contrôle ici. Depuis le Vigilant dans la zone de quarantaine, à vous les studios !"

Would you like to know more ?

Sentries !

Castor et Pollux rempilent pour une toute nouvelle saison de Sentries ! La série la plus regardée au sein de la Hiérarchie, et la plus récompensé à ce jour !

"Alors Castor, Tu ne t'es pas trop ennuyé sans ton cybercopain préféré ?"
"Oh, pas plus que quand tu oublies tes piles !"
Rires pré-enregistrées

Sentries !, les deux premiers épisodes de la Saison 9, en exclusivité sur HNN Entertainment, Jeudi prochain à 20 heures, heure standard !

Spaceshipyards are back on duty !

Après des années d'inactivité dû à leur longue rénovation, les chantiers spatiaux de la Hiérarchie sont à nouveau entrés en service afin de remettre en état les 3 premières flottes, pour un programme de restauration des vaisseaux que l'on estime à deux ans : si l'armature générale et les capacités motrices des vaisseaux seront opérationnels d'ici à l'année prochaine, ils ne pourront pas quitter les docks avant que leur systèmes de protections et leurs systèmes d'armes aient été rénovés, ce qui n'est pas estimé possible avant deux ans...

Rappelons que ces vaisseaux se révélaient obsolètes dans un cadre de guerre spatiale moderne, sans la possibilité de venir à bout des systèmes concurrents efficacement.

Would you like to know more ?

Avez-vous les capacités du nouveau Phaëton Mark IV ?

Ce chef d'oeuvre d'ingénierie Centii est capable de tirer ses munitions à une cadence de plus de 2.500 coups par minutes, réglables par crans de cents coups ! Grâce à son système de découpe des munitions révolutionnaire, allié à deux modules d'absorption du recul, une conception ambidextre, des points d'accroches pour accessoires et de multiples moyens d'acquisition optiques à compatibilité universel, le Phaëton Mk. IV permet une prise en main parfaite aussi bien pour les équipages de transporteurs transatmosphériques que pour n'importe quelle architecture de combat Non !

Le Phaëton Mk. IV, une innovation signée "Stasius Arsenal" !

Diplomatic talks between the Hierarchy and the Concordat

Les relations entre le Concordat et la Hiérarchie, limitées jusqu'alors à une simple reconnaissance tacite des parties l'un pour l'autre sur l'échiquier galactique, ont connu un tournant cette semaine avec la tentative par la Hiérarchie de négociation de l'établissement de relations diplomatiques formelles, avec notamment la volonté de signer un accord commercial, basée sur une ouverture des frontières aux vaisseaux commerciaux, civils, scientifiques et à vocation d'exploration, ainsi qu'à l'ouverture réciproque d'ambassades permanentes.

Cette initiative a été décrite par le Secrétaire d'Etat Joshua Tellerius comme une volonté d'ouvrir la Hiérarchie sur l'extérieur, et de pouvoir ainsi diversifier ses atouts à l'échelle galactique, afin de ne plus avoir nécessairement à compter que sur son armée pour justifier son indépendance.

Would you like to know more ?

Aujourd'hui, à 23 heures, heure standard, retrouvez nos reporters pour un panorama édifiant des Cabales de la Hiérarchie : Qui sont-ils, d'où viennent-ils, que font-ils ? Découvrez les Cabalistes comme jamais vous ne les avez vus auparavant, avec nos reporters partis en immersion pendant trois semaines au sein des prestigieuses "Wild Weasels" !



En résumé donc :

- Construction de 3 flottes dans le système-mère.
- Colonisation de R-4 et de F-5 (Un système qui, je pense, s'actualise souvent.)
- Tentative d'ouverture diplomatique avec le Concordat.

Et en sus :

- Envoi de vaisseaux d'exploration vers le système B-3.


Dernière édition par Technaugure le Mar 7 Mai - 1:20, édité 7 fois (Raison : Extended Cut, on a rajouté l'exploration du secteur B-3)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corsica51
Modérateur en Chef
avatar

Nombre de messages : 452
Age : 25
Localisation : Nice
Date d'inscription : 14/10/2008

Votre Fiche Nation
Nation: Fiurenza
Dirigeant: Gabriel II
Couleur sur la carte: Jaune

MessageSujet: Re: Cosmos Domination II - Chapitre II   Lun 6 Mai - 21:37









Nom de l'Empire : Fiurenza
Planète Mère : Fiurenza
Secteur : L-15
Capitale de l'Empire : Fiurenza
Forme de gouvernement : Empire parlementaire
Empereur : Gabriel II


Population : 3 milliards
Langue : français
Mondes habitées : 3 planètes et 2 lunes
Gentilité : Fiurenzien, fiurenzienne
Pensée militaire : Chauvinisme
Pensée religieuse : Sécularisme

Politique commerciale : Protectionnisme
Politique économique : Interventionisme
Monnaie : Maquisa
Le Chant Du Depart




De nombreuses choses s'étaient passées depuis que les corses avaient quitté Asyos. La révolution avait eu lieu, l'on pouvait penser que tout allait dorénavant se calmer, mais ce fut loin d'être le cas. Le chaos s'installa et la justice de la rue commença à abattre son terrible glaive.
Les vengeances se multiplièrent, les saccages et les émeutes devinrent quotidiennes. Florent, le héros de la révolution qui avait organisé la chute de l'ancienne oligarchie corrompu, disparu alors. Aucune trace de cette histoire n'a était gardé, tout comme les documents pouvant nous informer de l'histoire de cette révolution, ou même de ce qu'il s'était déroulé avant. Des légendes circulent cependant et l'une des plus populaires raconte que Florent était parti à la recherche de cette femme mystérieuse qui l'avait tant envouté lors des émeutes précédant la chute. L'on raconte que cette femme était si belle, qu'elle avait était capturé par un homme ayant profité du chaos pour la vendre comme esclave sur des marchés lointain.
Oubliant alors la politique il était alors partit à la poursuite de cette homme accompagné de ses amis.

Plus personne ne le revit pendant les cinq années qui suivirent.

Le fait est que lorsque Florent revint à Fiurenza, il s'aperçut avec remord de la situation qu'il avait laissé derrière lui. Honteux de lui-même, il se fit alors comme obligation de réparer cette erreur et de redonner à Fiurenza le lustre qui lui était dût.
Tout cela nous pouvons l'affirmer car les deux seules traces qu'il nous reste de cette époque bien lointaine maintenant, sont la constitution qu'il nous a légué et son descendant, l'Empereur Gabriel II.

Après cette période tourmentée, Fiurenza se développa sereinement enterrant profondément les démons de son passé. Passant d'une ville à un royaume, pour enfin devenir un empire. Resté proche de cette océan auprès duquel elle était né, l'empire resta principalement maritime, longeant les côtes et occupant les différentes îles d'Asyos. Peu fournis en ressource de ce fait, elle développa une puissante flotte de commerce qui lui apporta rapidement la prospérité, mais surtout de nouvelles relations fortes enrichissantes et prometteuses.
C'est tout naturellement alors qu'elle leva les yeux vers le ciel et l'espace. Aidé par les récentes découvertes, elle développa une grande flotte et partit coloniser de nouveaux mondes. Après de nombreuses années et de nombreux échecs, les fiurenziens tenaces, découvrirent leur première colonie.

Son nom fut cependant oublié et ce pour une bonne raison. La faune, le climat, bref les conditions de vies de cette planète, trop froide, trop pluvieuse firent de cette colonisation un échec. Le bilan humain fut considérable et le peuple de Fiurenza partit alors de nouveau en direction des étoiles.
Cinquante ans après le lancement du projet, après de longue années d'errance et d'autres échecs, Fiurenza fut trouvée. La planète de beauté comme l'on a coutume de la nommé, émerveilla rapidement les fiurenziens. A l'étroit sur Asyos, rêvant de nouvelles terres pleines de promesses, l'on décida alors la colonisation total de ce nouvel Eldorado.
C'est ainsi que fut quitté Asyos où les terres de l'Empire furent léguées aux amis de l'Empire, l'Imperium Auroran.

La suite de cette histoire n'est constitués que d'anecdote, d'attente et de rêves, ceux d'un peuple construisant patiemment sa nouvelle demeure et n'ont donc pas leur place ici et ne seront pas éludés.



Descriptif de la planète mère, Fiurenza -

La planète, berceau de cette magnifique nation est une planète gravitant autour de deux soleils et possédant une lune. Principalement désertique, quelques îlots de verdure et 2calotes glaciaire persistent néanmoins en ce milieu hostile. Le peuple vit dans une zone protégé, à peine plus grande que la Provence, entouré de haute chaines de montagne la protégeant du désert.
Face à l'océan, la région au climat méditerranéen est longé d'une côte au falaise abrupt. Les plaines sont couverte de champ blé ou de vignes, les vignes étant le plus souvent le long de la mer, l'air marin apportant un goût tout particulier au vin. Certaines forêts persistent mais la plupart se situent sur les collines proches des montagnes enneigés où oliviers, carrières, mines et forêts cohabitent. Trois villes seulement existent, la capitale et deux autres villes, elles-aussi le long des côtes.
Le reste de la population vit dans de nombreux villages, petit ou moyen, parsemés de part le territoire.
La capitale, située à la limite ouest de cet oasis de prospérité, s'étale de haut en bas de la montagne et des collines tombant directement dans la mer. Les habitations forment une sorte d'escalier, installées sur des terrasses aménagées à cet effet. De style méditerranéen, ne dépassant jamais 3étages, les maisons sont faites des pierres provenant des carrières voisines et des tuiles servant pour le toit. Donnant sur la rue la majeur partie du temps, les maisons sont pour la plupart devancées de parterres de fleurs et d'arbres fruitiers. Depuis le ciel, seul le palais gouvernementale, dépasse les autres maisons, installés en hauteur sur une colline s'avançant dans la mer. 100Mètres plus bas, le port de pêche et de plaisance est installé dans une crique, protégé, un seul bateau ne pouvant en sortir qu'à la fois.
La ville étant entièrement piétonne, des navettes accrochés à des câbles permettent de remonter jusqu'au sommet de la capitale. Les rues, large de 3 à 6mètres descendent petit à petit vers le port, toujours en pente. Des murs et plusieurs portiques entourent la ville pour symboliser sa frontière, là où commence la plaine.
Quand aux restes de la planète, il n'est quasiment recouvert que de déserts, cependant riche en ressources. Quelques îles au niveau de l'équateur sont quand en à elle recouverte de jungle, constituant les seules autres îlots de verdure en-dehors de la région mère.

Constitution politique -

Fiurenza est un Empire de type parlementaire. Elle possède un Empereur à sa tête, descendant du fondateur du régime. Il représente la nation à l'étranger, s'occupe des armées et des relations extérieurs, mais surtout, l'Empereur est le gardien de l'unité du pays.
Les élections se font en deux étapes. Dans un premier temps le peuple vote pour élire ses députés à l'assemblée nationale, permettant ainsi dans un premier un vote d'idée, qui réparti à la proportionnelle les différentes idéologies présentes. Un second tour est alors organisé entre les différentes personnalités des trois partis arrivés en tête, permettant là de voter en fonction de la personne et de ses capacités à diriger. Les trois consuls représentent donc chacun des trois partis arrivés en tête des élections. Les tâches entre les consuls ne sont pas fixes, chacun pouvant avec l'aval de ses confrères, choisir ses fonctions suivant ses capacités. Les décisions se prennent de façon collégiale. L'Empereur intervient dans le cas où les consuls ne parviennent à se mettre d'accord sur la politique à mener.

Il est à noter que les chambres peuvent voter une motion de censure contre les secrétaires nommés par les consuls tandis qu'eux peuvent dissoudre l'assemblée. Le Conseil constitutionnel, réunissant les anciens consuls est lui garant du bien fondé des lois et agissement gouvernemental.

Spoiler:
 


Dernière édition par Corsica51 le Mer 29 Mai - 12:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Filotas
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1151
Age : 26
Localisation : Nice
Date d'inscription : 25/05/2008

Votre Fiche Nation
Nation: Reich Avortium
Dirigeant: Kaïser Falco Nova
Couleur sur la carte: Bleu prussien

MessageSujet: Re: Cosmos Domination II - Chapitre II   Mer 8 Mai - 23:47


Le Reich Avortium

An 2301.

Au Reichstag, le Kaïser avait exigé une session extraordinaire privée avec son état major et ces ministres pour parler de l'incident survenus à la centrale nucléaire de Cesiest, qui fit dix milles morts et connaitre le fin mot de l'histoire.

-Et c'est tous ? Une simple défaillance technique est à l'origine de ce désastre ?!
Le Kaiser semblait à la fois déçus et révolté en écoutant les explications de son ministre à la mine désolée, les bras détendus le long du corps et la tête baissée comme un enfant qui se faisait gronder par son père.

-Sir, Votre majesté, il s'agit de notre plus ancienne centrale civile. Elle provient d'un des premiers vaisseaux coloniales du Reich et à été reconvertit ainsi pour répondre à nos besoins immédiats.
-On dit "coloniaux" et vous n'aviez pas songé à le faire remplacer depuis le temps ! Le Kaiser fronçais les sourcils. La surprise avait laissé place à la colère et à la déception. Venant de l'un de ses plus proches conseillés au gouvernement, cela était très décevant.

-Justement ! Les travaux devaient commencer cette année ! Nous n'avons tous simplement pas eu de chance.
Le ministre fixait son suzerain avec un visage attrister, comme pour admettre sa faute, son manque de vigilance et de professionnalisme.

L'un des amiraux s’adressa directement au ministre.
-Ce ne sont donc pas les hierar'chiens qui sont à l'origine de ce méfait. Pourtant, connaissant leur sens de l'honneur et leur penchant à financer des organisations terroristes ; qui bosse pour nous d’ailleurs; pour nous porter des coups sournois, sa ne m'aurait pas étonné d'eux !

Le ministre répliqua aussitôt.
-Non, ce n'est pas possible amiral, on n'a pas de caractéristique "Espionnage et Sabotage" dans notre fiche nation !

Tous le monde écarquilla les yeux.
-De quoi ?? bof
-Non rien...fit le ministre fear

Le Kaïser Falco eu un aire exaspéré.
-Bon sang monsieur le ministre ! On n'est pas dans un Jeux de Röle Géopolitique à l'échelle galactique ! Ici c'est la réalité !

Spoiler:
 

-Pardonnez moi Votre majesté.

Le suzerain se tourna vers ses amiraux.
-Que disent les nouvelles concernant la Hiérarchie ?
-Rien de nouveau majesté, fit l'un des militaires. Prévisible une fois encore. La simple rumeur que l'on puis les accuser de ce désordre les rends hors d'eux même avant même le communiqué officiel de votre gouvernement. J'ai entendu parlé de manifestations et d'agitations. Un mot suffit pour renverser l'ordre de ce pays décadent. C'est affligeant !

-Laissez donc la sélection naturelle s'occuper de ces barbares amiral, repris le Kaïser, pour l'instant soyons aimables et demandons à ce chère ministre de bien vouloir demander sa démission pour manquement à son devoir.

Tous le monde fixa l'homme déjà ravagé par le remord. La honte lui rongea le cœur. Il finit par saluer le groupe en s'en alla sans mot dire, conscient de cette obligation. Après tous, les gens voudront un coupable pour ce massacre et à défaut de leur servir la Hiérarchie au soupé, ce serra le ministre qui endossera le rôle du bouc émissaire.


_________________


Dernière édition par Filotas le Jeu 9 Mai - 0:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corsica51
Modérateur en Chef
avatar

Nombre de messages : 452
Age : 25
Localisation : Nice
Date d'inscription : 14/10/2008

Votre Fiche Nation
Nation: Fiurenza
Dirigeant: Gabriel II
Couleur sur la carte: Jaune

MessageSujet: Re: Cosmos Domination II - Chapitre II   Jeu 9 Mai - 0:10









Colonisation -

La ville d'Occitania commençait doucement à s'agiter alors que le soleil descendait derrière l'horizon de l'océan. Encore une journée venait de passer et sortant du travail, les habitants se répandaient petit à petit vers le centre. Des journées de travails courtes et des hauts salaires permettaient en effet aux fiurenziens de s'adonner à leurs envie une fois la nuit tombé. En quête d'un restaurant, d'un pub ou d'un endroit où danser, chacun vaguait à ses occupations.

Du haut du palais impérial surplombant la cité, une ombre se tenait là, observant la scène.
« Regardez comme notre Empire est devenu prospère mon ami. Il est bien loin le temps où nous ces hommes vivaient dans des taudis précaires. Cela fait maintenant plusieurs décennies que nous sommes arrivés ici. Nous sommes enfin prêt. Faites voter à l'Assemblée un projet de colonisation. »
« Vos désirs seront exécutés, mais vers où, l'espace est endroit bien vaste. »
Sortant une carte de l'espace voisin, prenant un instant le temps de la réflexion, son interlocuteur observa la carte puis lui répondit :

« Les systèmes J-13 et Q-17 feront un bon début. »
« A vos ordres. »

Comprenant qu'il était temps pour lui de partir, il s'inclina humblement puis s'en retourna.


Commerce et diplomatie -

Situés à un carrefour d'échanges le système Fiurenza voit déjà de nombreux navires marchands traverser son territoire. Cette petite centaine de navires annuel n'est cependant rien en face de ce que peux devenir cette zone d'échange.
Ayant depuis Asyos excellé dans le commerce, les fiurenziens souhaiteraient grandement retrouver ce statut.
Les habitants, les usines et les entreprises ne sont non pas seulement prêt à exporter nos produis, mais aussi prêt à servir d'intermédiaire dans cette immense commerce galactique.

Dans ce but le Consul Mézaël vient de proposer à l'assemblée deux projets liés l'un à l'autre. L'un consistant à l'envoie de plusieurs missions diplomatiques vers l'Impérium, Cynosia, le Reich Avortium ainsi que le Concordat dans le but de créer des liens commerciaux et des liens d'amitiés.
L'autre aspect est la construction d'une station orbital au-dessus de Fiurenza.
Cette station aura pour but, de centraliser les échanges de la région. La station servira à la fois de lieu de stockage, de ravitaillement et de banque pour tout les marchants de l'espace connu. En raison de l'ampleur du chantier et malgré les moyens réunis de plusieurs planètes, la station ne devrait en revanche n'être opérationnel que d'ici deux ans.

Chantier spatial -

Jenckins prenait tranquillement sa pause du midi, mangeant le repas que sa femme lui avait préparé le matin même. Assis au bar du chantier, il en profita pour commander un pastis à fin de se détendre avant de retourner travailler. Les fiurenziens étant tout particulièrement résistant à ce breuvage somptueux, il est en effet ici autorisé d'en boire pendant le travail, comme l'on peut boire de l'eau ou du soda dans d'autre pays.
Mais retournons à nos moutons.

Jenckins venait tout juste d'être embauché comme ingénieur sur les chantiers de Stazzona.

[ Deuxième planète de l'Empire, cet astre particulièrement riche en minerais est couvert d'industries et d'exploitation. C'est donc tout logiquement que les chantiers spatiaux s'installèrent sur ce monde. ]

Au chômage ces derniers temps, il avait profité comme beaucoup d'autres de la décision récente des consuls de la construction d'une flotte dans les chantiers nationaux. Un projet d'une telle envergure demande en général de nombreuses heures de travail et sa femme, qui comme toutes les femmes n'y connait pas grand chose en technologie, craignait que les 5 heures de travail journalières ne puissent ici être respectées.
Mais comme dans les autres secteurs de l'économie, la mécanisation et la robotisation avait ici fait des merveilles. Il était donc possible aux employés du chantier de ne travailler que 5 heures comme n'importe quel autre travailleur.
Jenckins ayant alors finit son repas, regarda l'heure. Il ne lui restait déjà plus que dix minutes avant la reprise de 14h. Il sortit en vitesse une clope, l'alluma puis prit son verre à moitié plein et se dirigea doucement vers le chantier.

Sur la route il se rappela d'un vieux dicton qu'il avait entendu lorsqu'il était plus jeune. Une vieille croyance terrienne des siècles obscures.
« Le travail c'est la santé! »
Riant intérieurement, il se dit-à lui même que heureusement de nos jours, les gens ne croyaient plus à de telle sornettes.

(Note - J'écrirai plus tard un texte décrivant l'économie en Fiurenza et le niveau de développement de la robotique)

Résumé -
Colonisation des secteurs J-13 et Q-17 : 1 tour
Construction de la station de commerce : 2 tour
-> Pour le Mj : 1 points investis en diplomatie avec le Concordat
Construction d'une flotte : 1 tour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Technaugure
Colonel
Colonel
avatar

Nombre de messages : 81
Date d'inscription : 07/06/2011

Votre Fiche Nation
Nation: La Hiérarchie
Dirigeant: Primarque
Couleur sur la carte: Beige

MessageSujet: Re: Cosmos Domination II - Chapitre II   Jeu 9 Mai - 3:28


Et pendant ce temps-là, sur le "Hierarchy News Network" :

Traitors among Avortiums leaders !

Voguant de Charybde en Scylla, les Avortiums se sont aujourd'hui vu révélés que c'était bel et bien un groupuscule terroriste paramilitaire financé par un conseiller direct du Kaïser en personne qui avait mené à l'explosion de la centrale de Cesiest, qui avait causé, rappelons-le, la mort de 10.000 habitants et la contamination par radiations d'une zone étendue. Ce groupuscule technocrate, nommé subtilement et sobrement "Agence impériale Avortium à l'énergie nucléaire", opérait au vu et au su de tous depuis des dizaines d'années. Il avait semble-t-il reçu à sa fondation l'aval du Kaïser lui-même et opérait en toute impunité, financé par le ministre du budget lui-même qui disait à ce propos, je cite : "L'AIAN est une agence gouvernementale comme une autre, et mérite donc autant de subventions que n'importe quel autre agence gouvernementale."

Le ministre, apparu gêné à la télé ce matin-même, a annoncé sa démission suite à, je cite : " Un immanquable manquement à son devoir. "

Rappelons en effet le scandale du Candygate, qui l'avait inculpé dans un vaste réseau de pédophilie zoophile, où l'on avait soupçonné le ministre de financer des esclavages terrans se déplaçant dans des vans de la sombrement connue "Free Candy Limited"

Au sein de la Hiérarchie, toutefois, les protestations ne s'en sont toutefois pas tus : Les ligues d'anciens combattants sont en effet descendues dans les rues ce matin, peu après la démission du ministre avortium, pour dénoncer la couardise du Kaïser.

On peut voir les rues de la capitale à nouveau emplis de banderoles et de slogans anti-avortiums tels que : "Tell your folks the Truth : We did it !", "Kazy's balls are in the air, Mine are here !" ou "Better Dead than Red !". On peut voir le fameux Centii, revenant de l'épicerie mais s'arrêtant pour regarder les slogans.

" Ils ont préféré virer un ministre qu'avouer que leur centrale avait péter à cause de nous ? Ça tient debout remarquez : Les ministres avortiums sont tous racistes ! "

Apparaît ensuite un humain musculeux, en blouson de cuir clouté, crâne rasé, la mâchoire inférieure remplacée par une mâchoire synthétique et avec un cache-oeil portant une croix gammée :

" Écoutez, je connais des avortiums, j'ai même des potes avortiums ! Je suis pas raciste hein, mais faut regarder la vérité en face : Ces mecs sont pas comme nous, on sait très bien que c'est le chaînon manquant entre l'homme et le singe ! Comme le Tryclon l'est entre la blatte et le Centii ! "

Un Centii au casque lui aussi ceint d'une croix gammée arrive à l'écran et invective l'humain sur ses propos. Celui réponds en le poussant brusquement, ce à quoi le Centii répond en sortant un couteau à énergie et plantant brutalement l'humain qui s'effondre, sans vie. La caméra recule tandis que l'altercation semble se généraliser et que des coups de feu se font entendre à l'intérieur même de la cohorte. Très vite, les forces de l'ordre interviennent, tirant dans la foule aux canons à plasma incapacitants et chargeant les boucliers et les matraques à la main. Le plan d'après voit un officier Centii de la Garde Mobile, interrogés par les journalistes devant les ambulances :

" Oui, voyez-vous, ces jeunes expriment leurs idées, comme tout un chacun. Tout le monde a le droit de s'exprimer au sein de notre belle nation, mais il faut les calmer des fois. Aujourd'hui, je suis heureux d'annoncer que nous n'avons que 78 morts dans le cortège pour 328 blessés. C'est une amélioration significative, tout de même. Je salut nos tireurs d'élites qui, déployés pour la première fois, on put agir avec précision et efficacité pour neutraliser les hooligans avant qu'ils ne sortent leurs armes lourdes. Ces casseurs auraient pu causer de bien plus grosses pertes parmi leurs compagnons si nous les avions laissés faire. "

" Et que pensez-vous de l'usage des nouvelles vomitriques, avec la polémique récente ? "

" Ecoutez, moi, je constate sur le terrain : Les matraques électriques ne fonctionnaient efficacement que sur les Nons, et la plupart du temps se révélaient létales. Maintenant, un coup et l'adversaire est étendu par terre à vomir ses tripes ou à cracher ses circuits par tout les trous : si ça lui détends trop le trou de balle, c'est pas mon problème, c'est à lui de laver ses affaires ! "

La caméra repasse finalement sur le plateau du Journal

C'était un reportage signé Vaselius Kariis.
On me signale par ailleurs que le Primarque Cora s'est exprimé à l'instant, félicitant le ministre avortium pour sa décision et ses actions qu'il juge "remarquable", et le félicitant pour son travail "exemplaire". Il a par ailleurs nié en bloc l'implication directe de forces spéciales Hiérarques dans l'affaire. Il a déclaré, outré par la question, je cite : "Quand nous faisons un travail, nous le faisons bien. Nous ne visons jamais en dessous de la dizaine de million."

Would you like to know more ?

Vous êtes grand ? Vous êtes beau ? Vous êtes fort ?

Vous pensez que cela vous donne le droit de battre votre femme ?

Avec Puke-X, la vomitrique de poche, pensez-y à deux fois ! Vous serez beaucoup moins fringant la tête nageant dans vos excrétions buccales !

La société Puke-X décline toute responsabilité en cas d'incident liée à une utilisation non conforme du matériel, incluant mais ne se limitant pas à : utilisation récréative, sexuelle, pour lutter contre la prise de poids, à l'encontre des forces de l'ordre, comme baïonnette, sous l'eau ou comme jouet pour enfants et/ou animaux de compagnie.

What happened to the Fiurenzan "courtoisie" ?

Le gouvernement Fiurenzan a dévoilé il y a peu son projet de station spatiale commerciale internationale. Cette nation, connue notoirement pour être l'un des derniers vestiges modernes de "l'Art de vivre" (En français dans le texte.) de l'ancienne nation française sur Terre, s'est fendu dans la foulée d'un communiqué dans lequel leur ministre aux affaires étrangères annonçait l'ouverture de discussions visant à l'élaboration de partenariats commerciaux en vue de rentabiliser cette grande station. L'incompréhension a frappé de plein fouet les secteurs commerciaux et industriels Hiérarques lorsque qu'il s'est avéré que la Hiérarchie était oubliée de ces négociations. Au sein des grandes sociétés comme dans la rue, le doute demeure : Simple oubli ou action délibérée ?

Deux Centii discutent au comptoir d'un bar à sushis, interrogés par le journaliste.

"Je travaille au service Historiographique de la 9ème, et je peux vous dire que ces mecs n'ont de toutes façons rien à voir avec les "français" historiques. Ils ne boivent pas de vin, ils ne mangent pas de grenouilles, ne portent pas de béret et n'agitent pas de drapeaux blancs si on pointe une arme vers eux. Non, ces gars-là parlent français certes, mais ils picolent en permanence une boisson certes raffinée, mais qui n'a rien à voir avec du vin. Surtout, ils passent leur temps à jouer avec des boules en métal dans le sable : si vous voulez mon avis, y'a pas de doutes, ils se sont fait contaminés par des nanites pornographiques avortiums ! Ça expliquerait pourquoi ils ne veulent pas entendre parler de nous !"

Le second, après avoir écouté religieusement, repose son verre et prends la parole

"Pour moi, c'est le racisme, tout simplement : Ces humains sont tous racistes !"

La caméra est maintenant située dans un bureau, ou une petite créature rondouillarde dont la combinaison est complétée d'un smoking est assise sur une chaise surélevée par rapport au meuble de bureau.

" Écoutez -Ssssssssch-, je n'ai pas vraiment à vous faire de dessin. -Sssssssch- Nous sommes des concurrents trop féroces pour les fiurenzans. -Sssssssssch- Leur liqueur artisanale ne pourra pas tenir leur coup face à -Sssssssssch- nos brevages réputés dans la galaxie entière ! -Sssssssch- Je ne parle même pas de mes collègues dans l'industrie de l'armement : Ils plomberaient littéralement la concurrence ! -Ssssssssch- Mon conseil pour notre bon Primarque : Construire notre propre station commerciale, avec nos propres partenaires : -Sssssssch- Notre territoire, nos règles ! -Sssssssssch- "

Would you like to know more ?

"Hey Pollux ! Tu as testé le nouveau Kupari(c) ?"
"Non Castor, faut dire que j'ai pas trop la pêche ces temps-ci !"
"Raison de plus ! Le nouveau Kupari(c), c'est du jus de grenade ! Avec ça, tu va péter la forme !"
Rires pré-enregistrés

Castor et Pollux boivent Kupari(c)
Kupari(c), la boisson énergisante au bon goût rafraichissant de grenade !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corsica51
Modérateur en Chef
avatar

Nombre de messages : 452
Age : 25
Localisation : Nice
Date d'inscription : 14/10/2008

Votre Fiche Nation
Nation: Fiurenza
Dirigeant: Gabriel II
Couleur sur la carte: Jaune

MessageSujet: Re: Cosmos Domination II - Chapitre II   Jeu 9 Mai - 23:43









Colonisation -

Le vaisseau avancé dans le fin fond de l'espace, explorant la zone sheevat comme lui avait demandé personnellement l'Empereur. Peu protégé mais rapide il était là dans le but d'examiner les capacités de l'ennemie, permettre à Fiurenza de se préparer en cas d'attaque.
L'équipage arriva prêt d'un système et s'arrêta en bordure. Il commença son travail d'analyse afin de détecter une quelconque forme de vie.
Prêt à passer en hyper-espace au moindre instant, tous s'attendaient à ce qu'une base sheevat soit installé dans les environs, à ce qu'un vaisseau apparaisse d'une seconde à l'autre.

L'attente fut longue, très longue. Le capitaine regardait l'horizon inquiet, pour lui mais aussi son équipage. Même si ceci était une mission de reconnaissance et que le vaisseau avait était choisi pour ses capacités à fuir rapidement, la mission restait tout de même grandement risquée.
C'est alors que l'ordinateur émit le bruit que personne n'attendait. Aucune présence n'avait était détecté. Après la peur réflexe, ce fut la surprise et le soulagement qui envahit l'équipage.

Ils prirent alors le temps d'explorer le système. Plusieurs planètes étaient présentes dont une directement colonisable et plusieurs semblant avoir un potentiel minier fort intéressant. Le message fut directement envoyé vers Fiurenza. De nouvelles terres avait était découverte.

Résumé -
Exploration du secteur H-18
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wilh
Chef d'escadron
avatar

Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 09/05/2013

Votre Fiche Nation
Nation: Union d'Irae
Dirigeant: Commandant Azael Dandelion
Couleur sur la carte: Bleu foncé

MessageSujet: L'Union d'Irae   Ven 10 Mai - 3:09

L'Union d'Irae




Prologue - An 2180

C’était loin à l’Est, par-delà l’immensité de l’espace, que s’étendait l'Imperium Auroran. Un empire vaste, totalitaire, et surtout adorateur du Dieu Unique. De leur Dieu Unique, du moins. Celui de la lumière, l'Aurore.
Il n’était plus de liberté là-bas, et le sens même du mot avait presque été oublié par le peuple, trop longtemps oppressé, et maintenant résigné face au despotisme fanatique de l’Imperium et de ses représentants. Chacun faisait face au destin qu’on lui avait choisi, décidé parfois même longtemps avant sa naissance. Ceux qui avaient de la chance pouvaient embrasser la religion –d’encore plus près s’entend- et d’y faire carrière. A ceux-là, on accordait le pain et les livres -certains au moins-, et les autres n’étaient que les nombreuses brebis ignorantes d’un troupeau guidé par une poignée de bergers prétendument éclairés. Car c’était sur l’ignorance de son peuple que l’Imperium avait construit son emprise sur lui. Sur l’ignorance et une autorité aussi sévère qu’implacable. Rien ne valait, après tout, ce subtil mélange de peur, d’inculture, et d’impuissance pour soumettre le plus grand nombre et le pousser à l’obéissance aveugle. C’était le secret duquel résultait l’abolition de la volonté du peuple et le conditionnement dont il avait fait les frais.

Hélia Dandelion faisait néanmoins jadis parti de ceux qui n’avait jamais complètement baissé les bras, même quand on l’avait vendue au Prélat d'Asyos, la capitale de l'Imperium, pour faire d’elle l’une de ses maîtresses. Ses amies et sa famille l’avait enviée, elle aurait pu être, dans le sérail de ce gras et influent religieux, entretenue comme une princesse. Sa vie aurait pu y être facile, opulente même, à elle qui avait eu la chance de naître suffisamment belle pour s’élever et satisfaire les vices des dévots de ce prétendu Empire de lumière. Car la plupart d’entre eux estimaient que joyaux, richesses, terres, mets rares et jolies femmes n’étaient que des récompenses bien méritées pour leurs pratiques mystiques et leur dévotion sans limite à l'Aurore. Et tous n’étaient pourtant pas si saints qu’ils aimaient le laisser paraître.
Malgré le soulagement qu’elle aurait dû ressentir à l’idée d’une vie toute tracée et loin du besoin, Hélia s’était pourtant trouvée désespérée face à la prison dorée qu’on lui avait offert. Elle ne voulait pas partager la couche de ce prélat, vieux et libidineux, qu’elle exécrait. Elle ne voulait pas passer sa vie à le satisfaire, lui d’abord, puis celui qui lui succéderait sûrement quand il mourrait. Elle haïssait cette vérité, répugnait à vivre cette réalité.
Alors elle avait prié sans relâche l'Aurore, avait fait appel à sa Lumière Sacrée, et s’en était remise à sa grâce. Mais elle n’avait reçue aucune aide de la lumière, et, dégoûtée, avait dû faire face à son devoir, contre sa volonté, chaque nuit, sans cesser pour autant d’implorer une aide de son Dieu qui ne venait jamais. Cela avait duré longtemps, des semaines, jusqu’à ce que ses larmes aient un goût amer et qu’elles coulent plus de rage que de chagrin.
C’était alors qu’il lui était apparu, plus beau et plus étincelant que la lune, mais tout drapé de ténèbres. Sytry. Un démon. Celui qui lui avait promis la liberté. Celui qui lui avait promis que l’obscurité pourrait la sauver de la lumière et des immondes vérités qu’elle révélait. Il était magnifique, plus que n’importe quel homme de sa connaissance, avec ses cheveux de jais, sa peau marmoréenne et sa silhouette racée. Ses traits fins, ses yeux aussi clairs et brillants qu'une lune, et sa grâce féline… tout en lui respirait danger et séduction. Et il lui avait offert ce dont elle rêvait le plus : une échappatoire.
Sytry était venu lui rendre visite plusieurs nuits d’affilée, avant qu’elle n’accepte son offre, mais il n’avait pas fallu beaucoup de temps à Hélia pour se décider. Elle savait que l'apparence qu'il lui renvoyait n'était que ce qu'il voulait bien lui montrer. Mais elle préférait l'oublier. Il lui avait fait miroiter cette liberté à laquelle elle aspirait, et la possibilité de s’affranchir du monde impitoyable auquel elle semblait condamnée. Ce même monde qui l’étranglait, elle comme tant d’autres, et dans lequel elle n’avait aucune valeur, où son existence comptait à peine pour les plus puissants… et c’était dans ce monde où la Lumière représentait tout ce qui l’étouffait, les Ténèbres lui étaient apparues plus salvatrices que jamais. Sytry avait été le seul à répondre à son appel, le seul à lui avoir offert son aide, et le seul à pouvoir la libérer. Hélia n’était pas sotte. Elle savait que pactiser avec un démon ne serait pas sans conséquences. Et pourtant, rien ne pouvait lui paraître pire que ce qu’elle voulait fuir.
Mais quand elle lui avait demandé ce qu’il souhaitant en échange, car un démon ne pouvait pas agir par pure charité, pour le simple plaisir de sauver une humaine égarée, Sytry s’était contenté de sourire avant de répondre : « Un champion ». Hélia n’avait compris que bien plus tard ce qu’il avait voulu dire. Trop tard à vrai dire. Et elle n’avait pas voulu en savoir plus à ce moment-là. Elle s’était offerte à lui corps et âme, en échange de sa promesse de liberté et d’une vie meilleure.

Sa promesse, Sytry l’avait tenue en l’aidant à fuir la résidence du prélat la nuit-même, après qu’Hélia se fût unie à lui. Il l’avait protégée et avait sécurisé son évasion en la débarrassant des gardes qui se dressaient sur son chemin, puis l’avait guidée à l’abri, comme promis, jusqu’aux bas-fonds d'Asyos, où il l’avait laissée rejoindre, dans le bastion de rebelles qui s’acharnaient à combattre l’oppression de l’Imperium. Peu nombreux, mais plus qu’elle l’avait pensé, ils étaient tous pourtant remplis d’un désir tenace de vivre comme ils l’entendaient, et de ne pas céder au despotisme. Tous étaient des désespérés, rejetés, dégoûtés, pleins de haine et de rancune contre un empire qui n’avait su que les écraser plutôt que les protéger. Les poches de résistances et mouvements de rébellion étaient légions à travers l’Imperium à l’époque, mais leur faiblesse et leur division ne leur offrait que peu d’impact et leurs tentatives de soulèvements finissaient invariablement par devenir de cuisants échecs. Néanmoins, Hélia avait dû le reconnaître, ils résistaient, et n’abandonnaient jamais. Et c’était tout ce qui comptait, car cela entretenait l’espoir.
Hélia avait été acceptée parmi eux sans peine, grâce à Sytry qui semblait connaître leur chef, Julius. Lui ne paraissait rien ignorer de la nature du démon, et avait accepté, sans broncher, de recueillir la jeune femme au sein de leur organisation. Il l’avait prise sous son aile sans jamais la juger, bien que connaissant son secret, et Hélia avait obtenu ici ce qu’elle désirait le plus, alors que Sytry disparaissait pour ne jamais revenir à elle.
Et c’était là qu’était né Azael, neuf mois plus tard.

Il n’avait que peu hérité des traits de sa mère, mais surtout de ceux de son démon de père… car même si elle avait voulu l’apparenter au prélat, Hélia ne l’aurait pu. Azael avait les cheveux et les yeux de Sytry, et surtout, il était Marqué. L’accoucheuse qui avait aidé Hélia à mettre son fils au monde avait vu là quelque maléfice et avait failli s’évanouir. Car sur la moitié droite du visage de l’enfant, ses veines, longues arabesques boursouflées et brillantes, nervuraient sa peau d’argent. Ce qui n’avait pas grand-chose de naturel, il fallait en convenir. Et si seul Julius, protecteur d’Hélia et seul à connaître Sytry, avait connaissance des origines démoniaques du petit garçon et des conditions dans lesquelles il avait été engendré, l’aspect de celui-ci, tout comme son développement aussi rapide que peu naturel, avait vite commencé à faire courir le bruit que son ascendance n’était probablement pas humaine.
En effet, Azael grandissait plus vite que n’importe quel autre enfant de son âge, et ne pleurait jamais. Il apprenait bien et rapidement, beaucoup trop pour que cela ne paraisse pas suspect, et était aussi taciturne et concentré que les autres petits garçons qui l’entouraient étaient agités et braillards. Ni Julius ni Hélia n’avaient jamais souhaité infirmer ou confirmer quoi que ce soit, mais la vivacité d’esprit et le développement de l’enfant ne pouvaient passer inaperçu. Ni son aura ténébreuse, lorsqu’il se mettait en colère, ou l’étincellement de sa marque d’argent quand il se concentrait. La rumeur avait commencé à se répandre à son propos. Et quand à cinq ans déjà, Azael, en développant de curieuses capacités de télékinésie et de pyrokinésie, infimes encore, mais bien réelles, on commença à murmurer qu’il ne pouvait être qu’un fils des ténèbres. Julius l’avait pris sous son aile, désireux d’éloigner et de protéger le petit garçon de l’agitation qu’il provoquait invariablement, à peine conscient de sa nature différente de celle des autres, mais cela ne suffisait pas. La rumeur s’amplifia bientôt, jusqu’à bientôt se répandre dans l'Imperium jusqu'aux mauvaises oreilles. Celles de représentants de l’Imperium et de l'Aurore. Et ceux-ci décidèrent d’agir immédiatement. Même si cette rumeur devait s’avérer infondée, ils ne toléreraient pas que le peuple s’enivre de ces histoires qui risquaient de trop faire parler des rebelles et des hérétiques à leur goût. Pas question de leur donner de l’espoir, et encore moins un symbole. Réel fils de démon ou non, cet enfant ne devait pas grandir. Car même s’il n’était rien, même s’il n’était qu’humain, le simple fait de le considérer comme un fils des ténèbres serait comme tolérer leur existence. Ce qui ne pouvait être dans l'empire de l'Aurore. Aucun risque, même minime, ne devait être accepté. Aucun espoir pour le peuple, qui devait être tenu éloigné de l’obscurité. C’était pour leur bien à tous.
Néanmoins, une question subsistait pour le grand prêtre de la l'Aurore qu’on avait chargé de débusquer l’enfant et son hérétique mère qui avait prétendument porté l’engeance du démon. Comment trouver un petit garçon de cinq ans parmi tant d’autres, surtout quand celui-ci était sûrement bien caché dans une des bases secrètes de l’ennemi rebelle ?
La réponse ne fut pourtant pas longue et venir, et leur fut même apportée par un traître à la cause rebelle. Un homme aux cheveux de jais et aux yeux clairs comme la lune, qui se présenta sous le simple nom de Sytry, et qui leur indiqua comment trouver Hélia et son fils avant de s’évanouir dans la nature et de ne jamais reparaître.


Quand les soldats envoyés par l’Imperium découvrirent la base rebelle, elle fut dévastée et de nombreux résistants périrent ce jour-là. Des enfants aussi. Tous les petits garçons d’environ cinq ans qu’ils purent trouver, jusqu’à ce qu’une mère désespérée et hystérique dénonce Hélia et son fils pour qu’on épargne le sien.
Le commandant du détachement envoyé, dans son armure d'or, ne s’embarrassa pas de formalité quand il trouva finalement Hélia, qui s’efforça de protéger Azael de son mieux. Il la fit mettre à genoux, empoignée par les autres soldats, et lui lut lui-même son ordre d’exécution, à elle qui était désormais officiellement accusée de trahison et d’hérésie. Décision applicable à son engeance bâtarde, par extension, qu’on prétendait fils de démon.
Ce fut sous les yeux de celui-ci, horrifié, que l’homme plaqua son arme contre la tempe de sa mère, et pressa la détente, sans même ciller quand le crâne explosa et que les os et la cervelle giclèrent sur le sol. Pas un pleur n’échappa au petit garçon, mais son regard, dardé sur le meurtrier, s’éclairci alors brutalement, jusqu’à ce que ses yeux deviennent d’un blanc immaculé. Et soudain, dans un hurlement de douleur, l’homme tomba à genoux, alors que les flammes, jaillies de nulle part, cuisaient son armure et léchaient et sa peau sous le regard impassible d’Azael, et ceux, paniqués, de ses camarades qui s’agitaient sans pouvoir rien faire. L'air ondoyait autour de lui, d'énergie incandescente, et nul n'avait osé l'approcher, le laissant agoniser et brûler vif.
L’un d’eux, dans son affolement, identifia pourtant Azael comme responsable, et voulu dégainer son arme pour l’abattre sur le champ, mais l’intervention soudaine de Julius et d’un petit groupe armé pour la contre-offensive sauva le petit garçon et acheva les derniers soldats dans une pluie de balles et de feu.

Après ça, la légende d’Azael fut avérée et ne put que grandir en même temps que lui. Il n’y avait plus de doute pour personne quant à son origine surnaturelle et à ses gènes démoniaques. Les rebelles de la capitale furent contraints de quitter leur quartier général découvert pour s’abriter et se reconstruire ailleurs, mais ils avaient gagné, en la personne d’un petit garçon, un nouvel atout contre l’Imperium, que Julius avisa alors réellement pour la première fois comme un possible symbole d’union et d’espoir pour les détracteurs de l'Aurore. Il l’avait caché et protégé, l’avait élevé comme son propre fils et l’avait entraîné pour faire de lui un homme fort et un combattant de qualité, rompu à l'exercice et au maniement des meilleures armes qu'ils pouvaient détourner et voler à l'Imperium. Et pendant les années qui avaient suivi, il avait également veillé à faire parler de lui, si bien chez les autres rebelles du royaume que dans le royaume lui-même. D’une part dans un souci de redonner de l’espoir aux uns, en même temps qu’avertir les autres : désormais, les démunis qu’ils étaient auparavant avaient un atout non négligeable. Un ennemi de la Lumière, fils des Ténèbres. Un danger pour l’Empire.
Durant les années qui avaient suivi, la tension politique s’était accrue dans tout l’Empire, car la main de fer de la dictature étouffait par trop le peuple et avait rendu plus hardis les groupes dissidents, dont la certains avaient déjà appris l’existence de cet du démon qui aurait survécu et continuerait de survivre aux inquisitions permanentes des prêtes de la Lumière, et que l’Empire cherchait à se débarrasser de cette menace potentielle avant qu’elle ne prenne de l’ampleur.
Julius entendait bien alors faire de lui le symbole de la lutte et de la liberté, mais savait aussi qu’Azael pouvait devenir dangereux, car ses pouvoirs avaient grandis en même temps que lui. Et grâce à l'Aurore, il n’était qu’un demi-démon, sans quoi, ses colères auraient pu être dévastatrices.
Azael grandit dans la haine de l’Imperium et la rancœur que lui inspiraient le souvenir ineffaçable et cauchemardesque de la mort de sa mère, et celle de son meurtrier, qui brûlait vif sous ses yeux. Son sommeil, depuis lors, n’avait jamais été vraiment réparateur, et la colère, sourde, grondait en lui en permanence. La mort d’Hélia l’avait dirigé vers ce qui semblait être sa véritable destinée. Elevé parmi les rebelles et pour la cause rebelle, il était prêt à endosser le rôle qu’on lui avait attribué, conscient de l’avantage que son pouvoir lui conférait. Il s’était entraîné à contrôler celui-ci de son mieux, même si les débordements étaient encore nombreux, ce qui l’inquiétait. Il n’était jamais plus fort que lorsqu’il ne se contrôlait pas, quand son côté démoniaque semblait prendre le dessus. Car devenir un démon, ce n’était pas ce qu’il voulait. Il haïssait autant Sytry, dont il tenait le nom de Julius, que l’Imperium lui-même. Car finalement, n’était-il pas le véritable responsable de tout ça ? Heureusement, la force tranquille de Julius lui avait apporté le calme et la patience dont il manquait, et sa présence affectueuse et paternelle l’avait souvent aidé à garder la maîtrise de lui-même. C’était déjà Julius qui lui avait appris à lire quand il était petit, et maintenant c’était lui qui lui apprenait à être juste, magnanime, réfléchi, et à ne surtout pas se laisser guider par ses sentiments plus que par sa tête. C’était lui aussi qui lui avait appris à respecter la connaissance, à s’élever contre l’ignorance et le fanatisme aveugle, à défendre les victimes de l’Imperium et à essayer de leur rendre justice. C’était lui qui lui avait transmis son idéal, le même que celui d’Hélia. Un idéal de liberté.
Le petit garçon était devenu un jeune homme avec le temps. Agile, puissant, aussi puissant au corps à corps qu'excellent tireur, et d’une intelligence redoutable. Ses capacités intellectuelles et physiques devaient sans doute beaucoup à son ascendance démoniaque, mais il avait appris à s’en servir à bon escient, devenant l’un des meilleurs stratèges et une figure emblématique d’un mouvement rebelle qui s’était finalement unifié sous la nouvelle bannière noir et argent de leur coalition. Ils avaient grandi, eux aussi, et avaient pris de l’ampleur jusqu’à devenir un véritable problème pour l’Empire. Quelques petites villes et zones urbaines leur appartenaient désormais, et de nombreuses étaient encore prêtes à tomber au matin des vingt-sept ans d’Azael. Des villages plus que des villes à vrai dire, mais c’était toujours ça.
Il avait mené de nombreux combats lui-même, toujours prêt à défier ce royaume détesté, au nom de la liberté qu’avait voulu et défendu sa mère. Au nom de la vengeance aussi, car ce désir restait profondément ancré en lui.
Sa tête avait été mise à prix, comme celle de Julius et de maints autres meneurs du mouvement rebelle, et la prohibition s’était faite de plus en plus sévère à leur encontre, mais rien ne semblait plus pouvoir les arrêter. Azael était devenu fort, mais pas assez à son goût. Plus qu’une revanche sur l’Imperium, il voulait le mettre à genoux. Il voulait détruire ce système injuste qui prenait des vies arbitrairement, qui abolissait toute notion de liberté et prônait le culte ignorant d’un Dieu cruel qui ignorait ses fidèles. Il ne comprenait pas que le peuple puisse ainsi se laisser oppressé, simplement parce qu’il ne connaissait rien d’autre.

On le respectait et le craignait parmi les rebelles plus qu’on ne l’aimait. Car Azael était d’un naturel froid et peu loquace, malgré l’énergie et la force qui l’animait. Et c’était en partie pourquoi il n’avait jamais voulu devenir le chef de la coalition rebelle… c’était un rôle qui convenait mieux à Julius et à son empathie naturelle, plutôt qu’à lui, dont le caractère taciturne n’était pas vraiment un appel à la fraternité et à la fédération. Lui se contentait d’être le symbole de la lutte, le visage que tout le monde pouvait reconnaître. Ses gènes démoniaques avaient fait de lui un emblème de ténèbres, l’ennemi naturel de l’Imperium Auroran, dont les abus faisaient apparaître l’obscurité bien plus douce et protectrice. Un monde à l’envers, dans lequel Azael avait trouvé sa place. Symbole des ténèbres, fils du démon, il représentait tout ce que l’Imperium craignait, haïssait, et voulait combattre. Il était celui qui donnait l’espoir.

Mais tout ça ne dura qu’un temps, car l’Imperium, bien mieux armé et bien plus puissant, disposait aussi de forces plus nombreuses, dont il s’était servi quand l’armée des résistants avait commencé à s’approcher trop dangereusement d'Asyos. Mobilisant ses troupes, l’Imperium les avait repoussé, non sans perte, jusqu’à leur fief, et avait décidé de mettre un terme, dans la foulée, à leurs exactions. Les batailles s’ensuivirent, féroces et impitoyables, et en quelques mois, les rebelles avaient déjà perdu une grande partie du territoire conquis et nombre de leurs forces alors que la colère de l’Imperium se déversait sur eux. La guerre était déclarée, et chaque petite victoire qu’ils arrachaient, les rebelles la payaient chèrement lors du combat suivant. Il avait fallu, pour Azael et Julius, se rendre à l’évidence. Ils s’étaient surestimés. Leurs forces n’étaient pas prêtes à résister à un empire aussi colossal et puissant. Et surtout plein de cette volonté haineuse qui le caractérisait. Ils avaient pu survivre en menant une guérilla, essentiellement basée sur les opérations éclairs, les affrontements stratégiques -peu loyaux- et les sabotages, mais ils ne le pourraient pas pour une vraie guerre. Ils n’étaient pas assez nombreux, pas assez forts, et ils allaient être exterminés, malgré tout le chemin parcouru. L’Imperium ne laisserait pas prendre de forces plus longtemps, pas ici… Azael avait été le premier à évoquer une retraite stratégique par les vaisseaux qui leurs offraient les promesses d'un exil spatial. S’attarder ici ne causerait que davantage de morts. Il fallait fuir tant qu’ils le pouvaient encore. Les rebelles n’avaient pas voulu l’écouter. Abandonner les révulsait. Ils avaient tenu à rassembler leurs dernières forces sur la Luna Secundus, sur la dernière base portuaire vraiment sous leur contrôle, pour y tenir le siège. Et ils avaient tenu. Un temps seulement. Jusqu’à ce que la famine et la peur les terrasse dans leur complexe où même les munitions étaient venues à manquer. Azael n’avait plus tenu compte alors de l’avis des autres meneurs, faisant appareiller de nuit les quelques vaisseaux qui leur restaient, et y embarquant femmes, enfants, et tous les hommes capable de tenir une arme ou non qui avait bien voulu le suivre, ainsi que toutes les vivres dont ils disposaient encore, confiant le tout à Julius. Lui, utilisant tout ce qu’il pouvait de son pouvoir pour les dissimuler aux yeux des soldats de l’Empire, étendant ses ténèbres comme un voile sur la flottille, et créant suffisamment d'explosions grâce à son pouvoir pour créer une diversion qui couvrit le bruit des réacteurs de leurs vaisseaux. Leur départ, miraculeusement discret, s’était passé sans encombre, protégé par le pouvoir du semi-démon qui les accompagnait. Personne ne les avait pris en chasse, il s'en était assuré. Et c’était quand il allait les rejoindre à bord qu’il lui était apparu. Sytry. Azael l’avait reconnu immédiatement, car il avait eu l’impression de voir son propre reflet.
« Va vers l’ouest. Ce monde est grand. Et quand tu reviendras ici, tu détruiras tout sur ton passage. Mon champion des Ténèbres. »
Voilà tout ce que Sytry avait dit, un sourire énigmatique aux lèvres. Et Azael, désemparé, n’avait pas eu le temps de réagir que déjà le démon disparaissait.
Quelques dizaines de milliers à évacuer, voilà tout ce qu’il restait des rebelles, écrasés définitivement par le siège Auroran. Et les survivants, en plein exode, avaient vogué sans but vers l’ouest dans leur fuite de l’Imperium, où ils ne pouvaient décemment pas revenir, guidés par Azael. Celui-ci n’avait pas voulu obéir à Sytry, mais il n’avait pas vu d’autre option que l’ouest, alors c’était là qu’il était allé. Il devait trouver une planète à coloniser, une terre d’accueil pour ceux qui le suivaient, et leur offrir la liberté pour laquelle tant d’entre eux étaient morts… au moins le temps qu’ils redeviennent assez fort pour revenir conquérir leur propre terre.

L'espace était grand, très grand, et son immensité étoilée évoquait toutes les promesses d'avenir qu'il offrait. Pourtant, il leur avait fallu des semaines entières, des mois même, pour atteindre celle qui les abriteraient finalement. C’était la première terre inhabitée et pourtant habitable qu’ils rencontraient, les rares autres leur ayant exclusivement servi à se ravitailler et à partir aussi vite qu’ils étaient arrivé. Azael ne faisait confiance à personne, à aucun peuple qui n’était pas le sien, et ça ne changerait pas tant qu’ils se trouveraient dans un tel état de faiblesse. Les autres le suivaient aveuglément. Il les avait sauvés. Son instinct le poussait encore plus à l’ouest… Jusqu’à ce qu’il la trouve, cette planète solitaire, au milieu d'un système lointain, dévastée, comme si toute civilisation l’avait subitement abandonné. Il n’y avait plus que des ruines là-bas, de technologies basiques mais pratiques, et Azael n’était pas sûr de vouloir connaître leur histoire. Celle des siens était suffisamment sanglante, il n’y avait plus de place dans son cœur pour souffrir de celle des autres. Curieusement, Azael avait tout de suite apprécié cette planète, semblable à la Terre des livres qui l'avaient fait rêver, et qu’il avait décidé de baptiser « Irae », le mot qui voulait signifiait la colère en ancien langage. D’abord à cause de sa propre colère, mais aussi parce que même les éléments semblaient toujours furieux ici, le vent soufflait fort et en rafales, les orages étaient nombreux et déchiraient le ciel dans lequel les nuages noirs s’amoncelaient, alors que la pluie pouvait tomber des jours entiers sans s’arrêter.
C’était là qu’ils avaient choisi de rester. Pour un an, dix ou cent, qui le savait ? Mais il leur fallait une terre, un abri, un endroit où se reconstruire loin de l’Imperium. Nombre d’entre eux avaient péri à la guerre, d’autres, moins nombreux, pendant le voyage. Et ceux qui étaient enfin là, las, n’aspiraient plus qu’à la paix et au repos. Comme Azael. Du moins pour l’instant.
Résigné pour le moment, il avait choisi de rester ici et d’attendre son heure. Il s’était lui-même installé dans les ruines d’une base un peu mieux conservée que le reste, construite à flanc de falaise, offerte aux caprices de la marée et du vent. Il l’avait appelée « Citadelle de l’Orage » et s’était employé à la restaurer, et à élaborer la construction d’une petite ville à ses pieds. Nor’Vean. Ce serait leur chez eux. Pour l’instant.
Les premiers mois avaient été laborieux et difficiles, mais les anciens rebelles de l’Empire n’avaient pas baissé les bras, et avaient appris à se serrer les coudes pour construire ici ce qu’ils n’avaient pu construire là-bas, fondant leur tout nouveau système sur la justice et la liberté, ainsi que sur la connaissance. Ils n’avaient pas pu emporter beaucoup d’affaires, et encore moins de livres, mais ils en avaient trouvé un certain nombre en déblayant les ruines de la Citadelle de l’Orage, enfoui dans des débris qui les avaient protégés pour la plupart des intempéries. Et c'était ces livres qui leur avait permis de se développer, utilisant les restes de technologies abandonnés ici pour rebâtir la leur et l'améliorer. Azael avait expressément souhaité que chaque enfant apprenne à lire, écrire et compter. Qu’on leur enseigne aussi le maniement des armes et un métier utile à la communauté. Médecin, commerçant, soldat, ingénieur... Les anciens apprendraient aux plus jeunes, ceux qui avaient de l'expérience la transmettraient. Chacun devait être mis à contribution s’ils voulaient survivre ici, et peut-être un jour y prospérer.
Azael n’avait pourtant pas abandonné ses espoirs de revenir un jour là-bas, un jour lointain peut-être, peu importait, et de venger sa mère, d’abord, mais aussi tous les rebelles qui étaient tombé pour leur soif de liberté. Il avait réalisé avec l’échec du siège Auroran qu’il n’était pas encore prêt, mais il savait que son heure finirait par sonner, et en attendant, il deviendrait fort ici, avec ce peuple qui était devenu le sien. Il leur apprendrait à haïr l'Imperium autant que lui. Il se renforcerait ici d’abord, ferait de cette planète une place forte, imprenable, et finirait par conquérir les autres planètes du système. Il n’y avait plus qu’à attendre. Pour l’instant il n’était qu’un réfugié, comme les autres, rongé par la haine, la soif de vengeance, mais par la lassitude aussi. Et il y avait d’autres priorités que la revanche. Il était responsable d’autres vies que la sienne maintenant. Et il ne laisserait pas sa part d’ombre prendre le dessus, pas encore. Il était humain avant d’être démon. Du moins il essayait de s’en convaincre. Et avant de vouloir détruire un royaume, il avait le sien à construire, à rendre fort, et à développer.





An 2301

Le temps avait passé maintenant. Azael avait plus de cent ans et paraissait toujours en avoir trente. Un détail qui impressionnait son peuple, y voyant là la marque divine que leur chef avait été touché par l'immortalité pour une bonne raison. Répandre la vérité et la liberté, entre autre. Les Iraetiens, anciens rebelles Aurorans, s'étaient fait à la vie sur leur nouvelle planète, et des pionniers qui avaient débarqués là pendant l'exode, il ne restait plus qu'Azael, que ses gènes démoniaques préservaient du temps. Mais les valeurs inculquées étaient restées, l'héritage s'était transmis. Nor'Vean s'était largement urbanisée, et la population avait connu une explosion démographique extraordinaire. Tout ce qu'Azael avait voulu. Ce n'était plus une poignée de rebelles qu'il dirigeait, mais une population entière, acquise à ses préceptes et ses principes. Ils n'étaient plus des révolutionnaires obligés de se cacher, mais une nation à part entière, indépendante, malgré des débuts difficiles. Il avait le commandement d'une société entière, qui avait réussi à développer une technologie sinon novatrice du moins largement comparable à celle d'autres civilisations contemporaines, qui leur avait permis de construire centrales d'énergie, fabriques d'armes et de vaisseaux, et avancées médicales. Cela leur aurait sans doute pris beaucoup plus de temps s'ils n'avaient pas réussi à exploiter l'héritage laissé là par leurs prédécesseurs à l'améliorer de manière prompte et efficace. Car l'efficacité était le maître mot d'Azael, alliée bien sûr à celui de rapidité, lui dont la patience n'était pas légendaire.
Il avait instauré avec les années un système politique basé sur l'esprit communautaire, le respect des libertés, mais aussi de la discipline. Le crime n'était pas toléré, mais Azael, ou plutôt le Commandant Azael Dandelion tel qu'il était maintenant, s'assurait que son propre gouvernement ne dérapait pas. Pas question de commettre les mêmes erreurs que l'Imperium, système dont il se voulait fondamentalement ennemi. L'accès à la connaissance était facilité pour tous, et l'apprentissage culturel comme militaire vivement encouragé. Il voulait prouver qu'un peuple pouvait être libre, s'exprimer et rester satisfait sans devenir anarchique. Il n'y avait pas besoin de s'inventer un Dieu pour les contrôler... D'ailleurs il ne suffisait pas de les contrôler. Il fallait s'attirer leur respect et leur confiance. Ce n'était que comme ça qu'un peuple pouvait être vraiment fidèle et soudé derrière son leader. Et s'il n'était pas vraiment dans son caractère de tolérer qu'on lui tienne tête, il avait néanmoins appris à ne pas laisser ce trait devenir chez lui le danger qui aurait pu le faire basculer. Il était trop puissant, et avait quelques prédispositions naturelles à se laisser aller vers les ténèbres. Mais il se battait contre ça. Pas question pour lui de devenir comme Sytry, et encore moins de s'imposer comme l'Empereur despote de l'Imperium. Il n'était pas comme ça. Ce n'était pas comme ça que Julius l'avait élevé. Et pour ne pas franchir cette limite qui l'effrayait tant, Azael évitait de servir de son pouvoir, tout comme il avait mis un point d'honneur à répartir le pouvoir du gouvernement d'Irae. Il tolérait les rares oppositions qui pouvaient s'élever contre lui, acceptait de les entendre, et finissait généralement par les contenter ou les rallier à sa cause. Jamais de manière répréhensible... ou presque. Un accident était peut-être arrivé une fois ou deux. Mais que pouvait-il y faire? Tout le monde savait pourtant qu'il ne fallait pas le mettre trop en colère... le pousser dans ses retranchements, c'était souvent s'exposer à des risques.
C'était pour prévenir un basculement irrémédiable de ce type ou l'accident de trop que le Commandant Dandelion avait choisi de partager son pouvoir.

La politique d'Irae était donc simple. Les érudits comme les officiers de l'armée pouvaient faire carrière dans la politique. Azael était le commandant en chef, mais avait autour de lui des conseillers, qu'on pouvait aussi qualifier de ministres, et qui accédaient à leur statut au mérite et seulement au mérite. Il les choisissait personnellement parfois, ou on les lui recommandait avec insistance. Après ça, la politique et la hiérarchie sociale d'Irae était somme toute sensiblement similaire à toute autre société civilisée, si ce n'était que l'escalade sociale ne s'effectuait qu'au mérite. Pas de privilèges, pas d'hérédité, le commandant y tenait personnellement.
Quant à l'armée, elle était basée sur le modèle habituel, le seul qu'il connaissait, et prenait de plus en plus d'ampleur chaque année. Azael l'avait appelée l'armée de l'Orage, car ses soldats, en plus d'être habitués aux caprices d'une atmosphère propice à la tempête sur leur planète, étaient entraînés pour être aussi rapides et meurtriers que des éclairs. Les planètes voisines en avait déjà fait les frais, eux qui avaient refusé jusqu'au dialogue avec l'Union d'Irae. Le système solaire tout entier était à eux à présent, grâce aux soldats de l'Orage, ou les Eclairs comme Azael aimait les appeler, dont les armures honoraient le surnom: toutes de noir et d'argent étincelant. Même les lasers de leurs armes étaient aussi blancs que les éclairs qui déchiraient le ciel lors des pires intempéries.
Les colons d'Irae possédaient plus que ce qu'ils n'avaient jamais eu désormais.



Azael:
 

La silhouette haute, longiligne et racée, Azael n’est pas reconnu pour avoir la carrure du guerrier type. Pourtant, ses mouvements fluides et sa grâce féline trahissent une agilité dont ses adversaires comprennent souvent trop tard l’étendue. Son visage, fin, harmonieux, est d’une beauté glaciale, lointaine, inaccessible, et dangereuse que d’aucuns prétendaient lui venir de ses origines surnaturelles. Mais ce n’est pas là ce qui fait le plus parler de lui en ce sens, non, ce qui fascine vraiment les gens, ce sont ses yeux. Les yeux d’Azael ont toujours été une source d’admiration autant que d’inquiétude pour ceux sur qui son regard se pose. Ses prunelles, de l’argent pâle et opalescent de la lune, ne cessent jamais de briller, encore moins dans les ténèbres qu’elles semblent déchirer sans peine. Et quand ce regard-là, profond et scrutateur, est dardé sur vous, il donne l’impression de voir en vous.
Et comme si ça ne suffisait pas, sa Marque - arabesque de veines d’argent qui nervuraient sa peau- s’étend sur tout le côté droit de son visage, dissimulé, le plus souvent, par de longues mèches noires de jais qu’Azael a laissé pousser à dessein. Mieux vaut dissimuler au possible ce qui peut le rendre trop facilement identifiable auprès de ses ennemis, et dont il ne pouvait pas se débarrasser.

Azael est le porteur de l’héritage des rebelles qui se sont soulevés, contre l'Imperium. Il représente l’espoir que les révoltés de l’empire ont placé en lui pour lutter contre les ordres de gouvernements abusifs, despotiques, fanatiques et dictatoriaux.
Taciturne et peu loquace, Azael n’éprouve depuis lors qu’une haine et une rancune tenace pour l’Empire tout comme pour son Aurore, au nom du quel ses dévots profèrent leurs atrocités. Il les hait tous, autant qu’il hait son démon de père. Il s’est longtemps détesté lui-même, pendant son adolescence, traînant derrière lui un lourd sentiment de culpabilité lié à la mort de sa mère en plus de la honte d’être l’engeance d’un démon aux desseins qu’il ne comprend pas.
Il a le sentiment que Sytry ne l’a pas engendré pour rien, et que celui-ci a des projets pour lui, même s’il ignore encore lesquels, même après tant d'années, et cela le tourmente, car il a l’impression d’être, quelque part, la marionnette de ce démon plus fort que lui. Il ignore s’il agit de sa propre volonté d’homme libre ou s’il n’est pas parfois poussé par une volonté autre que la sienne, insufflée par ses instincts démoniaques.
En grandissant, il comprend néanmoins que son héritage génétique peut être un atout et une force plutôt qu’une faiblesse, et qu’il peut les utiliser à bon escient. Le désir de vengeance et la colère ont pris le pas sur la culpabilité, même s’il revoit, chaque nuit, la mort de sa mère et celle du premier homme qu’il a tué. Il déteste ce monde pourri et corrompu qui a participé à faire de lui ce qu’il est, et n’ambitionne qu’à libérer, à la longue, l’Imperium de l’entrave de ses dirigeants fanatiques et de leur système sociétal erroné et oppressant. Il n’aspire qu’à leur destruction et, à défaut, pour patienter, à la construction d’un monde fondamentalement différent, nouveau et libre.

Nor'Vean:
 
Soldat de l'Orage:
 
Char de classe Tonnerre:
 
Croiseur de classe Foudre:
 
Flotte de l'Orage:
 

Territoire : C18.
Couleur : Bleu marine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alaric
Maître du jeu
Maître du jeu
avatar

Nombre de messages : 137
Date d'inscription : 02/06/2011

Votre Fiche Nation
Nation: Le Vide.
Dirigeant:
Couleur sur la carte: Plusieurs.

MessageSujet: Re: Cosmos Domination II - Chapitre II   Sam 11 Mai - 15:39

Evènements du tour précédent (tour 1)


Explosion de la centrale nucléaire du Reich Avortium

L’événement, déjà tragique en lui-même, a entraîné plusieurs conséquences déplorables. Après avoir reçu de nombreuses lettres de menaces, le ministre avortium ayant endossé le rôle de bouc-émissaire pour la tragédie, ce dernier a été enlevé. Les kidnappeurs n’ont fait que diffuser un unique film sur le Réseau avortium, le montrant être torturé de façon abominable plusieurs heures durant avant d’être lâché dans la cage d’un Tryclon affamé. Les auteurs du méfait ont rapidement été capturés, et sont tous des membres des familles des victimes. L’histoire se termine de bien triste manière.
Effet : Situation politique légèrement fragilisée. Rien de catastrophique.

En Hiérarchie, les rumeurs qui racontent que les Avortiums pensent que des Centii seraient derrière l’explosion ont provoqué moult manifestations. La population, bien que réprimée, voit un fort sentiment anti-Avortium grandir en son sein. Des groupes paramilitaires s’organisent pour partir en expédition organiser de « vrais » attentats au Reich. Et nul ne doute qu’en cas de conflit, les Hiérarques ne feront preuve d’aucune pitié envers les Avortiums.
Effet : Lors de la prochaine bataille entre la Hiérarchie et le Reich Avortium, la Hiérarchie bénéficiera d’un bonus de +1 en attaque pour toutes ses flottes.



Découverte archéologique

Aucun empire ne prenant la peine d’envoyer une mission spécifique pour découvrir le sort des archéologues, les ruines demeurèrent inviolées. Lorsque, un an plus tard, Moëbius finança une nouvelle expédition, celle-ci se trouva dans l’incapacité de retrouver les vestiges. Comme si ceux-ci s’étaient téléportés… Ou avaient déjà été profanés.





Evènements du tour (tour 1.5)




Evènement bénéfique : Système X8 (Imperium Auroran)

Tandis que l’Imperium, gourmand, colonisait tous azimuts, il fit une rencontre des plus étranges. Dans le système X8, il découvrit qu’un Ordre entier des légendaires Space Marines avait prospéré. A l’époque de la grande guerre d’Asyos, le Croiseur de l’Ordre de l’Aube Dorée avait été endommagé après avoir évacué des civils aurorans sur le point d’être massacrés. Il fût forcé de sauter dans le Warp afin de semer ses poursuivants, mais s’écrasa sur une planète déserte quoique fertile. Là, ils bâtirent une colonie prospère, attendant le jour où ils pourraient rejoindre de nouveau l’Imperium.

Isolés du reste de l'Imperium, ils défendirent la colonie contre des attaques incessantes des Tryclons, ces créatures insectoïdes belliqueuses. Vague après vague, année après année, les Space Marines périrent les uns après les autres sur les lignes de front. Finalement ne resta plus que les humains, reformant un groupe de Gardes Impériaux cohérents pour défendre leurs foyers, non sans pertes. En souvenir des Space Marines qui se sont sacrifiés pour eux en combattant les Tryclons, le gouvernement humain garda le nom d' "Ordre de l'Aube Dorée".

L’Ordre de l’Aube Dorée dispose désormais, de plusieurs armées de Gardes, d’une flotte entière, de plusieurs cités majeures et d’un chantier spatial de grande envergure. S’il ne peut être considéré comme une civilisation, sa puissance militaire brute reste respectable. Aucun Space Marine n'est plus présent, désormais.

Fort heureusement, les colons Aurorans n’eurent aucun problème, et furent très bien accueillis. Dans le crash, l’Ordre avait perdu les coordonnées d’Asyos, et ne furent donc que trop heureux de pouvoir à nouveau servir l’Imperium. En revanche, ils firent une demande quelque peu particulière : Ils tenaient à leur liberté et indépendance récemment acquise. S’ils restaient fidèles pour l’éternité à l’Aurore et à l’Imperium, ils ne souhaitaient pas être rattachés administrativement au reste des Aurorans.

Ils comprenaient le besoin d’une équipe de l’Inquisition pour vérifier qu’il ne s’agissait pas d’une manœuvre destinée à dissimuler l’Hérésie, en revanche, le représentant de l’Ordre fit bien comprendre que ses forces étaient prêtes à se battre pour leur indépendance. Restait à voir comment est-ce que l’Imperium allait réagir à cette offre d’allégeance…



Evènement neutre : Système O6

L’évènement se déroule loin des civilisations présentes, aussi nul ne peut savoir ce qui s’y est déroulé.



Evènement mauvais : Système E’3 (Ascendance Asgardienne)

Les alertes viennent de se déclencher dans tous les centres d’observation spatiaux à Asgard. Impossible de le manquer : Un immense astéroïde vient d’être dévié de sa trajectoire après avoir percuté une comète, et se dirige droit vers le champ de gravité d’Asgard. Si rien n’est fait, il s’écrasera sur la planète, causant une dévastation par-delà l’imagination.

Une partie de la population s’est déjà mise à évacuer les villes pour gagner les hauteurs, et les forces de maintien de l’ordre ont fort à faire pour empêcher le chaos de gagner les rues. Beaucoup y voient un signe de fin du monde. Certains croient même qu’il s’agit d’une volonté supérieure, et qu’il faut s’y soumettre. Les plus extrémistes vont même jusqu’à attaquer des bases de l’armée pour tenter de voler des navettes permettant d’évacuer la planète.

L’impact est prévu pour dans trois mois. Cela laisse le temps au gouvernement Asgardien d’appeler à l’aide ses alliés, ou de préparer un plan pour empêcher cet astéroïde grand comme la France de l’ancienne Terre de tomber sur sa planète. En tout cas, une seule chose est sûre : Il n’y a pas assez de temps pour évacuer complètement toute la population.



Concordat :

Des relations diplomatiques cordiales ont été établies entre le Concordat et la Hiérarchie. Si les deux nations ne sont pas amies pour autant, au moins peuvent-elles désormais communiquer pour éviter tout incident diplomatique, ou pour négocier.

Les Fiurenziens, désireux de s’impliquer davantage dans le commerce galactique, ont négocié avec les Concordiens l’ouverture de leurs frontières au commerce. Désormais, les marchands les plus audacieux de l’espace de Fiurenza peuvent vendre leurs marchandises au Concordat, et acheter à prix d’or les étranges babioles technologiques en circulation là-bas.


Concernant l'Imperium Auroran, les Concordiens ont bien reçu les diplomates impériaux. En revanche, ils se sont montrés très inquiets quant à la façon dont les Aurorans traitent les Xénos. Non pas tant qu'ils veuillent faire changer le point de vue de l'Impérator, mais ils ne sauraient tolérer que leurs races aliens concordiennes soient maltraitées par les forces de l'Aurore. Si cette condition est respectée, le Concordat pourra commercer avec l'Imperium. Pour prouver leurs bonnes intentions, les Sénateurs Concordiens acceptent que seul des humains traitent avec les commerçants humains.


République Terranne :

Rien de notable ce tour-ci. Les Terrans n’ont aucune relations ni contact avec une civilisation de joueurs pour l’instant.



Fédération Britanienne :

Les Britanniens, par mesure préventive, ont décidé d’étendre leur territoire au système J-23. Celui-ci ne verra pas l’arrivée de colons, les planètes n’étant que peu propices à accueillir la vie. En revanche, des avant-postes militaires seront installés sur chaque planète, et une immense forteresse (Nom de code : Dies Irae va être installée non loin de l’étoile. Protégée par pas moins de trois flottes indépendantes, il s’agira du grand symbole de la puissance militaire britannienne.

Grâce à l’énergie solaire, les usines installées dans cette forteresse produiront sans cesse de nouveaux drones, approvisionnant ainsi les bases de toute la Fédération. En sus, un canon à énergie solaire va être installé au sommet de la station de Dies Irae. D’une puissance équivalente à trois Memento Mori, il pourra frapper n’importe quelle planète du système solaire, empêchant tout effort hostile de colonisation tant que Dies Irae reste en place. Ce canon pourra, si besoin, tout à fait se retourner contre une flotte ennemie et couper en deux les cuirassés hostiles.

_________________



Dernière édition par Alaric le Jeu 16 Mai - 15:55, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Telchør
Chef d'escadron
avatar

Nombre de messages : 17
Date d'inscription : 02/05/2013

Votre Fiche Nation
Nation: Ascendance Asgardienne
Dirigeant: Ascendance
Couleur sur la carte: Noir

MessageSujet: Re: Cosmos Domination II - Chapitre II   Sam 11 Mai - 18:18

Ascendance Ásgardienne




« Armis Decoratur, Litteris Armatur ! »
« Décorée avec les armes, armée avec les lettres ! »

Au sein de l'immense salle du conseil, au palais d'Asgard, règne une effervescence toute particulière. Une énorme comète se dirige à vitesse régulière vers Midgard, faisant peser sur la planète-capitale de l'Ascendance une menace qui terrorise la population. Plusieurs foyers insurrectionnels ont éclatés, tentant de prendre les postes de sécurité des tours dans plusieurs secteurs et au spatioport Est. Après une grave période d'agitation, l'armée a été déployée en masse et après des affrontements sévères, le calme, bien que précaire, a été ramené. On déplore malheureusement 4.352 morts parmi les civils et près de 230 soldats tués. Mais tous ces événements ne trouveront une fin définitive que lorsque le conseil ce sera accordé sur la solution à la menace que représente cette immense comète.
Après plusieurs jours de délibération, une solution a finalement émergé du lot. Le ASS Infinity larguera près de la comète trois vaisseaux d'exfiltration de classe Black Cat, qui déposeront sur l'astre stellaire 5 Spartan, les super-soldats modifiés de l'Ascendance, seuls êtres capables de résister à la forte pression subie sur l'astre, qui auront pour mission de déposer sur cette astre un moteur transluminique, de le relier à un ordinateur de contrôle central, ainsi qu'à une pile à fusion nucléaire, dans l'objectif avoué de faire traverser les systèmes connus à cet astre. Les Spartan sur place seront aux commandes de la comète, qu'ils dirigeront donc vers des coordonnées inconnues, avec pour seul espoir celui d'être repéré ensuite par un vaisseau de l'Ascendance grâce à des capteurs. Les 5 Spartan, une fois leur balise enclenchée, devront entrer en hibernation et attendre un éventuel secours des vaisseaux de la flotte. Le seul problème de ce plan tient dans l'énergie que nécessite le transport de cet astre. Le moteur consommera ainsi en un coup toute l'énergie de la pile à fusion. Heureusement, les Spartan sont des soldats patriotiques, entièrement dévoué à l'Ascendance et près à mourrir pour elle. Et c'est aussi une des raisons qui fait que seuls eux peuvent remplir cette délicate mission.
Dans le cas, bien que très peu probable, où ce plan ne marcherait pas, une évacuation de toutes les grandes familles ainsi que de tous les hommes libres a déjà été programmée. Une partie de la population d'esclaves sera également évacuée, mais si l'impact venait à se confirmer, on estime les pertes humaines à un seuil de 80 % de la population de Midgard, ce qui voudrait dire entre 6 et 7 milliards d'individus.
La décision rendue, le commandement du 501ème régiment, celui des Spartan, fut aussitôt contacté, sur la planète militaire de Bastion. Le Major Telchør, chef de cette unité d'élite de l'armée de l'Ascendance discuta brièvement avec l'état-major général, et le conseiller Arne, puis, terminant l'holocommunication, se retourna vers un de ses subordonnés et lui dit calmement : « - Que l'escouade Alpha se prépare. ».
Deux petites minutes après, l'estafette contacta les 5 membres de l'escouade Alpha, la première créée et qui est composée des plus anciens et des plus expérimentés Spartan. Le Sergent John-117, la Caporal Mendez, et les soldats Grace-093, Linda-002 et Killian-065 composent cette escouade d'élite, appelée aujourd'hui à sauver la planète-mère de l'Ascendance et les milliards de vies humaines qu'elle accueille en son sein.

« - Bonjour escouade Alpha. Si je vous ai demandé de me rejoindre, c'est que j'ai une délicate mission à vous confier et que cette mission revêt d'une telle importance que je ne peux la confier qu'à vous. Avant toute chose, laissez-moi vous faire un rapide compte-rendu de la situation. »
« - Nous sommes à l'écoute, Major. » répondit d'une voix sans ton le Sergent John-117.
« - Une comète gigantesque se dirige à grande vitesse vers Midgard, notre capitale, siège de l'Ascendance et principale planète d'habitation de notre empire. Si elle venait à impacter notre planète, cela causerait de gigantesques dommages et on estime que la planète pourrait être détruite sur 97 % de sa surface. L'impact serait d'une telle violence que même les abris souterrain ne pourraient sauver ceux qui s'y réfugierait. Nos scientifiques ont donc élaborés plusieurs scénarios, parmi lesquels deux ont émergé comme étant la solution de notre problème. Le premier, qui recouvre la décision officielle et publique du conseil consiste à installer sur la comète un moteur supra-luminique, relié à un puissant ordinateur et à une pile à fusion nucléaire, qui devrait, grâce à un champ particulier, permettre d'englober l'astre tout comme nous englobons nos vaisseaux et donc de diriger cette comète, qui pourrait ainsi être déviée vers un système inconnu de notre espace, à des coordonnées pré-calculées par nos scientifiques. Toutefois, la pile sera entièrement consommée lors de ce voyage, vu la taille de la comète et vous ne pourrez faire le chemin du retour grâce aux navettes Black Cat qui vous permettront d'atterrir sur l'astre et d'y débarquer le matériel. Votre chance résidera dans les recherches que nous mènerons grâce à la flotte, mais vous savez comme moi qu'une simple déviation d'un millième de millimètre pour nous faire dévier dans l'espace luminique de plusieurs années lumières, au-delà de la portée de nos capteurs. Je vous promet de n'arrêter les recherches que lorsque je vous aurai retrouvé. »
« - Major, quelle est la seconde solution ? »
Le major resta silencieux un moment, puis il reprit la parole :
« - La seconde solution ... il y a un point de non-retour, Sergent. Nos scientifiques ont calculés que si la comète dépasse une certaine distance de notre planète, elle sera destructible uniquement en causant des pertes majeures à Midgard, et bien que cela sauvera virtuellement la planète, la déflagration et les débris stellaires détruiraient une grande partie des bâtiments à la surface de la planète. C'est pour cela que si vous n'arrivez pas à brancher le moteur, la pile et l'ordinateur, ou que si vous ne réussissez pas à créer le champ de vol spatial, vous n'aurez plus qu'un recours, avant cette fameuse zone de non-retour, qui vous sera transmise à ZNR - 0h3 minutes. Ces 3 minutes vous serviront alors à utiliser un dispositif de secours sur la pile à fusion nucléaire, qui entraînera une réaction atomique très puissante, qui réduira la comète à néant, mais vous tuera également. Je ne vous cache pas que cette mission vous laisse très peu de chances de survie, Sergent. Mais vous êtes le dernier espoir de milliards de personnes. »
« - Comptez sur nous, Major. Nous accomplirons notre devoir, et sommes prêt à mourir pour sauver Midgard et ses habitants si il le faut. » répondit le Sergent et saluant réglementairement son supérieur.
« - Merci, Sergent. Préparez vos hommes, vous partez dans 2 heures. » lui répondit alors son supérieur, lui rendant son salut.


- SUITE A VENIR -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wilh
Chef d'escadron
avatar

Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 09/05/2013

Votre Fiche Nation
Nation: Union d'Irae
Dirigeant: Commandant Azael Dandelion
Couleur sur la carte: Bleu foncé

MessageSujet: Re: Cosmos Domination II - Chapitre II   Dim 12 Mai - 2:00

Union d'Irae




L'air frais de ce début de soirée fit agréablement frissonner Azael quand il s'avança sur sa terrasse, inondée de soleil et de lumière crépusculaire. Le temps était rarement aussi clément que ces jours-ci, mieux valait en profiter un peu.
Perché à près de mille mètres de hauteur, il ne se sentait jamais mieux qu'ici, où il pouvait contempler son oeuvre à loisir, et surtout profiter d'un calme qu'il ne trouvait pas ailleurs. A ses pieds, Nor'Vean, véritable jungle urbaine, s'étendait jusqu'à l'horizon, déployant ses tentacules de lumière et d'acier à des kilomètres à la ronde. Les premières lumières annonçant la nuit commençaient déjà à apparaître un peu partout dans ces immenses bâtiments qui semblaient vouloir défier le ciel, et Azael sourit. Il aimait la nuit, ses ténèbres, et le repos réconfortant qu'elles apportaient, mais ce qu'il aimait par-dessus tout, c'était l'idée que la journée était terminée... Et une journée terminée, bonne ou mauvaise, c'était toujours l'accomplissement de quelque chose, non? Surtout en ce moment, où, en plein essor, la nation sous son commandement, celle qu'il avait forgée et guidée, commençait à s'agiter, prête à s'envoler vers la grandeur. L'Union d'Irae avait de l'envergure, et elle allait le montrer à tout le monde. Azael voyait grand. Il le fallait, s'il voulait un jour retourner défier l'Imperium.
Lui et ses rebelles avaient déjà accompli des miracles, ici, sur Irae. La planète leur avait tout donné, fertilité et chance de se reconstruire, eux qui n'étaient que des fuyards apatrides. Les ruines qu'elle avait conservé pour eux, les ressources dont elle recelait la technologie qu'ils avaient pu apporter eux-même, le tout combiné, leur avait permis de se développer de manière incroyablement rapide et exponentielle.
Le regard opalescent d'Azael embrassa paternellement le vivier qu'était Nor'Vean. Les tours y poussaient plus vite que des champignons ces derniers temps, et c'était tant mieux. La patience n'avait jamais été la plus grande qualité d'Azael, et il aimait savoir que les choses allaient vite. Vite et bien, de préférence.
Alors qu'il observait la ville s'agiter sous lui, il se rappela Julius, et songea qu'il aurait aimé pouvoir lui montrer ce qu'il avait fait de la modeste colonie que les réfugiés rebelles avait construit en premier lieu. Et lui, Azael, aurait aimé l'avoir à ses côtés, pour pouvoir partager ce sentiment de fierté qu'il éprouvait maintenant en admirant ce qu'il pouvait légitimement appeler son "oeuvre". Dommage que Julius n'ait pas bénéficié de cette longévité dont il avait lui-même été doté, car il avait, de son vivant, consacré toute son énergie à la construction de la civilisation d'Irae.
Comme pour l'approuver, un coup de vent fit claquer le grand drapeau qui flottait, accroché au sommet de la tour, juste au-dessus de lui.

- "Commandant?"

Azael, agacé, soupira ostensiblement, mais se retourna. Il n'appréciait pas vraiment être dérangé dans ses rares moments de repos. Pourtant, il se détendit presque immédiatement en reconnaissant le visage familier du capitaine Saxnäs, géant blond à la musculature herculéenne, et actuellement meilleur homme d'Azael. Ils partageaient les mêmes idéaux visionnaires pour le destin d'Irae, et c'était à lui que le commandant avait confié le soin de s'occuper personnellement d'une mission qui lui tenait particulièrement à coeur.

- "Des nouvelles des corps d'expédition? supposa Azael.

- Et elles sont excellentes, sourit Saxnäs. Voulez vous lire le rapport officiel monsieur?

- Et comment!

- Je l'ai déjà transféré sur votre omnni-tech monsieur.

- Parfait."

Azael ne congédia pas Saxnäs, préférant le garder sous la main au cas où il aurait voulu des précisions, et fit jaillir les données holographique de l'espèce de montre qu'il arborait au poignet, les disposant autour de lui dans l'air comme on aimante des dossiers de papier sur un tableau. Faisant rapidement défiler les codes numériques sous ses yeux, il s'arrêta sur celui qui l'intéressait et ouvrit le fichier, dont les images se dessinèrent aussitôt devant lui. Elles étaient classées minutieusement, certaines dévoilant des paysages idylliques, d'autres gelés ou désertiques. L'un, même semblait carrément volcanique, et lui plu d'emblée... peut-être à cause de l'affection que le pyrokinésiste qu'il était éprouvait pour tout ce qui était sulfureux en général.

- "Habitées? demanda-t-il, laconique.

- Les planètes A-4, A-5 et B-2 le sont effectivement, acquiesça le capitaine. Le contact est engagé... Sans hostilité, précisa-t-il, en voyant le regard d'Azael s'assombrir.

- Et pour les autres?

- Rien n'est encore prouvé. Seule l'A-1 parait complètement déserte pour l'instant, expliqua Saxnäs en désignant l'image de la planète volcanique.

- Pas étonnant."

Azael ne put s'empêcher de sourire. Les choses se présentaient bien. La mission était plus que prometteuse. Ils allaient enfin étendre l'influence d'Irae, mais pas au point de commettre les mêmes erreurs impardonnables que l'Imperium. Il ne voulait pas le pouvoir à tout prix, et encore moins asseoir sa suprématie. Non, ce qu'il voulait, c'était prouver qu'on pouvait prétendre à la grandeur et à la puissance sans opprimer et écraser les autres.
Ils allaient coloniser mais pas exterminer, ou prendre le pouvoir par la guerre et la conquête.
Les erreurs commises sur les autres planètes de ce système... étaient des erreurs justement. Azael avait voulu dialoguer avec les espèces indigènes, mais c'était elles qui n'avaient pas voulu l'entendre. Ils n'avaient même pas pu communiquer, les sauvages qu'ils étaient s'étaient attaqués à eux au premier contact. Ils avaient été agressifs et primitifs, réagissant comme des animaux qui voulaient protéger leurs nids. Azael le comprenait maintenant, mais c'était trop tard. Maintenant, il ne prendrait que les planètes et systèmes vierges, ou alors trouverait au moins des compromis avec les autochtones locaux. Ils les intégrerait à l'Union, libres et protégés, au même titre que les citoyens d'Irae. Parce qu'expansion ne rimait pas avec annihilation, et il ne voulait pas conquérir -uniquement- par le feu et le sang. Il n'était pas l'Imperium. Il était bien mieux.
Quant aux grandes puissances de la galaxie, il pourrait bientôt rivaliser avec elles, et s'en faire des alliées peut-être. Ou pas. Il verrait, le moment venu. Tout dépendrait d'eux plus que de lui.


Le sourire d'Azael Dandelion s'élargit, et son regard se posa à nouveau vers l'immensité étoilée qui apparaissait maintenant derrière les tours de Nor'Vean. Le vrai jeu allait commencer maintenant.





Résumé:

> Colonisation des systèmes B-13 et H-19
> 1 flotte en construction sur système C-18
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Filotas
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1151
Age : 26
Localisation : Nice
Date d'inscription : 25/05/2008

Votre Fiche Nation
Nation: Reich Avortium
Dirigeant: Kaïser Falco Nova
Couleur sur la carte: Bleu prussien

MessageSujet: Re: Cosmos Domination II - Chapitre II   Dim 12 Mai - 12:47


Le Reich Avortium

An 2301.

-Une simple rumeur à rendu les citoyens de le Hiérarchie si colériques que des groupes paramilitaires veulent organiser de vrais attentats contre le Reich et projetent de détruire notre race ?!
-C'est cela majesté.
-Mais bon Dieu, c'est nous les victimes et c'est eux qui sont galvanisés ! ça devrait être notre peuple qui devrait prendre les armes contre ces gens qui nous menaces et nous méprises, nos victimes sont innombrables et notre peuple est en colère, et c'est eux qui sont galvanisés par la rancoeur !
-C'est la volonté du MJ...
-Pardon ? bof
-Non rien fear
-Mais qu'es que vous avez tous en se moment avec vos délires de geeks ! Je vous parle sérieusement amiral ! Le Kaïser coupa la liaison holographique avec son chef d'état major. Il tournait en rond dans son bureau depuis plusieurs minutes déja, agacé par les événements, ne comprenant rien à la logique du destin, et ne voyait pas comment résoudre des problèmes qui ne devraient pas arriver.

Pourtant, l'Unité est un réseau massif de surveillance de la population. Chaque communication, méssage ou articles sont surveillé par les plus brillantes intelligences artificielles conçus par la B-Machine elle même. Aucune rébellions, aucun intrus ne peut s'approcher du Reich Avortium sans être détecté et arrêté. Les frontières sont ouvertes à aucun commerce pour le moment. Et pourtant, un ministre à été enlevé et tué.

Et les réacteurs nucléaires sont de type Fusion, et non fission, alors comment le réacteur à t'il pus exploser ! Cet événement est en de nombreux points illogiques et inexplicables.

Un réacteur à fusion explose alors qu'il ne devrait pas.
Le peuple de la Hierarchie est galvanisé alors que ce sont les avortiums les victimes et devraient avoir le sentiment de vengeance. Mais se n'est pas eux qui l'on.
Un ministre avortium se fait kidnappé et tué malgré la surveillance de l'Unité.

Que d’incohérences inexplicables et illogiques ! Oui c'est une sombre période, mais que peuvent les dirigeants face à de tel choses. Le Kaïser se laissa tombé sur son fauteuil. Son robot servant remarqua son désappointement et lui massa les épaules pendant qu'une tisane apaisante se préparais tous prêt de là.

- Golvar.
-Oui sir ? répondis le robot
-Comment vous analysez la situation vous ? Le ton du Kaïser soulignais sa lassitude.
-Il est vrais que tous cela n'a pas de sens. Mais vous êtes le Kaïser, c'est vous le patron, vous devez rassurer votre peuple et l'encouragé. Si il faut, demandé conseil au Patriarche, il est là pour vous aider majesté.
-Dieu nous à abandonné Golvar.
-Majesté c'est blasphème ! Sa Lumière nous guide. N'oubliez pas que quoi qu'il se passe, de bon ou de mauvais, pour vous ou votre peuple, sa serra toujours à votre avantage. Si le Tout puissant à décidé qu'une période de troubles serrait favorable à l'hégémonie du grand Reich, alors soit, et ne vous posez pas de question tel que "Pourquoi" ou "Comment". C'est du passé, votre but est d'assurer un avenir, et non de vous apitoyer sur votre sort et celui du peuple.
-Tu as raison Golvar.
Le Kaïser Falco se redressa soudainement.
-Nous attendons avec impatience le jour final.

Et doucement, le suzerain se détendis et laissa le robot lui masser les épaules. Il ferma les yeux et commença calmement à chantonné silencieusement...

Machines we are sending to the skies...


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cosmos Domination II - Chapitre II   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cosmos Domination II - Chapitre II
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Chapitre 5: La guerre est une horreur [Event]
» Meet Up - 27 février BD Cosmos à Laval
» Le 20 juin... Remember Cosmos 1999...
» Chapitre 1 : L'arrivée .
» Histoire de l'économie mondiale, chapitre 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nedghast :: Jouer :: Les sagas :: Cosmos Domination II-
Sauter vers: